UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Finance - Page 3

  • Simplification administrative ou phobie?

    On en parle, la promesse de simplification administrative du candidat de 2012 va prochainement faire l'objet d'une série de propositions. Celle qui est la plus visible serait la simplification de la feuille de paie des salariés (du privé probablement car déjà les fonctionnaires ne parlent généralement qu'en  "net").

    Lire la suite

  • Crise de croissance

    A combien remonte la crise? 2008? 1983? plutôt 1973 avec le premier choc pétrolier.

     

    Quelle fut la solution? La croissance, toujours la croissance pas de pétrole? Donc des idées pour consommer autant, même davantage afin de s'assurer des moyens de couvrir les achats, réaliser des bénéfices suffisants pour... payer l'emprunt car pour plus de croissance, il faut investir dans des solutions nouvelles donc faire des dettes qui seront remboursées par les suivants qui seront riches grâce à la croissance. Et donc depuis 40 ans on croit croitre, alors que on s’élève progressivement sur un tas de dettes.

    Comme la France n'en peut plus, que son modèle égalitaire ne résiste pas à la concurrence de ceux qui ont des manières outrageusement concurrentielles pour nous prendre des parts de marché en Europe ou à travers la planète, les gouvernants cherchent à faire porter cette croissance nécessaire pour retrouver son équilibre dans cette course en avant, par nos partenaires européens, c'est le bras de fer engagé par le nouveau gouvernement, nos caisses étant vides allons échanger les caisses de ceux qui ont économisé. Quitte à revenir sur des engagements de traités ou des promesses de bon aloi d'ils y a à peine un an et demi.

    C'est une situation que l'on trouve dans les niveaux locaux, la crise des financements des projets soutenus par l'Etat étant annoncée via des budgets de dotation en régression, communes, intercommunalités, au lieu de voir à la baisse leurs projets, pensent au contraire créer de l'emploi, en finançant de nouvelles implantations commerciales, d'activités, voire de fausses activités avec des complexes sportifs ou de spectacle, sans connaître les envies, les capacités réelles des habitants à s'en payer les entrées. Toujours plus, maires et présidents à peine élus projettent l'étude d'une nouvelle croissance, ces jeunes pousses souhaitent se pousser en avant, se faire distinguer et comme un organisme d'Etat est substitué à la concurrence des banques pour prêter, ce ne sont plus des subventions mais des prêts qui vont à nouveau porter une croissance. N'avons nous pas repoussé bien loin l'âge de raison?

     

  • Valeuropéens vos impôts les intéressent

     Comment qualifier la mise en coupe réglée des quelques 5000 franciliens sur lesquels s'est abattue, telle une volée d'étourneaux ou une escouade de mouettes sur un tas d'ordure, la bonne fée de l'urbanisation.

     

    Lire la suite

  • Evasion fiscale et travailleur déplacé

    L'évasion fiscale, est toute relative. Tous la critique, se récrient et la nient, mais chacun l'organise soigneusement. A toute évasion fiscale, correspond un avantage fiscal consenti par un tiers ou un intérêt à recevoir.

    A preuve le dernier discours de notre Président à l'adresse des investisseurs étrangers invités ce lundi à une conférence bidule, nouveau comité des temps gagnés.

    Lire la suite

  • Question de valeur

    Parce que je le vaux bien!

    Ainsi défini mon être est si exceptionnel, il n'y a pas de prix assez cher pour me priver d'un plaisir.

    De la valeur "travail", que vaut cette nourriture indispensable à la survie, a la valeur de l'oeuvre convoitée, que de chemin parcouru dans le développement humain. De la ressource rare et dure à produire, à la dette que l'on se revend sur la place de marché en évoluant du réel au virtuel, nous sommes passés au bord de précipices sans idée de leur profondeur.

    C'est dans un livre de quelques 140 pages, que Jean-Joseph Goux, professeur de philosophie à Houston, nous livre son analyse de la crise de 2008, des raisons ou déraisons que les théoriciens de l'économie dont il brosse un portrait et un tableau chronologique des plus édifiant, ont bien voulu nous expliquer.

    Ce petit livre a rejoint ma petite bibliothèque, je vous le recommande si vous voulez un guide dans cette tempête qui n'en finit pas, et parce que les valeurs s'affolent, n'est pas prête de s'éloigner. C'est un éclairage bien utile quand il s'agit de penser à l'avenir.

    140 pages 16€ ça le vaut bien.   (ne figure pas sur les rayons des médiathèques du SAN).