Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coupvray au naturel

Longtemps préservé à cause de sa position en vallée et ses zones humides, le village de Coupvray est depuis près de 10 ans l'objet de convoitises. Couloir entre Brie et Beauce la Marne et les Morin forment un milieu de haut intérêt en biodiversité.

Le Projet Disney qui n'en finit pas de s'étendre, en durée puisque toujours insatisfait et en surface, a fait repousser les limites du bétonnage et des espaces verts artificialisés. 

   

 

 

corridors,trames verte et bleue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement dans le SDRIF de 2014, assorti du SRCE de 2013, la reconnaissance de dangers potentiels pour les évacuations d'eaux et l'intérêt écologique de protection de la nature dans les Zones humides se sont traduites par des obligations de protections des liaisons fluviales et de leurs affluents (trame bleue) avec leurs accotements (trames vertes). Les cartes de la DRIEE (depuis 2009) reprennent ces zonages, et les PLU les ont définis en zone Naturelles (N) pour les plus exposées, en zones AU de type 2 (soit après une étude d'ensemble pour la meilleure connaissance des zones humides potentielles).

Sur l'extrait de carte ci-dessous en vert zone humide de classe 3: à investiguer au préalable à tout aménagement (conforme à 2AUd de l'OAP du PLUI Val d'Europe) et en orange zone de classe 2 protection certaine et incontournable.

corridors,trames verte et bleue


Dans Coupvray c'est le fond de l'ancienne vallée du Morin, à une cote de 46m (Esbly à 51, mairie de Coupvray à 84), passant par "les marais", longe "la Fosse St Etienne, puis "le Fond de l'Aulnoy"  et rejoint les marais de Lesches (46 à 42m).  Cette tranchée continue est bien entendu favorable au développement de la faune et de la flore, d'autant que les berges du canal, sur une dizaine de mètres de fourrés de part et d'autre, sont protégées depuis le creusement vers 1840. Le passage de quelques péniches silencieuses, les promeneurs, même les VTT-istes ne perturbent que faiblement oiseaux, lézards et chevreuils qui ont de beaux espaces pour se protéger. Jugez-en et les baladeurs ne manquent pas.

corridors,trames verte et bleue

La nature en reprenant la définition de la DRIEE :

Nature

"Les milieux naturels, les espèces animales et végétales, les sites géologiques sont considérés comme « patrimoine commun de la nation », de ce fait, tout ce qui contribue à en assurer la protection, la gestion et la mise en valeur est « d’intérêt général ».

Les espaces de nature remarquable en Ile-de-France forment les grands réservoirs régionaux de la biodiversité : ce sont les espaces protégés, les espaces forestiers et certaines zones agricoles.
Pour les différentes espèces animales et végétales, la région Ile-de-France constitue un carrefour biogéographique très étudié dans le temps par les naturalistes mais également par les géologues.

Vous trouverez dans cette rubrique des informations concernant la préservation d’espaces et d’espèces remarquables en Île-de-France, ainsi que des documents présentant des orientations de gestion."

On est bien loin des espaces verts reconstitués, artificiellement plantés autour de bassins formés de terres transmutées depuis des parcelles parfois très éloignées, et aménagés pour la visite intense, régulièrement perturbés par des manifestations ludiques et concentrées. Des bassins d'ailleurs si pollués qu'ils nécessitent régulièrement des "curages" destructifs.

Les paysages selon la définition de la Convention de Florence (2000) et les engagements des Etats à consulter les populations.
Le rôle central des populations : l'ambition de la convention est de passer du paysage des experts au paysage des usagers : en effet tout atlas de reconnaissance de paysage jusqu'ici était exempté d'analyses de perception sociale des paysages, ce travail restait au niveau des experts du paysage et de géographe.
C'est pourquoi, les Etats signataires se sont engagées à mettre des procédures officielles de consultation du public à l'occasion de la définition des politiques du paysage.

Trame verte et bleue

La fragmentation des milieux naturels et leur destruction, notamment par l’artificialisation des sols et des cours d’eau sont parmi les premières cause de perte de la biodiversité. La trame verte et bleue a pour objectif d’enrayer ce phénomène tout en prenant en compte les activités humaines.

La trame verte et bleue est un réseau écologique formée d’espaces naturels terrestres et aquatiques en relation les uns avec les autres nommés « continuités écologiques ». Elle doit permettre aux espèces animales et végétales de se déplacer pour assurer leur cycle de vie (nourriture, repos, reproduction, migration, etc.). Les continuités écologiques sont elles-mêmes constituées de « réservoirs de biodiversité », correspondent à des espaces naturels de taille suffisante ayant un rôle écologique reconnue, qui sont reliés entre eux par des « corridors écologiques ».

Le schéma régional de cohérence écologique, co-élaboré par l’État et le conseil régional, est le volet régional de la trame verte et bleue.

Au sujet des actions à mener dans les objectifs dans la Brie et en particulier sur Coupvray, dans la mise en œuvre du SRCE IDF:

  •   Améliorer la connaissance des zones humides et assurer leur suivi

  •   Proposer des indicateurs de suivi pour les actions ponctuelles relatives à la continuité
    écologique : par exemple après effacement d’un seuil (valorisation des pêches électriques
    et de l’indicateur poisson, des BGN), lors de la création d’un passage à faune (ex. suivi
    par pièges photographiques et/ou pièges à empreintes des ouvrages existants, réaménagés
    et nouvellement créés), Indicateur de la qualité écologique des berges (Schéma
    environnemental des berges, IAU, 2012), taux d’étagement (ONEMA), etc.

  •   Engager des programmes d’inventaires sur les territoires susceptibles de faire l’objet
    de reconnaissance en ZNIEFF

  •   Analyser l’impact de la pollution lumineuse sur la fonctionnalité des continuités (trame noire)

Dans la carte de IAU -Visu-Berges de la Marne, le Canal de Chalifert dans la traversée de Coupvray est nommé Bief de Lesches, vous pouvez le visiter par cette application.

La carte ECOMOS de l'IAU note niveau 4 3116 "forets marécageuses" sur la rive nord , entre écluse et pont RD5.

corridors,trames verte et bleue   corridors,trames verte et bleue   corridors,trames verte et bleue

Il n'y a pas de plus beaux trésors à Coupvray, que ses espaces naturels de plus en plus recherchés, des bruits de faune, des senteurs de flore, de vues plus agréables, unissons nos forces afin de la préserver, il en va de notre avenir et de celui de nos enfants.

Des arbres spontanés: merisiers, noisetiers, saules, cornouillers, sureau, charmilles, etc

Des  fleurs et grimpantes multiples, avec Ail des ours, Renoncule tête d’or, Cardamine des prés  …, toutes plantes que nous récoltions déjà dans nos herbiers en 1965, y compris cette orchidée pourpre commune au droit du stade.

corridors,trames verte et bleue l        .corridors,trames verte et bleuecorridors,trames verte et bleuecorridors,trames verte et bleuecorridors,trames verte et bleue

 

 

 

 

 

 

 

 

A peine creusés de quelques centimètres, l'eau affleure dans les fossés.  

corridors,trames verte et bleue  

Quelques ajouts de promenade le 29 mai (Platanthera chlorantha, groseiller sauvage, couple de Cygnes et 3 poussins gris).

-
corridors,trames verte et bleuecorridors,trames verte et bleuecorridors,trames verte et bleue

corridors,trames verte et bleue

---    

et le 14 juin observation de nourrissage de Bergeronnettes grises sur bord canal.

corridors,trames verte et bleue

 

Lien permanent Catégories : Politique Locale, Urbanisme 4 commentaires

Commentaires

  • Merci pour la qualité de votre article. Je partage entièrement votre point de vue

  • C'est toujours agréable d'avoir des retours, merci. Bien entendu réhabiliter un réseau fluvial n'est pas négligeable, mais des espaces bateaux j'en connais à Chalifert comme à Esbly (la branche alimentaire ne nécessite que peu d'effort il me semble. Les berges du canal sont un idéal de continuités, les assos devraient se mobiliser dès à présent, d'autant avec l'intégration Esbly et St Germain dans VEA, qui pourraient travailler à une petite desserte.

  • Bonjour,
    Une idée comme ça........et si on faisait des bateaux bus pour aller sur Esbly A/R
    moins de voiture et moins de pollution.!

  • Bonjour, c'est d'autant une bonne idée que c'était la cause de plantation des pieux pour la création des Bassins avec évacuation par péniches, puis maintien pour haltes fluviales. C'est l'origine de ce que d'aucuns ont interprété comme "port", ensuite les lobbies constructeurs se sont emparés de l'idée.

Les commentaires sont fermés.