UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Urbanisme - Page 4

  • BEP27 c'est parti.

    eau pluviale,sécurisationNous avions remarqué l'avis d'attribution du marché à l'entreprise Wiame en janvier 2016, environ 6 millions d'Euros. Nous avions constaté les sondages préventifs et commencé le reportage en juin 2015 dans l'album photo BEP27.

    Il est regrettable qu'aucune information ne soit placée rue des prés. Un plan, un affichage d'autorisation de travaux, un descriptif, l'indication où consulter la version finale du projet, car entre l'enquête en 2007 et la réalisation il y aurait peut être des précisions à apporter.

    Mais le coup de pelle est donné depuis mercredi, une puissante scie est portée à bout de bras mécanique, et le nettoyage du terrain commence. Le reportage se poursuit en images commentées dans l'album.

    Il serait aussi souhaitable que l'on n'entende plus les tirs de fusils dans les bois, il ne semble pas possible de se promener sans risque dans les chemins qui longent le chantier et divers animaux repoussés par les engins d'être des proies faciles.

    La création de ces bassins, reliés dans une chaîne depuis le plateau est la solution adoptée afin d'assurer la retenue des eaux de pluie. Cette surface considérable cultivée jusqu'aux années 1990, est progressivement imperméabilisée pour recevoir d'abord les activités du parc de loisir Disneyland Paris et de son parking, puis des urbanisations sur Chessy, et prévoir celles sur Coupvray. La pratique de retenues dans ces vases communicants permet de ne pas rejeter brusquement toute cette eau reçue du bassin versant dans le réseau fluvial, la marne en premier. C'est toutefois un immense changement car l'eau ne se laisse plus absorber dans les terres, puis partiellement dans le sous-sol, il me semble regrettable qu'un principe d'infiltrations n'ait pas été conservé car des tassements en profondeur seront dans le futur inévitables. eau pluviale,sécurisation

    N'oublions pas que ce principe est adopté sur l'ensemble de l'urbanisation de Marne-La-Vallée, ce qui est loin d'être négligeable par rapport à l'île de France. Ce phénomène et ses conséquences sont dénommés la "subsidence".

     

    Ajout du 23 février:

    L'accès est protégé par une barricade sur la rue des prés, coté impasse du canal. Pourtant aucun affichage ne précise cette coupure. Il est vrai que ce chemin est marqué "réservé aux exploitants" coté écluse et "réservé services" coté Coupvray, les promeneurs n'en sont pas. Une page (voir album) est collée à gauche, mais il ne s'agit pas d'un arrêté de circulation, ni de protection du chantier.

    Ajout du 25 février:

    Après recherche, l'affichage est la page 3 du relevé des décisions de 2008 du Préfet de Seine et Marne. En fait c'est la page 4 qui aurait dû figurer en tête pour que l'on comprenne. L'arrêté pris à la suite de l'enquête publique de 2007 se trouve sur le site gouv. Un affichage est ajouté depuis hier dans la rue du Canal, par où une voie d'accès au chantier est en cours de construction. (voir l'album Bep27) on relève dans cet arrêté du  20 Août 2008   à la rubrique 2.1.5.0  qu'il y a au total la captation de 426,01 ha. pas une bagatelle! Plus inquiétant la conduite de liaison entre le bassin 26b et le 27, longue de 410 m empêchera la conservation en vie de la faune aquatique. La chaîne de l'eau sera consolidée lors du lancement de l'urbanisation de la ZAC de Coupvray (partie sud-est au-dessus d'Esbly) par le creusement du bassin 26a planifié dans ce même arrêté. La surface totale des bassins arrive à 6,8 ha (rub. 3.2.3.0) dans leur surface conservée en eau (hors phénomènes pluviaux).

    La description du bep27:

    Le bassin 27 constituera dorénavant une partie du nouveau tracé du ru de Coupvray vers le canal de Meaux à Chalifert. Le modelé du bassin d’eaux pluviales 27 répondra à un besoin de conception écologique forte : il sera travaillé sur le plan écologique et hydraulique pour constituer un cheminement de l’eau sinueux et un lit de largeur et de profils variés. Ce bassin aura une superficie permanente en eau de 2.8 hectares et il pourra stocker 52850 m3, correspondant au volume d’eau engendré par une pluie centennale.

    Le débit de fuite, intégrant les débits des bassins d’eaux pluviales amont, ne dépassera pas 1.5 m3/s.

    Dans cet arrêté d'août 2008, il est précisé à l'article 17:

    Cette autorisation sera périmée s’il n’en a pas été fait usage au bout d’un délai de trois ans à partir de la date de notification du présent arrêté.

     Cela explique peut-être notre surprise de reprise des travaux en février 2016 soit 8 ans après! Et combien se souviennent des détails présentés lors de l'enquête publique en 2007, où peut-on d'ailleurs en consulter les résultats?

     

     

  • Transformateur d'énergie

    Pour préparer les éco quartiers d'urbanisation de Coupvray, des apports importants d'énergie sont indispensables. Dans les phases d'aménagement ERDF et EDF mettent en place les infrastructures nécessaires. Nous avions relaté le début du chantier situé dans un quartier sensible isolé disons le "quartier des apports".

    Ainsi coincés entre RD934, "Ring" de Disney, Tranchées du TGV, Bassins d'Eau pluviale et Espace "Gens du voyage" se trouvent la station d'arrivée et de distribution de la Dhuis (désormais propriété du SAN du Val d'Europe) et le futur transformateur d'énergie électrique.

    Lire la suite

  • Projet Transport en Site Propre, le bilan

    C'est un document de 181 pages qui est produit par le STIF et "adopté" par un vote du conseil régional du 7 octobre et immédiatement mis en ligne.

    Nous rappelons la "concertation" qui a eu lieu ce printemps. Ce document est le bilan.

    Prenons-en donc connaissance. Ce que décident nos élus est forcément bon pour les habitants, qui devront le financer ... Même si l'expression "financé par le STIF" se voudrait protectrice ...

     

     

     

  • Optimisation

    affichage rd934.jpgPassant moins souvent par la rd934 (ex Nationale 34, Route Thibaud de Champagne) ce n'est qu'assez récemment que j'avais entre-aperçu un panneau dans le talus. Comme cette route n'est pas accessible à pied, faute de trottoir, et la circulation ne facilitant pas l'arrêt, ce panneau ne cessait de m'intriguer.

    La vue d'engin de forage en action m'a convaincu de faire les efforts indispensables pour me mettre au courant. L'accès est possible même si non pratique (et dangereux) par un arrêt coté départementale sur le bas coté, mais plus aisé coté boulevard circulaire au fond d'une voie menant au CAMPS (ancienne antenne hospitalière, mais dont l'activité a cessé et désormais désertée). (Remarque sur l'étude d'impact de 2014).

    L'espace en chantier (10 000m) se trouve le long de la station de surpression, il s'agit selon le permis affiché de la construction par ERDF de transformateurs pour l'alimentation du futur quartier urbain de la ZAD des trois ormes. Quatre bâtiments pour environ 5000 m2! Situées dans cette zone étroite entre bassins, accueil gens du voyage, route, boulevard circulaire, tranchée TGV, il est déjà heureux que ce ne soient que des activités techniques et sûrement sans présence de personnel, mais gérées à distance. Et face au grand pylône qui y apporte l'énergie par la ligne à haute tension.

    PA042850 droit.jpgEn détaillant le permis, on remarque qu'il est signé le 29 juin, affiché probablement dès cette date, dans un talus inaccessible, à peine visible depuis une chaussée impraticable. Donc tranquille pour laisser passer les deux mois (Juillet et Août) qui autorisent la contestation, si tant est que quelqu'un s'y intéresse, et puisse trouver à redire dans cette construction. En fait ce n'est probablement pas dans la construction que l'on peut trouver une anomalie, mais dans le fait que le démarrage de cette installation compte comme acquis la validation de la procédure d'urbanisation des ZAC sur Coupvray. Ignorées les procédures judiciaires pour la suspension, alors même que les volumes, le nombre de logements ne sont pas complètement validées.

    forage micropieux.jpgCe que je relève le plus dans cette construction, c'est que pour implanter une construction devant résister dans le temps (on peut l'espérer pour les investissements d'ERDF), il est nécessaire de créer des pieux sur un sol connu pour son épaisseur d'argiles. Sans être d'immenses bâtiments puisque la hauteur est indiquée de 9m, le coût de construction en subira les conséquences. Mais que dire de ce que devrons subir ainsi toutes les constructions des ZAC de Coupvray si elles veulent être de qualité?

    L'inauguration "première pierre" fit l'objet d'un discours du maire de Coupvray, invitation de dernière minute relayée sur le site de la mairie:

     

    Extrait de la page "actualités" de la Mairie. (je me permets de recopier car les infos du site ne sont par consultables une fois archivées).

     

    Le mercredi 9 septembre, a été posée la première pierre du poste source de transformateurs qui sera implanté au sud de la D934 à proximité de l'aire des gens du voyage. Ce projet a fait l'objet d'une enquête publique en 2014 et sa gestion est assurée par ErDF. Il répond aux besoins futurs du Val d'Europe en énergie et devrait être opérationnel en 2017.                     

     

    Monsieur le Maire a prononcé le discours suivant :

     

    discours pose première pierre poste source (pdf - 99 Ko)

     Ajout du 5 Octobre:

     Bien qu'indiqué "ce projet a fait l'objet d'une enquête publique en 2014", il nous a complètement échappé. Après quelques recherches nous avons trouvé l'appel d'offre par EDF lancé le 26 avril 2013 pour l'Assistance à Maitrise d'Œuvre de Construction d’un poste source HTB/HTA de Coupvray (77) pour RTE et ERDF.. et un avis  de l'autorité environnementale le 25 mars 2014.

     

  • Dessine moi une ... maison

    1140639_dessine-moi-un-carton-web-tete-021232206580.jpgLa sortie du film inspiré par le livre mythique de notre enfance, ne pouvait que me faire penser à cette façon de s'exprimer des enfants. 

    Et si on leur demande qu'est-ce qu'une maison, qu'est-ce qu'une usine, qu'est qu'un collectif? Et si notre architecture contemporaine, notre choix d'urbanisme se faisait un malin plaisir de casser les codes? casser les repères?P8042809.JPG

     

    Il suffit pour s'en convaincre de voir pousser les maisons cubes de Chessy, en continuité des boites qui ne sont plus des usines mais des "zones d'activité", quand sur les "HLM", ces collectifs que l'on fuit, on s'amuse a rappeler la tradition comme à Montévrain.

    Chessy "Activité"  

    moderne

    Chessy "Résidentiel" quartier des cubes                    

    lafreminette

      

    Montévrain, R+4+"maison" moderne