Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rente ou pension?

Comme la parole présidentielle est difficile à comprendre.

Notre président est en visite à nos armées en opérations de soutien aux forces des pays africains qui luttent contre les terroristes islamistes. Les gazetiers nous précisent que cette visite sera désormais un rite obligé pour Noël, apporter les bonnes paroles nécessaires au moral des soldats.

Le geste fut précédé de l'information que dans son voyage il se faisait accompagner par Vegedream une figure culturelle du pays d'origine, un rappeur qui répète en refrain d'un tube parait-il célèbre certaines expressions qui sont plutôt choquantes

 

Dans les discours de vendredi retransmis il fut question de l'engagement des forces françaises et de la précision nécessaire de la volonté des chefs d'état africain, Puis ce fut un regard sur la situation des personnels dans le contexte des protestations en France et des grèves. Au sujet des retraites des militaires je retiens ce choix de l'expression de "pensions" ce qui m'interpelle.

Étant assez jeune pour ne pas avoir connu l'engagement dans la dernière guerre de la France en Algérie, mais assez âgé pour avoir connu les "pensions de guerre" des mes grands oncles estropiés en 14-18, je trouve hasardeux ce mot de pension, comme le terme de "rentiers" qu'il avait précédemment employé lors de l'augmentation de la CSG pour désigner les citoyens percevant les droits qui leur sont attribués par les organismes auxquels ils ont cotisés pendant leur vie active. 

Que pension fut retenu dans le passé s'agissant d'indemniser des soldats mobilisés et rendus partiellement invalides à la vie civile, représente une particularité que je différencie d'une rétribution après temps de service,  compensatrice du temps passé pour des militaires qui ont choisi ce métier.

Je comprends aussi que le discours du chef de l’État à une troupe en guerre évite de parler de retraite.

Sur notre sol de métropole, où les déplacements sont entravés par les grévistes, les discours des représentants des personnels des sociétés où pensions des fonctionnaires, avantages de certaines sociétés de transports et conditions particulières de fin de carrière, évitent l'emploi du mot salaire pour intégrer primes, indemnités au calcul du point avec valorisation de la pénibilité.

A la fin (si on en sort) de cette négociation sur le renouveau de notre couverture retraites, c'est donc plus d'un nouveau vocabulaire que nous aurons hérité que d'une juste unification des régimes.

Ajout 23/12/19: Dans l'Opinion sur E1 Nicolas Beytout: Réforme des retraites : «Si ça continue, on aura juste remplacé des régimes spéciaux par des régimes particuliers»

Lien permanent Catégories : Politique Nationale, Web 1 commentaire

Commentaires

  • Tu aurais pu titrer "Afrique pas de retraite pour nos armées".

Les commentaires sont fermés.