Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Urbanisme - Page 9

  • La faute

     10h30 14 déc. 2014

    Un jugement attendu par tous les élus de France, et un verdict qui tient partiellement ses promesses.

    Au moment où toute la gente politique se focalise sur le moyen de conserver sa notoriété, son rang, ses pouvoirs ... dans une réforme territoriale incomprise parce que imposée sans relation populaire, ce jugement accusateur du rôle inconséquent joué par des élus, ne devrait pas les faire se révolter mais les obliger à comprendre la source de la défiance des citoyens vis à vis de leurs représentants.

     Au delà des données techniques qui ont concourru à la catastrophe de La Faute sur mer, il est évident que les motivations de représentation et liens entre les bénéfices économiques et les professions des élus, sont les motifs majeurs qui ont déterminé les juges dans les condamnations de la faute du maire. Ce sont donc ces raisons que devraient méditer tous les élus actuels,  futurs candidats mais aussi anciens qui devraient analyser leurs actions passées et dans certains cas être bien modestes. 

    Bien entendu, nous attendrons encore longtemps un procès en appel, nous lirons les commentaires dans bien des magazines, les souvenirs de désordres et crimes indirects seront affadis, le temps fera fondre les marges des promoteurs, les gains des propriétaires terriens et des agents immobiliers, le coût des réparations ou des indemnités, et d'autres actualités deviendront la cible de nos pensées. L'appel permettra de repousser de quelques années la vie de certains en prison, même si les cauchemars doivent en hanter plus d'un. Des technocrates, des fonctionnaires, divers bureaux d'étude avec leurs stagiaires et étudiants qui n'ont fait que leur travail ou leurs premières armes en brouillon, ont contresigné mais jamais assuré de réelles responsabilités puisque supervisés par ces fameux élus décideurs et simples représentants des électeurs pour le meilleur et pour le pire dans l'intérêt général, seul digne d'être cité. Les seuls vrais responsables ne sont-ils pas finalement uniquement les électeurs? Ne devrait on pas se sentir interpelés par les accusations de ce procès:  

     Fénésie immobilière, Urbanisation à outrance. Mépris des précautions, irrespect de la nature.

    Consulter le blog des défenseurs des sinistrés pour prendre connaissance du jugement. 

    Ce jugement de première instance en correctionnelle de 316 pages ne doit pas laisser indifférents les élus ni surtout les citoyens de notre secteur, au moment des enquètes publiques en cours sur les projets d'urbanisation le PLUI au niveau de l'ensemble du SAN, et le modificatif du PLU à Coupvray (jusqu'au 20 décembre pour s'exprimer dans les registres), marché de Noël et voeux du Maire ne doivent pas nous distraire.

  • Le signe d'origine

     13h10 12 févr. 2014

    A sa création en 1987 le Syndicat d'Agglomération Nouvelle du secteur 4 de Marne la Vallée, avait comme nom SAN des Portes de la Brie.

    Pour marquer son "territoire" le logo sur les publications fut dessiné en respectant à la lettre les instructions du PIG (Projet d'Intérêt Général), en distinguant les 3 communes du sud avec le "circulaire" et les deux communes du nord protégées derrière la RN34 avec le château du SAN à Chessy.

    Sur les panneaux d'identification des bassins, indispensables zones tampon pour stocker les eaux de pluie sortant des surfaces imperméabilisées du plateau, reste ce souvenir.

    Lire la suite

  • Plein les fouilles

     09h55 27 oct. 2013

    Dans nos paysages, nous sommes habitués aux changements réguliers des modes de culture. Les agriculteurs qui nous entourent sont très réactifs aux marchés. Les sillons bruns bien tracés font régulièrement place aux champs verts clairs, vert foncé, ou tout jaunes, selon la semence ou tout tristes quand ils restent en friche.

    Le maïs, le blé, souvent le colza si odorant, la luzerne aussi mais peu de betteraves sur le plateau, font place cette année à un nouveau mode de labour, des sillons beaucoup plus espacés, mais plus profonds qui annoncent une nouvelle culture beaucoup moins saisonnière, mais dont le marché est davantage porteur et surement plus rentable: l’urbanisation.

    Lire la suite

  • Ca gratte

     15h05 10 oct. 2013

    Expression qu'il faut rapporter au poil à gratter.

     

    Le collectif constitué à Coupvray pour faire valoir d'autres façons de concevoir le développement de son environnement, agit sur les élus locaux et l'administration, un peu comme les petits poils situés dans le fruit du rosier sauvage. A trop peu reconnaître les exigences des habitants qui ont choisi depuis des années de sacrifier le temps et la fatigue de l'éloignement parisien dans les transports pour profiter d'un milieu naturel et du calme de "la campagne", ceux qui y veulent faire la ville, doivent prendre conscience qu'ils ne sont que leurs représentants, et doivent donc rendre des comptes.lafreminette.jpeg

     

    Lire la suite

  • DUP ou dupes

     09h25 09 juin 2013

    C'est terminé, l’enquête publique sur la DUP lisez Déclaration d'Utilité Publique, de la ZAC (Zone d'Aménagement Concerté) de Coupvray s'est terminée le samedi 1er juin. Le temps pour le commissaire enquêteur de recueillir les derniers avis des habitants sur le cahier d'enquète et de recevoir quelques riverains pour échanges ou explications sur place.

    En fait en quelque sorte, l'EPA avec sa constance de pression tel un rouleau compresseur, vient à peu près à bout de la volonté précédemment exprimée à plusieurs reprises par l'équipe municipale. Ainsi la ZAC de Coupvray qui reprend à peu près les mêmes espaces, les bonshommes, la fosse St Etienne, que l'ancienne ZAC St Etienne, étudiée en 1992 pour une urbanisation prévue en 1995, avec une moyenne de 200 logements en maisons individuelles, et refusée par les élus de l'époque car arrivée finalement à un projet de 252, vient d'être proposée "en force" à plus de 380 logements par l'ajout de petits immeubles qui font malgré tout 3 ou 4 niveaux, en jouant sur les hauteurs variables selon la pente.

    Lire la suite

  • Val d'Europe et Disney ne sont pas en phase

     16h00 10 déc. 2012

    Quel drôle de partenaire, cette "World Company" avec ses petits artisans locaux, la Sarl Eurodisneyland.

    Si l'extension, surtout l'extension urbaine, est bien dans les projets de Disney, les résultats fiscaux à la baisse, n'encouragent vraiment pas les élus locaux au développement.

    Depuis plusieurs années Disney, sous des prétextes d'écologie, de développement durable, etc... et surtout d'économies, a mené diverses actions tendant toutes à baisser ses charges. Diminutiuon des bases hôtelières par-ci, traitement autonome des eaux sales, puits pour l'arrosage, toutes actions permettant de se soustraire aux charges engendrées par ses exigences lors de l'installation: sur-équipement en canalisations, sur-équipement distribution d'eau potable, sur-équipement en station d'épuration, éclairage des voies et embranchements, qualité des espaces verts publics, et baisse des taxes versées aux communes.

    Lire la suite