Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sentir le printemps

C'est une question d'odorat, de capacité individuelle à ressentir les odeurs de la nature.

Les champs, les bois, par les plantes et les fleurs dégagent des odeurs, même l'eau des mares ou des cours d'eau participent à la vie naturelle que nous pouvons percevoir, à condition d'y associer les vues et les évènements, à condition de n'avoir aucune gène à la perception comme l'habitude d'une cigarette ou d'un parfum, d'un produit de maquillage voire dans un véhicule une plaquette "désodorante".

Etre sensible à "l'atmosphère" peut être une chance ou un malheur selon l'impact des activités humaines qui se développent et parmi les plus pernitieuses une activité écologique en soi : le compostage.

L'odeur est bien une caractéristique de pollution de nos espaces, l'article reproduit ci-après en distingue la raison.

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Urbanisme 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.