UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Petits porteurs ou apporteurs d'argent frais à Oncle Pic-sous

    (Disney en bourse)

    L'opération Disney est une grande affaire de promotion immobilière, basée sur l'attirance des loisirs.

    Mais l'installation de Disney en Europe ne fut pas un parcours sans obstacles.

    Les trois moteurs de Disney, ce sont: l'activité loisirs avec les parcs et les ventes associées ou produits dérivés, l'hôtellerie, enfin la promotion immobilière en exploitant les droits à construire sur les terrains mis à disposition par l'Etat.

    L'endettement de tous les partenaires était très fort, la TVA et les taxes locales rendaient leurs mises à l'Etat, la Région et le département. Par contre l'enthousiame initial des banques et des actionnaires a vite fondu avec les premiers résultats médiocres.

    On peut compter les incidents qui ont contrarié les résultats:

    Dès la construction, l'appel aux sociétés étrangères, les malfaçons dans les constructions ont déçu en matière de retombées pour l'emploi.

    Peu après l'ouverture, les menaces terroristes sur les transports aériens ont cassé l'élan des visiteurs étrangers.

    Puis ce fut le 11 septembre. Les déboires dans la gestion du CE du personnel, l'impression d'emploi dévalorisé principalement par le recours aux CDD, et à l'instauration du temps moyen annuel ont donné une mauvaise image à Disney patron.

    Enfin l'entretien, le renouvellement nécessaire des "attractions" conduisaient à un refinancement de la dette en 2005, c'est l'échéance nouvelle qui oblige à de nouveaux montages.

    La traduction de ces évènements sur le cours de l'action Eurodisney est très nette:

    Introduite en novembre 1989 (avant l'ouverture du parc en 1992) à l'équivalent de 13€, la descente fut inexorable jusqu'à 5 centimes d'euro. Certains en 2007 ne trouvaient un intéret que par les avantages du club.

     Un échange de 1 contre 100 permit en décembre 2007 de redonner à l'action nouvelle quelques couleurs à 8 €, mais en fait pour entamer une deuxième phase de dégringolade, et se stabiliser vers 5€.

    Le Capital est constitué d'environ 39 millions d'actions de 1€ de valeur nominale, dont Disney détient 39,8% le prince Alwaleed 10% et donc les petits porteurs 50.2%.

     Alors les quelques variations à la hausse, sur fond de rumeurs en 2006 , en 2011 et en septembre 2012 qui sont bien éphémères, ne redressent en rien le fiasco financier des petits porteurs. 

    zonebourse.com/EURO-DISNEY-67837

     

  • Au feu! de poubelle

    Qui connait les lois? Quand une commune affiche sur son site les photos de ses chantiers, il serait pour le moins normal qu'elle sanctionne les fautes.

    déchets, chantier, infraction

     

    Ceci est interdit, ce sont des "déchets de chantier" qu'il est normalement prévu d'évacuer, souvent d'ailleurs c'est un poste facturé. Cette photo se trouve dans l'info "Ilôt St Pierre" sur le site communal www .coupvray. fr.

    Quel est le montant de l'amende infligée? Pour les plaintes s'adresser en Mairie ou aux bureau du constructeur: CFH, comme indiqué dans le texte d'accompagnement. Toutes les autres règles de construction seront elles respectées de la sorte?

     

     

     

     

     

  • Les prix près de chez nous.

    Un petit tableau comparatif qu'il suffira de compléter par vos commentaires.

         esbly               Coupvray                CC-VDE  

        casino              Carrefour                Auchan

    • essence  24/9
    • SP98                         1.607        /          1.597         /
    • Gas Oil                      1.384        /          1.341         /

     

     

    • beurre 250g
    • le Gall                                       /           2.02           /          2.02 
    • BIO distrib                                 /          2.32            /

     

     

     

     

  • Une barbe de 3 jours

    J'ai déjà tenté, c'est toujours le 4eme qui est le plus difficile.

    Il y a les glâbres, ceux-là même un mois, ça ne suffira pas.

    Et puis pour la parité, au moins on ne se fera pas rattraper.

    C'était la mode il y a déjà longtemps, lancée par Gunsbar pour se donner un mauvais genre, ou pour ne pas faire remarquer qu'il n'était toujours pas réveillé.

    A cette époque lointaine, on s'étonnait un peu que sa barbe restât à l'état des 3 jours, j'avais essayé, pendant les vacances, je ne pouvais pas supporter, quand on travaille, que l'on prend le métro, on transpire de trop, ça gratte, ce n'est pas agréable pour embrasser les enfants, et le patron nous regardait d'un drôle d'air en coin, alors risquer de choquer le goût des clients! et perdre du chiffre d'affaire, puis sa place, non je n'avais pas le même objectif que Gainsbourg.

    barbe,modeEnfin la mode est passée aux autres artistes, aux politiques. Coucou, on voit une trogne brunie à l'émission de télé, Moscovici un jour, DSK un autre, c'était un signe de contestataire, d'opposant ... mais nanti car il fallait soit un coiffeur, soit une grille particulière sur son rasoir (eh oui mesdames, il y a un truc). Enfin quelques animateurs télé, journalistes vedettes aussi parfois s'y sont tâté, Yves Calvi, Christophe Barbier, ... coucou aussi passage très bref, sûrement de mauvais retours à l'audimat ou une constellation de critiques.

    Je suis bien certain que le site de l'internaute a du faire une galerie de ces têtes faites pour 3 jours et qui ont failli la perdre le 4eme.

    Alors que la nouvelle importante ces derniers jours soit de voir apparaître un ex-président avec une barbe de 3 jours, n'y a t'il rien de plus "normal"? n'y a t'il surtout rien de plus important?

    Mais quand la classe politique en est à se grimer pour se faire reconnaitre, se montrer sale et négligeant, n'est-ce pas un signe d'encanaillement, de désinvolture voire de déliquescence, qui ne fait qu'en préparer d'autres? Ces politiques à faces qui se barrent, qui prennent des allures de voyous, ne vous surprendraient ils pas bientôt, de passer la frontière avec des lingots, tricher sur leur feuille d'impôts, sniffer ou trafiquer, ne serait-ce l'étape suivante?

  • Le divorce

     (compte rendu du Conseil du 17 septembre)

    Étrange ce Conseil auquel j'ai assisté, glissé dans le public. Étrange par l'ordre du jour, qui, c'est sûrement la première fois, comporte en point 7 un sujet nominatif: le retrait de la délégation au SAN de Gérard Barbier. J'étais curieux de savoir pourquoi on reparlait de cette délégation au SAN qui avait été ôtée par la municipalité à son adjoint au début 2009, dans une séance où nous les spectateurs avons été "sortis" pour une suite de conseil à huis-clos.

    Dès le début de la séance, en tant que conseiller Gérard Barbier (GB) s'est distingué, en contestant la validation du précédent conseil. Une intervention confuse dont j'espérais lire l'explication dans le compte-rendu de celui-ci mais l'affichage sur le site ne nous donnait aucune retranscription juste:

    Approbation du procès-verbal de la séance du 9 août 2012

    Le procès-verbal de la séance du 9 août 2012 est approuvé, sans observation.

     En fait GB protestait que, présent le 9 Août, et ayant lors de l'approbation du Compte-rendu de la séance du 2 Juillet, où il était absent, il n'avait eu que peu d'information à la lecture de ce CR, s'étonnait de l'absence de discussion au sujet de la demande de subvention pour la télésurveillance, sur laquelle il n'avait pas davantage que les autres eu de précisions, et avait souhaité qu'une recherche de mutualisation soit effectuée. La Maire ayant partagé sa remarque, il avait approuvé le PV mais s'étonnait maintenant qu'aucune remarque ne soit portée.

    Nous pouvons penser que ce compte-rendu ne lui plaira pas davantage, puisqu'effectivement il ne reprend toujours pas cette réflexion.

    Il a aussi fait remarquer qu'il apprécierait que soit mentionné la présence ou non de public lors des conseils, ce qui permettrait de faire savoir que le public est invité à assister aux séances, et si les conseillers ont délibéré entre eux ou en présence de tiers, ce qui peut changer la franchise du débat.

    Après cette entrée en matière, on a vite compris qu'entre "le paria" désigné au point 7 et le reste des conseillers, il y aura dorénavant un marquage comme on dit "à la culotte", les délibérations seront certainement plus contestées, si ne serait-ce qu'un seul n'est pas totalement aligné, mais se permet l'expression de ses doutes.

    Effectivement, sur les deux points suivants, et avant même que "son cas" ne soit expédié au point 7, il intervint vivement, je vais être obligé de prendre des notes à partir de mon enregistreur, car le compte rendu est absolument muet de toutes les paroles de Gérard Barbier, pour ne marquer que ses votes négatifs.

    à Suivre

    Les conseillers étaient dans ce conseil invités à se prononcer sur 2 autres sujets qui, par une surprenante concordance issue du hasard du calendrier, ont particulièrement accusé les divergences entre l'adjoint évincé et le reste de la troupe.

    le point 2 l'approbation du PLU, pour lequel en tant qu'ancien adjoint à l'urbanisme il avait représenté pendant 20 ans "l'esprit de l'équipe de Coupvray",et le point 4, Attribution d'une indemnité de frais de représentation, où il a détecté dans les explications données, une nouvelle embauche qu'il fallait bien justifier pour le départ de l'ancien DGS (Directeur Général des Services).

     

    C'est du fait qu'il soit désigné nominativement à l'ordre du jour dans la convocation et des interventions en "opposant" sur 4 sujets traités, que nous pouvons titrer ce Conseil de "divorce".