UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

compte-rendu

  • Le divorce

     (compte rendu du Conseil du 17 septembre)

    Étrange ce Conseil auquel j'ai assisté, glissé dans le public. Étrange par l'ordre du jour, qui, c'est sûrement la première fois, comporte en point 7 un sujet nominatif: le retrait de la délégation au SAN de Gérard Barbier. J'étais curieux de savoir pourquoi on reparlait de cette délégation au SAN qui avait été ôtée par la municipalité à son adjoint au début 2009, dans une séance où nous les spectateurs avons été "sortis" pour une suite de conseil à huis-clos.

    Dès le début de la séance, en tant que conseiller Gérard Barbier (GB) s'est distingué, en contestant la validation du précédent conseil. Une intervention confuse dont j'espérais lire l'explication dans le compte-rendu de celui-ci mais l'affichage sur le site ne nous donnait aucune retranscription juste:

    Approbation du procès-verbal de la séance du 9 août 2012

    Le procès-verbal de la séance du 9 août 2012 est approuvé, sans observation.

     En fait GB protestait que, présent le 9 Août, et ayant lors de l'approbation du Compte-rendu de la séance du 2 Juillet, où il était absent, il n'avait eu que peu d'information à la lecture de ce CR, s'étonnait de l'absence de discussion au sujet de la demande de subvention pour la télésurveillance, sur laquelle il n'avait pas davantage que les autres eu de précisions, et avait souhaité qu'une recherche de mutualisation soit effectuée. La Maire ayant partagé sa remarque, il avait approuvé le PV mais s'étonnait maintenant qu'aucune remarque ne soit portée.

    Nous pouvons penser que ce compte-rendu ne lui plaira pas davantage, puisqu'effectivement il ne reprend toujours pas cette réflexion.

    Il a aussi fait remarquer qu'il apprécierait que soit mentionné la présence ou non de public lors des conseils, ce qui permettrait de faire savoir que le public est invité à assister aux séances, et si les conseillers ont délibéré entre eux ou en présence de tiers, ce qui peut changer la franchise du débat.

    Après cette entrée en matière, on a vite compris qu'entre "le paria" désigné au point 7 et le reste des conseillers, il y aura dorénavant un marquage comme on dit "à la culotte", les délibérations seront certainement plus contestées, si ne serait-ce qu'un seul n'est pas totalement aligné, mais se permet l'expression de ses doutes.

    Effectivement, sur les deux points suivants, et avant même que "son cas" ne soit expédié au point 7, il intervint vivement, je vais être obligé de prendre des notes à partir de mon enregistreur, car le compte rendu est absolument muet de toutes les paroles de Gérard Barbier, pour ne marquer que ses votes négatifs.

    à Suivre

    Les conseillers étaient dans ce conseil invités à se prononcer sur 2 autres sujets qui, par une surprenante concordance issue du hasard du calendrier, ont particulièrement accusé les divergences entre l'adjoint évincé et le reste de la troupe.

    le point 2 l'approbation du PLU, pour lequel en tant qu'ancien adjoint à l'urbanisme il avait représenté pendant 20 ans "l'esprit de l'équipe de Coupvray",et le point 4, Attribution d'une indemnité de frais de représentation, où il a détecté dans les explications données, une nouvelle embauche qu'il fallait bien justifier pour le départ de l'ancien DGS (Directeur Général des Services).

     

    C'est du fait qu'il soit désigné nominativement à l'ordre du jour dans la convocation et des interventions en "opposant" sur 4 sujets traités, que nous pouvons titrer ce Conseil de "divorce".