Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sans nuances

Élections municipales obligent, faudra-il voter le 15 mars 2020? *

 

A fin janvier, la question se pose, surtout dans notre secteur du Val d'Europe où les décisions échappent complètement aux acteurs locaux, les rouleaux compresseurs associés de l'Etat via l'EPA, de Disney et des constructeurs sont tout à fait en harmonie avec les chantiers qui circulent sur tous les écrans. Quand le président s'occupe de régler les conflits des candidatures à Paris, Biarritz, Bordeaux et bien d'autres "grandes villes" les candidats de nos communes sont des plus discrets.

 

Les populations prendront-elles au sérieux d'éventuelles listes dissidentes des élus "en place" sinon pour gérer d'une nouvelle façon les dépenses inéluctables avec l'accueil de nouveaux habitants, mais plus surement pour oser augmenter les ressources par des hausses de taxes dans les marges du "potentiel fiscal" et des densifications urbaines pointées dans le "potentiel" du PLUI.

 

- Mis à mal par les manifestations sur le pouvoir d'achat des gilets jaunes, par les grèves et manifestations syndicales contre la modification des régimes de retraite.

- Menacé par le changement climatique et les catastrophes de toutes parts, accru subitement par les risques de diffusion du coronavirus en Chine, qui me ferait penser qu'un report d'un an des municipales avec prolongement des mandats actuels serait peut-être une hypothèse à considérer.

Que ce soit au niveau national ou mondial, l’intérêt des citoyens est pointé sur des sujets bien éloignés des propositions d'équipes uniquement concentrées sur le pouvoir local et les conflits de personnes.

Alors, que des élus revendiquent la droite ou la gauche qui n'existent plus, que tout soit coloré d'un orange, bleu, rose, vert ou d'un marron "caca d'oie" issu du mélange ou d'un gris terne "feld-grau" sans aspérité qui serait comprise comme agression, que le drapeau qui unit les divers droites (DVD) ou les "sans étiquette" (SE), soit classé ou non par le préfet en "divers centre macronien", qui en est concerné? Sinon les "extrêmes" aux couleurs vives?

Nous apprendrons apparemment vendredi 31 janvier en fin de matinée, comment le Conseil d’État apprécie la circulaire de "nuançage" du ministre de l'intérieur.

 

Depuis 2014 où les listes sont apparues pour les communes de 1000 habitants était liée la désignation des délégués intercommunaux qui les rendaient moins dépendants des conseillers municipaux. Ces listes sentaient l'arrivée de politisation et de main mise des partis politiques. On pouvait s'attendre pour 2020 à des formations de listes "globales" intercommunales ou supracommunales. Mais le Val d'Europe échappe encore par son particularisme financier, dopé encore par les retombées fiscales de sa dépendance au tourisme autour de Disney et sa croissance immobilière.  

Mais mars 2020 ce seront aussi les changements de représentations dans une agglomération portée à 10 communes et une quarantaine (43) de représentants avec peu de place pour les petites communes. Qui osera aborder clairement dans ses projets la gestion du nouveau paquebot? Qui à part quelques vieux routiers tireurs de ficelles depuis des organes cachés par des liens de sympathie loin des regards?

 

D'une lecture récente je relève: "Retiré de la bataille, il est doux, avec quelque ironie, de la contempler, de suivre les offensives astucieuses des jeunes ambitions, les contre-attaques acharnées des gloires rancies. ... Avec quelle âpreté, quelle férocité, les vieux persistent! ... Être affranchi de tout cela, quel soulagement! Et pourtant, comment ne demeurer agacé de cette jonglerie!"

* Article révisé le 4/2/20

Ajout du 1er Février 2020. Le feu vert aux annonces des candidatures dans le Val d'Europe est donné depuis hier par la déclaration du président de la CAVE, Jean-Paul Balcou maire de Magny-le-Hongre qui passe la main et soutiendra l'un de ses adjoints. Tous les candidats déclarés se présentent "Sans Etiquette" démonstration comme quoi la référence au macronisme même pour des élus revendiquant leur rattachement aux anciens UMP badigeonnés "AGIR" semble pour l'heure un risque dans une commune de 7500 habitants. JP Balcou ayant souffert de l'éclatement de son équipe en 2014, n'ose finalement pas à 74 ans "le mandat de trop". Mais son adoubement ne transfère-il pas la pesanteur à la liste soutenue comme le baiser qui tue? Sur les 10 communes de l'EPCI CA de Val d'Europe, combien de maires et d'adjoints se sentiront-ils "trop usés" et feront la place aux jeunes? D'ici le 27 février et la clôture des dépôts de listes (il faut 26 candidats à Magny), les annonces ne devraient pas tarder, celle de son président et maire de Magny était le signal attendu.

Ajout 2 février:  Pour voir la perversité du jeu politique. La démarche exemplaire et "professionnelle" de l'attaché migrant d'une formation comme UDI en opposition pour ensuite changer de commune (et d'étiquette) pourvu qu'elle rapporte. Extrait de l'article de la Marne:

"Déjà dans la bataille des municipales, Anne Gbiorczyk glisse que la seule expérience politique de Pierre-Louis Magnani est en tant que conseiller municipal d’opposition à Montévrain. « Pour moi, il est inenvisageable de soutenir la candidature de Pierre-Louis Magnani », tranche-t-elle.

Ajout du 3 Février 2020. Montevrain:  Guinard candidature en marche SE contre le maire Agir sortant avec soutien LREM.

Ajout le 4 février. Il sera bientôt indispensable de présenter le tableau des candidats aux postes de conseillers communautaires de la Communauté d'Agglomération du Val d'Europe. Les listes des communes se présentent peu à peu. Ici une liste à Esbly SE, ça va de soi, qui fait compagne contre Antoine Bohan, adjoint de la maire sortante Valérie Pottiez-Husson qui ne se représente pas. Bien que la nouvelle mouture de la "circulaire Castaner" porte le nuançage à partir de 3500 habitants, et donc touchera les communes à l'exception de Coupvray et les Villeneuve. Alors pas de "verts", pas de front gauche ou droit, pas d'extrêmes? A Chessy c'est l'élu d'opposition dans le conseil actuel qui présente aussi une liste SE. Mais quels projets pour la CA-VEA mystère.

Lien permanent Catégories : Politique Locale 7 commentaires

Commentaires

  • Citation extraite du livre "Evasions" (posthume 1941), André Lichtenberger (Alsacien Strasbourg 1870- Biarritz 1940) Ecrivain, journaliste, ancien directeur du Musée Social, ancien secrétaire de Paul Doumer président du conseil assassiné.

  • Ivanne Trippenbach
    @ITrippenbach
    ·
    1h
    Le juge a estimé que la #circulaireCastaner pouvait "altérer le sens politique du scrutin" et méconnaissait le "principe d’égalité" entre les partis https://lopinion.fr/edition/politique/nuances-politiques-conseil-d-etat-suspend-circulaire-castaner-210354 via @lopinion_fr

  • Mais ce sont des shadocks ces élus "sans-etiquettes" qui étaient tous dans les mêmes équipes comme les conseillers de Balcou, bien à droite anciens responsables des réunions locales de l'UMP ou du modem-UDI mais qui se tirent des bourres personnelles depuis 30 ans. SAN, Chessy, Serris, Montevrain, idem Bussy, Lagny. Ce sont ces querelles qui font la joie des fonctionnaires de l'EPA mais aussi des collectivités, car eux ils poursuivent leurs carrières sur le dos des habitants. Des ZACs, des ronds points, des massifs de fleurs. A tous les niveaux les "électeurs" sont les vaches à lait.

  • Oui le SE c'est le parti gagnant probable du prochain scrutin. Dans votre liste vous pouvez mentionner Bailly-Romainvilliers où même l'ancien maire et président qui a migré Sénateur Agir soutient son ancien chef de cabinet contre son adjointe qu'il avait alors mise en place. A moins que ce soit l'abstention ou le vote blanc qui remportent la palme.

  • Votons BLANC ! En réponse au manque de couleur des listes. Que les citoyens suivent l'exemple des candidats pour que ceux-ci prennent conscience de leur non-engagement ! A Coupvray, il n'y aura qu,1 liste, blanche, menée par Cerri. Alors bonnet blanc, blanc bonnet, votons BLANC. Les cupressiens n'auront aucun choix, il repassera de toute façon. Idem sur les autres villes du VEA où les maires sortants ont désigné leur successeur : Magny, Esbly, Chessy... Pas la peine de choisir par le scrutin démocratique, les dés sont déjà pipés par ceux qui sont accrochés à leurs mandats. Et à Coupvray on a le vécu de la liste de fausse opposition qui s'est présentée pour tromper la moitié des cupressiens en rejoignant Cerri et Cie.
    Le paquebot VEA à gérer, dites-vous? Puisque ce seront les mêmes gestionnaires : Gestion en sous-marin, comme dab.
    Alors, tout ce délire, on n'y croît plus...

  • Il faudrait beaucoup d'espace pour commenter "l'erreur" du vote de 2014. Ambition d'être "chef de file" pour un ignorant de la politique, illusion de rassemblement au-dessus des conflits éternels gauche-droite, influence sournoise de quelques "tireurs de marrons du feu". L'observation de la suite s'explique "prééminence" des avantages accordés aux élus, de l'aura des édiles, de la soumission au chef ... La faiblesse du "peuple" sujet servile satisfait des loisirs qu'on lui "offre". Relisez Du Bellay et La Boetie.

  • Ça recoupe bien l'article de médiapart du jour https://www.mediapart.fr/journal/france/030220/remi-lefebvre-ces-elections-municipales-sont-un-trompe-l-oeil-democratique. On n'est pas sorti des manifs Gilets Jaunes puisque les projets nous sont imposés par des parvenus. D'ailleurs inutile d'aller lire sur presse en ligne médiathèques valdeurope, c'est en panne. (changement d'adresse du site puisque changement de logos).

Les commentaires sont fermés.