UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Retouche

    C'est un mot sur toutes les lèvres en ce moment.

    Principalement au sujet des photos des mannequins dans les magazines (féminins).

    Ces dames sont souvent maquillées, mais surtout amaigries, il est probable que cette amélioration physique concerne toutes les photos publicitaires et donc concerne autant les mannequins hommes.

    Vous connaissez le risque de tromper notre jeunesse qui pour tenter de s'identifier à ces modèles de perfection physique risquent leur santé en se privant de nourriture, ou pratiquant des efforts ou des régimes inhumains.

    Lire la suite

  • Impardonnable défaite

    Il peut paraître surprenant de s'intéresser à notre époque à la situation vécue par nos parents en 1940. Le temps passe, il permet le recul et surtout les recoupements des témoignages et documents sortis et enfin analysés par les historiens 70 ans après les faits. L'avalanche de nouvelles sur la guerre de 14 fait un peu oublier que certains considèrent que 1940 n'était que la suite d'une même confrontation, que les conditions de la paix de 1918 n'ont pas permis un équilibre en Europe. La naissance d'un ennemi nouveau introduit avec les soviets en Russie. Les faiblesses des démocraties et de leurs représentants avec les luttes partisanes permanentes, les souvenirs des atrocités de la Grande Guerre, toutes raisons afin d'être timoré, la sortie de la crise de la guerre enchaînée avec la crise économique mondiale (1929) les espérances de vie meilleure avec moins de travail, le partage des richesses, des loisirs pour tous. Il était tentant de lire une synthèse d'historien sur cette période, et cette thèse de guerre permanente, de déchéance et de lassitude méritait bien une attention. Je ne le regrette pas. Une présentation avait été faite sur la chaîne Histoire, historiquement-show disponible en ligne. Ce livre de 2010 rejoint ma liste. (Il n'est pas dans les médiathèques du Val d'Europe.)

     

    Le contexte de 14 n'a pas changé, les antagonismes des radicaux anti-cléricaux, les séquelles de l'affaire Dreyfus, ne sont pas oubliées dans l'entre deux guerres, se sont ajoutés les remords des vainqueurs devant les pertes, les erreurs de tactiques. Finalement une victoire peut-être pas vraiment méritée par les états-majors pourtant auréolés. Entre fascisme et communisme les gouvernants politiques et les militaires avaient leurs convictions, la France était multiple, c'est ce qui est décrit d'une façon très abordable et plaisante à lire, accompagné d'une bibliographie impressionnante. Deux regrets : le manque d'illustrations qui sont pourtant commentées dans le texte: dessins, affiches, tableaux auraient été appréciés, et comme souvent une table des noms cités, car les responsables sont nombreux dans ce désastre.

    Mais comme de nos jours, les citoyens ont aussi fait leurs choix.

    Défaitisme, idéalisme pacifiste, parti pris,  obscurentisme militant, et molesse des représentants politiques étaient probablement à l'image de la Nation.

    Il est aussi permis d'estimer que les élus se doivent à leur électeurs, qu'ils doivent lutter avec détermination, passer le temps qu'il faut et mettre tous leurs moyens et leurs qualités pour combattre avec acharnement dans le sens qu'ils ont présenté à leurs concitoyens au moment où ils sollicitaient leurs suffrages. Ce n'est pas dans des réunions de conseils des ministres pour l'Etat ou de bureau municipal pour une commune que l'on peut modifier son projet, il faut alors le soumettre à nouveau, s'expliquer clairement, car on l'a vu à ce niveau si important, la déception est grande et la traîtrise méprisée, même si elle intervient longtemps après. Représenter en démocratie, c'est assumer la lutte, parfois contre des décisions incompréhensibles

    Mais le SAN a accepté sans broncher une baisse des bases de taxation des hôtels, il s'attend encore à subir une optimisation fiscale de Disney. Considéré comme intercommunalité riche il verse sa contribution pour une répartition alors qu'il doit s'endeter en permanence avec la seule garantie de ses habitants. Ni le SAN, ni la commune n'ont protesté contre la nouvelle densification du PIG 2010 et ont même devancé l'augmentation de population en envisageant 60 000 habitants dans un projet où l'EPA y voyait bien en mettre 90 000 dans un premier temps. Il est bien temps maintenant de multiplier les "Motions" le pouvoir est tranmis avec la soumission.

  • Finances: Un budget sincère?

    Bientôt le temps du bilan, c'est ainsi tous les 6 ans la municipalité sortante s'explique.

    Ce qu'elle a tu pendant 6 années, elle le clame, à sa gloire pour franchir le cap.

    Le budget de l'année suivante par exemple 2014 ce sont les engagements sur l'assise du passé.

    Donc décortiquons ce qu'il contient, et comparons sur les dernières années par exemple de 2005 à 2014.

    Soit dernier budget de François Bentz, et dernier de Martine Dogit, et de la future équipe de Monsieur Cerri, puisqu'elle revendique la continuité.

    Le budget a été voté le 23 décembre, voir le CR provisoire sur le site de la mairie.

    Les précédents et les quantités de population sont extraits du site finances publiques du ministère.

    Les renseignements complémentaires fournis par le service local des impôts.

    A la lecture du PV du Conseil, au point 7 il ne faut pas croire ce qui est écrit, On y lit:

    -que le budget est présenté (bien obligé selon la loi, comme si c'était à regret qu'il faille en débattre)

    -qu'il a été préalablement discuté dans deux commissions finances (ce doit bien être la première fois de tout le mandat, et les élus n'auront pas droit au compte rendu de ces commissions)

    -Surtout il est présenté en mélangeant l'adoption du budget et le vote des taux. Etrange façon de faire. En signalant la réserve que bien entendu à cette date les ressources ne sont que des prévisions, que le service des impôts n'a pas encore communiqué les bases, donc qu'il ne sera pas nécessaire d'augmenter les taux si la somme est confirmée. Au sujet des estimations de recettes hors les bases il ne sera pas fait mention, sur l'évolution en baisse de la DGF, voire de baisse éventuelle de restitution de la part du SAN sur la Taxe de séjour (Disney n'a t-il pas déclaré une baisse de fréquentation?).  

    Sur ce qui est inclus dans le budget, sur les prévisions d'investissement? un million cent (1 109 548€) alors que les précédents sont autour de trois millions, pour le même ordre de grandeur des recettes générales de fonctionnement (5 598 443€).  motus Circulez il n'y a rien à voir, rien à comprendre, aucun tableau de synthèse n'est présenté par le Maire qui défend son budget, pas un mot d'explication, en tout cas déjà pour ceux qui le découvrent dans ce compte rendu.

    Le stricte minimum   le budget est adopté, une seule voix contre: celle de Gérard Barbier, mais qu'a t-il donné comme explications?  motus Ce n'est qu'un budget primitif, bon pour les élections, le vrai le prochain ce sera celui que la nouvelle municipalité concoctera, sortiront alors les nécessités: la prévision d'accueil des nouvelles populations déjà avec 10% de logements 250 habitants sont attendus, les baisses de dotations de l'Etat, les impossibilités de soutien du SAN, mais on se quitte dans l'imprévision, est-ce bien un budget sincère? Ce compte-rendu du Conseil du 23 décembre 2013 de Coupvray est-il sincère? Ne devait-on pas avoir l'explication sur le montant de la taxe de séjour, de la dotation DGF de commune touristique? questions pour lesquelles Madame le Maire a du faire appel à la comptable pour se faire donner l'information.

     Touche de cachoterie aussi, le manque de clareté en ce qui concerne les marchés, quelle traduction de l'article 133 des marchés publics faisant obligation de publier la listes des marchés, plus de 20 000€, plus de 90 000€, certaines mairies présentent même les marchés inférieurs. Le site internet npas que la promotion de l'équipe municipale, il doit aussi servir à l'information minimum des concitoyens.  

     

     

     évolution du budget du personnel 

     

    Comparaison entre les communes:

    reprise du tableau du SAN dans l'étude de fusion (site avenirduvaldeurope) en mai 2012  

      Bailly Chessy Coupvray Magny Serris San Totaux
    postes 175 91 49 153 186 111 765
    population 7296 4772 2865 7578 8135   30646
    proportion 2.40 1.90 1.71 2.02 2.29   2.50
                   

     La conclusion dans ce débat sur le site avenir du SAN, est claire, les développements sur Coupvray entraîneront une augmentation des services, ils sont actuellement de très haut niveau, et une prévision budgétaire sincère devrait le prévoir, puisque la solution soutenue à l'époque de fusion en commune unique n'a pas aboutie.

     

     

     

     

     

     

  • Privé de confidences ?

    Pour tous ceux qui respectent la vie privée du président de la République, qu'ils jettent un coup d'oeil sur la série de communications "autorisées" diffusée par le Journal des Femmes. Comment s'étonner que les photographes avec lesquels on a joué la complicité pour monter sa cote de popularité, ne soient pas attentifs aux comportements nocturnes.

    Je me suis trompé, Je ne tromperai plus,  Je vous ai trompé ...

     

     

     

  • Contributrices du FSRIF

    En France nul n'est sensé ignorer la loi!

    Mais comme elle est si complexe, voire tordue ... et que peu s'emploient à la faire connaître dans ses détails, que le citoyen "lambda" en est réduit à l'observer ou la subir "bêtement"...

    Nous n'aurons pas la prétention ici d'assumer ce qui n'est pas fait par ceux qui en ont les moyens et la conçoivent, mais à l'occasion de la lecture d'un article de journal, un petit complément d'information semble nécessaire.

    Le déclencheur? Cet article du Parisien du mardi 14 janvier 2014, qui commente la liste des communes contributrices au FSRIF. Le Fonds de Solidarité de la Région Ile de France.

    Le classement des communes par les services fiscaux dans une statistique rigoureuse, ramené au potentiel fiscal par habitant.

    Ainsi les dépenses de fonctionnement dans les budgets communaux, sont ramenés à la tête de pipe et les plus "riches" contribuent au Fonds les plus "pauvres" bénéficient d'une reversion de "compensation" de ce fonds.

    Dans cet article qui recense les 10 plus riches et les 10 plus pauvres du département de seine et marne, il est particulièrement discuté de la commune d'Othis - classée la plus "riche" et le maire interviewé explique que les recettes considérables de taxe professionnelle percues par l'EPCI de la Plaine de France comportant Roissy est en théorie répartie au prorata de la population et donc est imputée majoritairement à Othis en 2012 la plus peuplée sur ce territoire où effectivement les habitants doivent préferer les communes les plus éloignées des pistes (être riche mais dans quelles conditions!), dans le même classement deux communes de l'EPCI qui nous concerne le San du Val d'Europe figurent en bonne place, Chessy 2eme contributrice, et Coupvray 6eme. Les habitants retrouvent d'ailleurs cette information sur les feuilles d'impôts locaux (vous êtes riches ne vous plaignez donc pas).

    En fait cette richesse est quelque peu virtuelle: est compté par Bercy une répartition théorique, qui au niveau du SAN n'est pas réelle, puisque les communes ont décidé en leur propre sein de réduire la distribution de "dotations d'équilibre" aux seules défavorisées par l'implantation des activités Disney et pour autant en obligation d'urbanisation dans le cadre du Schéma Directeur de 1969 pour la ville nouvelle de Marne la Vallée. Ainsi Chessy et Coupvray sont dispensées de ces subventions ce que n'intègre pas le calcul du ministère.

     

    Cette cause, est la raison pour l'établissement d'un budget intégrant nécessairement des constructions (L'école maternelle, Le centre de loisir, Le parc des sports en 1992 Me gymnase, les tennis, la ferme, le parc du château, la piscine en 2004) également ignorées du SAN, de compléter les recettes de la taxe sur le foncier bâti des Hôtels, seul revenu "industriel de Disney" de recourir à l'emprunt, auquel les 4 autres communes du SAN ne font pas appel puisque soit largement bénéficiaire comme Chessy ou équipées par le SAN comme Magny, Bailly et Serris.

    En reprenant le tableau présenté dans l'article et pour laisser réfléchir à l'importance des sommes en jeu, nous avons rajouté quelques totaux et moyennes. (seules les 10 premiers sont présentées une totalisation sur les 20 premières ou sur l'ensemble pourrait donner des résultats très différents.)

    Communes 77 contributrices au Fonds Solidarité Reg IF 
    o   pop   versée par hab   CAF dette fonct
    1 Othis 6471   545542 84.31    643  4297  6311
    2 Chessy 4298   354935 82.58    3120  5457  9222
    3 Compans 711   285298 401.26    1009  1000  4074
    4 Châtres 479   256116 534.69    368  76  812
    5 Le mesnil-A 861   252557 293.33    1600  17  7918
    6 Coupvray 2705   246482 91.12    764  4622  5037
    7 Mitry Mory 18499   243475 13.16    6560  26410  41326
    8 Serris 7595   226350 29.80   514  1435 11245
    9 Juilly 2156   154120 71.48    385  1051  1865
    10 Moussy-LV 1014   139599 137.67    295  456  1565
      Total 44789   2704474 60.38      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    SAN  Val d'Europe (activité Disney)             Plaine de France (activité Roissy CDG)

    Communes 77 bénéficiaires du Fonds Solidarité Reg IF
    o   pop   versée par hab   CAF dette fonct
    1 Meaux 50755   3920110 77.24    8112 52350 79159
    2 Melun 39589   2786905 70.40   6152 79219 68148
    3 Chelles 52779   2118910 40.15   5413 73387 60363
    4 Le Mée /S 20609   2061481 100.03   26495 3546 30497
    5 Savigny lt 36375   1745038 47.97   18280 2916 42114
    6 Dammary ll 20722   1298248 62.65   3942 26807 32117
    7 Villeparis 24122   1156223 47.93   15005 3610 31832
    8 Champs /M 31767   977356 30.77   15043 2338 34050
    9 Torcy 22425   957619 42.70   25260 1267 33252
    10 Nemours 12745   936632 73.49   9246 1745 17226
      Total 44789   2704474

    57.93

       132948  247185 428758

     

     

     

    Les chiffres complémentaires sont extraits du journal du net "management ville"