Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coupvray, la catastrophe annoncée

Il est affiché sur les panneaux lumineux aux rond-points d'entrée de Coupvray (par la rue d'Esbly à l'est, par la rue de Lesches au nord-ouest), si vous roulez assez lentement pour l'apercevoir et le lire, un message avec le mot "catastrophe".

 

 

En faisant un ou deux tours, (le stationnement n'est pas très conseillé sous les regards des caméras *), on pourra lire davantage, sans en savoir vraiment plus. Il faut consulter le site municipal.

 

*  Le signalement de la vidéosurveillance se trouve étrangement placé sur la pile gauche du pont sncf à la sortie de Lesches, un peu loin par rapport à l'entrée de la ville devant le parc des sports. (Un premiere camera serait-il positionné dès le franchissement du pont? Pour garder l’accès à l'écluse ou contrôler les éventuels dépôts d'ordures fréquents à cet endroit?

 

Donc arrivé devant l'ordi du salon: sur le site www.Coupvray.fr/   Rien dans le bandeau  du Village de caractères, sportif et  sensoriel (l'enquête d'extension du Compost en plein confinement se poursuit jusqu'au 17 novembre)

 

Rien dans les défilements d'actualité, pas de distribution de sacs déchets verts, cause Covid-19, le rappel de la visio-publicité de Concertation sur le Quartier Urbain du Port de Plaisance du Bas-Coupvray (QU PP BC) en PUP supervisée par la "garante" désignée par la CNDP, port qui sera géré en DSP.

Le registre est ouvert jusqu'au 23 novembre. 

 

La catastrophe ne se trouve pas affichée.

 

C'est donc en effectuant une "recherche" que le voile s’entrouvre, il s'agit d'un recensement des dégâts éventuellement attribués à un état de "catastrophe naturelle".

Cette procédure est théoriquement initiée suite à des plaintes, la mairie regroupe les situations, confiera éventuellement à des bureaux d'étude une analyse plus approfondie qui se traduira peut-être pas la transmission d'un dossier suffisamment étayé pour qu'une commission fasse aboutir à une reconnaissance de catastrophe naturelle. En l'occurrence les alternances de rétractations et gonflements des couches d'argiles qui constituent le soubassement du foncier des flancs du vallon de Coupvray.

Les désordres sont décrits sur le site Georisque.

Serait-ce la situation particulière des constructions de la ZAC de Coupvray, ou de "Green Valley" qui commencent à donner des signes de tassements et fissurations.  Il est toujours laissé sans suite l’arrêté préfectoral déclarant nécessaire un plan d'exposition aux risques. Une ébauche n'en est présente que dans l'enquête de modification N3 du PLUI, mais en laissant l'initiative aux constructeurs, et en ne traitant pas les mutations qui interviennent dans le bâti ancien.

 

Car c'est sans guide , sans plus d'explication qu'il faut déclarer par courrier ou par mail, les éléments déterminant une éventuelle dégradation par "catastrophe naturelle", avec de solides preuves rassemblées.

 

Un classement, s'il advient déclaré par publication au JO de l’arrêté ministériel, permettra  alors de transmettre à son assurance une déclaration pour espérer un remboursement partiel des travaux nécessaires. 

Ces phénomènes sont essentiellement consécutifs aux période de sécheresse qui provoquent la compression,  puis de séquences pluvieuses avec l'humidification des couches qui gonflent.  Les tassements suivi de rehaussements dépendent de la répartition et des épaisseurs des couches de marnes plus ou moins profondes, également de la présence de blocs de calcaires (meulières) fréquents dans ces strates. 

La forme et la nature des fondations des constructions devront être adaptées, des constructions relativement légères, de structure auto-porteuses pourront comme "flotter" sur le sol, mais des fondations plus lourdes, des bâtiments plus larges, avec des niveaux inférieurs ou des sous-sols risquent davantage de subir des tiraillements entre points enfoncés et points stable, les matériaux réagiront aussi différemment, les liens pou=vant se rompre, c'est caractéristique aussi d'éléments "ajoutés" qui peuvent se détacher comme une terrasse, une pièce en extension.  Les assurances auront après des années de "générosité de plus en plus tendance à distinguer ce qui ressort réellement de catastrophes dues au climat, de négligence ou de malfaçons dans la construction. Ces préparations, expertises préalables feront évidemment "gonfler" le coût de réalisation.

Si le réchauffement climatique est évidemment accusé, il faut aussi prendre en compte le choix d'implantation depuis que les phénomènes sont mieux connus, et le classement de constructibilité dans les PLU. Les imperméabilisations des sols, l'évacuation des eaux pluviales constituant un drainage permanent accélèrent probablement les phénomènes sur les espaces en aval. Le plateau de Coupvray (où s'installe la Zac des 3 ormes) culmine à 115m, dans les pentes les couches affleurent comme dans les Tamaris ou la Fontaine Fleurie, bientôt dans la Zac de Coupvray, entre RD934 et CD45a (rue d'Esbly)  qui atteignent difficilement les 46m. 

 

Ajout du 25 novembre 2020: Celui qui fait l'essai d'une déclaration "dématérialisée", comme le permet l'annonce de la Mairie rencontrera quelques difficultés. En effet après avoir cherché désespéremment tout conseil sur la façon de présenter sa déclaration (pas de grille quels éléments transmettre, ne surtout pas oublier pour être acceptable) s'il tente d'adresser uniquement son nom et son adresse, pour signaler qu'il est concerné verra son message refusé puisque le lien fourni est invalide sur la plupart des systèmes de messagerie.

Les normes actuelles ne permettent pas les caractères accentués dans les adresses. On sera donc obligé d'adresser à un autre service ou de passer physiquement en mairie.

C'est bien dommage, cela va perturber inutilement, un peu plus les services administratifs.

Au moins peut-on espérer que les "Affaires générales" ont prévu une fiche de travail, avec en couverture une grille pour noter d'en l'ordre d’arrivée les nom, adresse, le moyen de joindre le plaignant,  la nature des dégâts signalés, une notion d'importance, et peut-être d'autres éléments ignorés de nous mais indispensables pour prendre en compte ce témoignage dans l'inventaire à fournir à la icatnat.

La procédure étant très précise et "fragile" le référent sur ce sujet doit être très précis et scrupuleux et le début que l'on constate ne laisse pas d'inquiéter.

Pourvu que les services de la mairie, soient aussi efficaces dans ce service aux citoyens qu'ils le sont d'habitude pour faire "labelliser" toutes les performances de la commune de Coupvray.

 

 

Lien permanent Catégories : Science, Urbanisme 1 commentaire

Commentaires

  • Pour information les derniers signalements de dégât caractéristiques des "retrait-gonflement d'argiles" sont reçus jusqu'à vendredi 18h à la Mairie de Coupvray. Ces témoignages serviront à la mairie à constituer un dossier auprès de la préfecture.

    Ces déclarations ne concernent pas les dégâts éventuels avec le refoulement des boues qui sont un accident propre de la construction des nouveaux quartiers, Ecole Cent Arpents, Bonshommes, Fosse st Etienne.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel