Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coupvray une nouvelle "Entrée de Ville"?

Dans la Concertation "préalable" pour un projet de ... Port, quartier urbain, ou nouvelle entrée de Val d'Europe ?

On retiendra que c'est ce titre qui finalement a été choisi sur la déclaration officielle.

On voulait donc connaitre pourquoi cette nécessité.

 

Lors de la réalisation du parc sportif, nous étions également en étude de la ZPPAUP, (*) sigle bien compliqué pour un objectif assez plaisant toutefois. 

Enfin réaliser une Étude sérieuse qui était ressortie comme une nécessité afin de régler ces conflits permanents entre mairie (le service urbanisme associé à la DDE qui avait la capacité technique "d'instruire" les autorisations d'urbanisme) et les "ABF" Architecte des Bâtiments de France, ces empêcheurs de tourner en rond pour les habitants et leurs constructeurs.

Car la richesse de notre histoire, notre patrimoine avait été reconnue, par plusieurs classements faisant dépendre leur "protection" de règles spécifiques qui dépendaient du ministère de la Culture et de leur agents territoriaux que sont au final les ABF.

Les zonages "logiques" du bâti existant combiné aux voies imposées par la géographie, traduits dans le règlement du POS depuis 1986, se heurtaient à une autre logique, celle d'abord de la culture avec les cercles entourant le points surveillés ou en vue directe ; ensuite l'ajout du volets des vues lointaines et la perception du paysage notion complémentaire d'environnement.

Dans les années 70, une première tentative n'avait pas abouti, mais des incidents en 1990 avaient porté à reprendre (mieux) une amélioration des relations Commune, ABF, inspection des Sites, pour aboutir au lancement en 1995 de ce travail qui devait durer 12 ans jusqu'à 2007 où un vote mit brusquement fin. Nous avons donc hérité d'un zonage PLU de 2012, mal étayé , quelque peu enrichi par cette étude que les élus n'ont pas voulu présenter aux habitants, craignant sans doute une gène à certaines urbanisations réclamées par des promoteurs, des vendeurs, à titres divers, mais dont les aides pouvant être perçues par un plan reconnu faisait entrer dans le régime Malraux. 

 

C'est dans cette étude, que l'entrée Nord-Ouest fut définie. Sans trop de difficulté le cône de vue "la découverte" du petit village briard, pointant le toit de terre cuite de sont église entourée des quelques taches rouges et blanches formant le bourg, tout cela émergeant d'un coteau boisé, avec au premier plan les terres aux larges sillons.   Cela aperçu comme dans un cadre à la sortie du pont de la ligne de l'est en venant de Lesches.   Ce village idéal symbole de nos campagnes française, c'était l'apanage de notre territoire.  Alors le voir autrement?  

Ce qui fut le signe de la négligence et du déclin, c'est le fruit d'une approche ignorante d'une nouvelle politique "sportive" brusquement adoptée à Coupvray à partir de 2009.

  • Ainsi sont arrivés la décision d'éclairer le stade, on ne retiendra que l'éblouissement qu'ont eu à subir les automobilistes en passant le pont, pourtant si souvent allumés mais inutilement.
  • La coupe des arbres devant la piscine pour y faciliter un "solarium" dégageant ainsi la perception des bâtiments, en dépit du point de vue soigneusement conservé dans les études architecturales.
  • La couverture du 4eme terrain de Tennis, celui des débutants, avec une toiture sans rapport avec les premiers, qui avaient su être plat afin de concilier hauteur nécessaire et hauteur suffisante pour ne pas couper la vue, mais être masqué par le premier rang d'arbres.
  • Finalement la pose d'un bungalow offert par l'agglo VE en signe d'adoubement au vassal pour l'abri d'un  local jeunes, et le remplacement de l'espace de parking perdu, par cette petite esplanade goudronnée grignotée sur l'espace agricole pourtant théoriquement inviolable. Dégagement d'une vue directe sur ce bric-à-brac et immédiatement appréciée des visiteurs en caravanes donc rendue rapidement impraticable, et prête pour être transmise à n’importe quelle opération comme celle du projet en débat actuellement. 

 

Donc cette entrée sacrifiée en deux mandats, jugée comme de mauvaise qualité, c'est finalement ce que nos successeurs auront probablement à retenir comme épisode pour marquer l'histoire dans la chronologie du secteur, dans le classement des pires nous avons certainement les champions.

 

* notes: ZPPAUP = Zone de Protection du Patrimoine Architectural et Urbain .... et du Paysage, régime devenant AVAP en 2010 avec le Grenoble II.   La présentation de la ZPPAUP de Coupvray figure dans 2007 : « Les ZPPAUP ; la restauration immobilière ». Actes du colloque de Bayonne, janvier 2007. Disponible en version numérique

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel