UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Transport à la demande

     Le journal La Marne du 13 Mai , titrait en page 15 "Une voie réservée aux Bus entre Esbly et le Val d'Europe". C'était l'annonce de la concertation avec tous ceux qui voudraient répondre au questionnaire, lancée par le STIF sur demande du SAN du Val d'Europe et de l'Epafrance, sur la possible liaison en transport en commun entre La ligne SNCF Paris-Meaux et le RER A  à Serris-Val d'Europe. Présentée dans les projets d'urbanisme du Secteur IV comme indispensable à l'extension de l'urbanisation à l'est de Coupvray, et vu plus concrètement par le Département comme le lien majeur Meaux Marne la Vallée, cette infrastructure moderne évoquée sous le vocable TCSP et imagée sous forme de TZen, voire de tramway, est inscrite dans le Schéma Directeur Régional (SDRIF).

      

    (Image sous réserve d'autorisation du Stif)

    L'étude est donc désormais activée, non sur une demande des usagers, mais sur une vision idéaliste d'élus qui pour eux-mêmes ne pratiquent que le déplacement en véhicule individuel. Cette liaison est-elle plus prioritaire qu'un TCSP sur la 231 entre Lagny et Serris, en passant par l'hôpital de Jossigny, et la zone commerciale de Montévrain? non pour l'utilité aux usagers actuels des réseaux de bus, mais oui en ce qui concerne la facilité future de croissance urbaine, en particulier pour donner une véritable valeur marchande aux logements programmés par Eurodisney dans la zac des Trois Ormes. Avantage pour Disney encore, la quasi privatisation de l'accès à la gare de Chessy.

    Le document distribué dans toutes les communes traversées ou concernées ne nous donne que peu d'éléments. Le 26 mai une première présentation était faite à la salle polyvalente d'Esbly, les questions se sont montrées vagues faute de capacité d'étude des habitants, nous ne manquerons pas les réponses attendues à la prochaine à la Médiathèque du SAN le Mardi 16 juin à 19h. Nous consulterons le site en ligne afin de glaner d'autres informations. En première approche nous pouvons constater que la notion tramway est oubliée, le seul exemple mentionné comme prototype est l'ébauche devant l'Hôpital de Jossigny. Des bus classiques, pas même électriques, des voies compliquées qui sont bien difficiles à éviter pour les automobilistes. Sur la plaquette difficile de comprendre (peut être du fait du choix de la couleur bleue pour l'encadrement des zoom de variantes) que ce qui peut vous séduire dans l'option A, risque d'être modifié par la retenue de l'option B.

    Surtout un bus en site propre présenté en "complément de raboutage" au maximum de liens actuels pour ramasser le plus d'usagers afin de justifier de son intérêt, complément au RER, complément aux lignes de bus qui seront transformées en "lignes de rabattement", toujours dans la plaquette aucune notion de gares intermédiaires avec stationnement par exemple de modes doux (vélos, place de stationnement véhicules électriques, ...) il faut lire le site pour comprendre qu'il y aura des phases intermédiaires avec multiplication des feux (à la charge des communes).

    Dans ce premier article, nous ne faisons qu'un survol du dossier, mais annoncer un départ toutes les huit minutes aux heures de pointe avec un trajet estimé de 1h aller-retour n'est-ce pas anticiper beaucoup en sous-estimant les investissements matériels? Et dans les variantes, n'y a-t-il pas de lourds oublis d'information sur les conditions à respecter par les usagers actuels (des correspondances en plus) et les acteurs locaux de réalisation des voiries (contournement gare Esbly, remplacement ligne Crécy)? Ce qui risque de faire naître des espoirs et donc déformer les expressions des citoyens appelés à s'exprimer? Ce que l'on risque ensuite de nous présenter comme "le désir d'éventuels futurs usagers" (dans les futurs logements). 

    Les questions que j'aimerais poser: que devient ma ligne dans les 5 ans? que restera t-il comme voie ouverte à la circulation? Et la SNCF quelles lignes va t-elle transformer? Pourquoi ne pas donner dès à présent une priorité aux feux rouges aux bus existants? Pourquoi ne pas unifier les gares RER Val-d'Europe et Chessy? Pourquoi dans le questionnaire n'est-il fait état que du lieu de travail?

    Comme on le sait ce qui compte pour motiver l'utilisation des transports collectifs, c'est le temps total, aussi si de terminus à terminus il faut 30 minutes, si on compte l'éloignement des stations et donc leur temps d'accès, les correspondances avec les temps d'attente, et les jonctions entre moyens, a quand un test de faisabilité sur le site comme quand on choisit un moyen de transport avec par exemple via Mappy.

     http://transports.blog.lemonde.fr/2015/03/18/lintermodalite-ce-concept-que-les-ingenieurs-adorent-mais-que-les-voyageurs-detestent/

     Pour ceux qui veulent s'informer vraiment, consulter le site de la concertation et charger les 146 pages du document principal de l'étude DOCP, dans "en savoir plus" documents. C'est sur lui que l'avis de la concertation est sensé être porté par le public.

    https://www.tripndrive.com/fr

     (Les liens sur le site de l'enquête sont mis pour faciliter et imager le débat et l'information, il est difficile de contacter le site pour autorisation comme précisé aux mentions légales puisque n'y est joint aucune adresse mail).

     Ajout du 19 juin suite au commentaire, lien sur l'article "promotionnel" de La Marne.

    Mais davantage d'explications sur le site de la commune de Montévrain.

    Dans La Marne du 17 juin diffusion sans critique du message de Mireille Munch, qui n'a pas consulté son voisin de Bailly, ni aucun dossier avant de se rendre ridicule dans sa réclamation.

     

  • Enquête PLU, et quelles dates?

    L'avalanche de concertations et enquêtes publiques diverses, font perdre la tête aux habitants du secteur IV, celles des cupressiens particulièrement, et même celles des responsables de la communication au sein de la municipalité de Coupvray.

    La news du 14 mai reçue du site internet annonçait la fin de l'enquête au 18 juin.

    la preuve son extrait:

     
     

     

     
    Concertation publique

     

    1) L' enquête publique sur la révision simplifiée du PLU de Coupvray se termine le 18 juin, jour où la commissaire enquêtrice sera présente en mairie de 15h à 18h. Voir infos en rubrique urbanisme.

     

    2) Avis d'enquête publique relative à la révision du règlement intercommunal de la publicité, des enseignes et pré enseignes du Val d’Europe qui se déroulera du 8 juin au 9 juillet 2015 : Enquête règlement de publicité

    Monsieur Jean Charles BAUVE commissaire enquêteur désigné par le Tribunal Administratif de Melun recevra les observations du public en mairie de Coupvray le vendredi 19 juin 2015, de 15h à 18h.

     

    Le texte du site internet de la mairie a été corrigé, mais pas l'annonce dans le petit journal, seule preuve sur papier. L'annonce actuelle de la fin le 18 mai surprend plus d'un citoyen qui espérait encore s'exprimer. Ce cafouillage semble illustrer que l'accumulation de ces "consultations des habitants" inutiles puisque qu'elles ne servent qu'à nous présenter des études toujours accompagnées de termes comme "nous y sommes contraints par des décisions d'Etat ou des prescriptions de la Région", nous rendent finalement défaitistes et fatalistes. Nous avons questionné le collectif des "Riverains des Tamaris" qui porte l'action contre PLU et DUP. Nous mettons en pièce liée leur expression adressée par son animateur Michel Favier.

     

    Dans le prochain article nous analyserons l'enquête sur la liaison TCSP, Esbly-Serris Val d'Europe (Donnez-votre avis! Concertation "Bus en site propre").

     Ajout du 11 Juin 2015

    L'appellation "Enquête publique" utilisée sur le site se trouve quelque peu exagérée. S'y trouve ajoutée une consultation municipale réservée aux riverains de la rue des Molveaux au sujet du zonage de stationnement. Cela sans en avoir l'air ajoute à la confusion. Comme enquêter sur le PLU alors qu'est distribuée une info sur le PADD du PLUI qui prévoit déjà une remise en cause des éléments du PLU. Une enquête générale sur la sécurité sur les voiries cupressiennes serait par contre bienvenue.

     

  • Prélèvements en douceur

    Notées dans ce mois de congés fréquents, accompagnés d'une tâche délicate et douloureuse, celle de la déclaration de revenus, des paroles ministérielles.

    Le porte parole du gouvernement, Stéphane Le Foll annonce une réflexion sur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. Le ministre des finances Michel Sapin, prône la suppression du seuil de paiement par carte bancaire. Dans le même sens qu'il y a peu il affirmait utile pour l'économie française de développer le paiement sans contact.

    Le sans contact, le virtuel en quelque sorte, serait il synonyme de sans douleur? Deux annonces dans le même sens: ne plus s'apercevoir de ce qui est prélevé. L'impôt indirect comme la TVA est un bon exemple dans l'inconscience, même si les Français trouvent en permanence que la vie est trop chère. L'élimination de l'argent liquide que l'on voit défiler de sa bourse, facilite aussi le "traçage" et les contrôles de chiffre d'affaire des petits commerces et des artisans, puisque déjà les maximum de règlement cash sont depuis peu abaissés.

    S'apercevoir en fin de mois que les comptes sont vidés avant même de percevoir salaire ou retraites qui vont s'amoindrir par un prélèvement à la source et qui signifiera éventuellement endettement voir surendettement mais des commissions sont la pour étaler les remboursements ou les pénalités, peut être même des prélèvements sur salaires seront ils organisés.

    On voit tout le raisonnement antidouleur de la société qui nous gouverne, non seulement nous n'aurons bientôt plus besoin de travailler, plus besoin de rembourser les dettes de l'état, mais nous serons entrainés à s'endetter tout le long du mois. Il est vrai que nous avons avec l'impôt sur le revenu un différé de dette envers le fisc (pour les moins de 50% de ceux qui le payent), et qu'un recalage permettrait en quelques mois de "renflouer" quelques 75 milliards, encore un tour de passe-passe pour 2017? La fin des envois de formulaires de déclaration, les seules validations sur internet, vont dans le sens des économies, mais elles permettent aussi de ne pas trop se remémorer les sommes versées, passer plus vite ces mauvais souvenirs, ainsi la société du numérique nous entraine inexorablement vers l'éphémère. 

    Ajout du 27 mai, chaque jour une déclaration dans le même sens.

    Ajout du 18 juin confirmation du planning. Mais incertitude totale.