Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Place des débats

Le Val d'Europe, les communes qui le composent et celles qui l'entourent, forment-ils un espace territorial si différencié que les habitants ne se sentiraient pas concernés par la mobilisation des "Gilets Jaunes"?

A peine touchée les premiers jours des manifestations par quelques opérations de filtrage à l'entrée du parc Disney, les mesures de protection, l'organisation de la voirie, la différenciation des usages sont tels que les actes restent cachés, discrets et finalement si peu publicitaires qu'ils ne sont d'aucun apport dans la contestation.

Les populations, sous contraintes par tant de modifications dues au développement rapide du secteur, où les nouveaux occupants sont en dépendance soit de lourds emprunts, soit d'emplois locaux fragiles, soit de conditions locatives exceptionnelles, restent-elles à l'écart des préoccupations de la grande part des Français qui appuient les manifestants des ronds-points?

Nous sommes encore pour certains dans la période des fêtes, des voeux, en parcourant les rues, les boulevards qui conduisent des zones d'habitats aux zones commerciales, les rassemblements n'existent pas. La vie d'ici est celle d'un microcosme provincial, mêmes les rencontres dans les allées des centres commerciaux et autres super-marchés se font silencieusement. Nous n'avons ni sur les panneaux d'affichage, ni sur les pages d'accueil des sites municipaux d'appel à une démarche d'échange d'idées, de dialogue, de récolte de propositions.

Les journaux locaux, perpétuent la diffusion de messages toujours plus éloignés de la situation générale que nous observons sur les réseaux sociaux, sur les écrans TV, sur les titres des magazines et des quotidiens nationaux.

Serait-il possible que nos élites soient si imperméables à une sourde inquiétude sur l'avenir en terme de taxes, d'impôts, de fin de mois et annoncent toujours des dépenses, projettent encore une croissance des charges sous d'hypothétiques bénéfices alors que tout tremble autour de nous?

Je n'ai qu'à comparer deux médias: l'annonce du port de Coupvray début 2021 titré dans le Parisien , curieux projet alors que les zones concernées ne sont pas incluses dans le PLUI actuel, donc sans aucun avis des habitants, que même dans l'article une supposée opération blanche financièrement est conditionnée par une prise en charge du coût par la marge de prix sur 300 logements envisagés y compris sociaux. Personne ne s'étonne de l'inaccessibilité aux logements sociaux, au prix trop élevé des appartements entrainés par des objectifs somptuaires au seul plaisir d'élus bâtisseurs. Le second est l'article de Challenge du 12 janvier sur la position des décideurs politiques à tous les niveaux, en particulier sur les manières de dialoguer entre représentants et citoyens.

A la veille des annonces du chef de l'Etat et du premier Ministre sur ce qui a été décidé dans l’organisation du "Grand Débat National", qui devrait s'appuyer sur les élus locaux, ceux d'ici sont-ils crédibles? Leurs préoccupations sont-elles sur la même ligne que celles de leurs concitoyens. Les consignes données à leurs troupes par les associations de maires (AMF, Grandes villes, petites villes, agglomérations, Métropoles ...) dans un premier temps en recueillant dans les cahiers qu'ils ont imprimés les "doléances" ont elles été suivies? Il n'y en a aucun signe, ni sur les sites municipaux, ni leur écrans Facebook. 

La place de dialogue n'étant pas dans la logique de communication politique des municipalités, devrons-nous attendre les élections, celles des Européennes en mai, celles de municipales en mars 2020, ou peut-être d'évènements plus brutaux avec une dissolution, des démissions ou un référendum dans les mois prochains?

Dans cette attente, il vous est possible de commenter ici, ou par message de contact, un RIC local est-il souhaitable? A quel niveau? Les exemples participatifs comme sur le site de la mairie de Magny semblent encore bien éloignés, l'échelle mise en illustration de cet article vous permet d'en situer le niveau. Et si le premier moyens ne serait pas la publicité de la "compol", mais le respect de la loi en diffusant les conseils municipaux, les textes, les données fiscales et sociales en Open-data?

** L'échelle en illustration a été adressée sur Tweeter par Renaud Epstein @renaud_epstein: "Depuis sa publication en 1969, l'échelle de Sherry Arnstein est largement utilisée pour évaluer les dispositifs participatifs ↴ Mardi il faudra ressortir cette échelle pour juger où se situe le , entre manipulation et contrôle citoyen".

Ajout 19h45 voir l'article du Monde sur Gressy.

liberté d'expression,critique

Sujet d'actualité! pour la mairie de Coupvray
(adressé par commentaire: tristesse du verbe avoir, et exagération du toujours, Braille était musicien pas poète, les Rohan? pas sûr, les bijoux oui et pas beaucoup de tombes de poètes au cimetière.)

Lien permanent Catégories : Politique Locale 8 commentaires

Commentaires

  • Vous avez parfaitement raison: en faisant un tour des sites: Bailly propose la galette, VEA le port de Coupvray en 2021, Magny Bonne année et loto, Coupvray poesie ou spectacle, Serris les voeux du Maire le 25 janvier, Chessy les voeux du maire le 19 janvier et la fermeture de la mairie annexe, à Montevrain rien, le site est provisoire jusqu'à février!, Chalifert met en garde contre les prospecteurs d'Etrennes et les frelons, (à cette occasion rien sur Marne et Gondoire , Pièces jaunes sur Montry.
    Mieux pour ceux qui proposent la recherche (donc ni Serris, ni Chessy, ni Montevrain, ni Bussy, ni Montry) on ne trouve ni "débat" ni "doléances" seulement Villeneuve-le-Comte à mis un cahier à disposition jusqu'au 31/12/2018 , Esbly un cahier de "réclamations" depuis le 21/12. Mais l'exhaustivité de l'attraction Tourisme avec la dépendance à Disney (mondialisation et acculturation) doit justifier cela. On voit aussi que les journaux dans le traitement local ne servent plus à rien quand ils se contentent de reproduire les messages des mairies et de se faire inviter aux vœux pour rapporter la bonne parole. C'est ce qui pousse à croire les réseaux sociaux.

  • Merci de votre lecture, et de votre recherche sur les sites (c'est pratique la page planning?) C'est à la cérémonie des vœux de Coupvray l'année dernière et complété cette année que le journaliste à été "briffé" sur le port. Mais les gilets jaunes devraient lui demander de faire son boulot: enquêter, décrypter vérifier avant de dupliquer.

  • Vient de paraitre un article de Laurent Mucchielli au propos de la démocratie participative. Il est présenté aussi son livre -étude sur le Télésurveillance.

    https://theconversation.com/gilets-jaunes-lurgence-democratique-commence-par-le-bas-109598

  • Effectivement, le site de la mairie de Coupvray a comme préoccupation principale de devenir une terre de poésie. Par contre l'annonce n'insiste pas sur l'orthographe, ah! les accents. Et comme votre sujet c'est le dialogue avec les habitants on pourrait se poser la question mais qui a eu cette idée? Est-ce juste une passion du responsable des services techniques? Une doléance largement exprimée par la population? Les noms de rue inspirés par le promoteur pour des poètes mais la Marquise de Sévigné n'était pas poète! Nous on veut cela au programme du Grand Débat sinon on pose des Gilets Jaunes en décor du rond-point devant l'école.

  • Amusant cette remarque, j'ajoute l'image en fin d'article, pour le fun. Surement une réponse à la demande de Disney pour nommer les rues dans les nouveaux quartiers des ZACs. Chessy avait choisi les bandes dessinées, c'était justifié par Babar dont l'auteur De Brunhof était un des citoyens, mais l'histoire de Coupvray ne fait pas référence à des poètes, on aurait pu choisir aussi de grands architectes c'est plus en rapport avec l'urbanisation sous laquelle le village disparaitre.

  • Dans la foulée, on devrait retenir Alphonse Daudet comme prochain nom poétique de rue, on le connaît comme la Marquise de Sévigné pour les Lettres de mon Moulin.

  • D'accord Marc-Antoine, le directeur des services techniques s'éclate pour décorer Coupvray ! Il ne sait plus à quel label faire la courre ; encore plus de panneaux aux entrées du village ; il va falloir instaurer des panneaux stops pour qu'on ait le temps de les lire. Bon, oui, tout ça, c'est du pipi de chat ! Il faut qu'on voit comment sont utilisés nos impôts. On nous enfume, on nous embrouille avec des notes légères et poétiques pour nous éviter la cogitation. Tout va bien et rien ne se passe que de léger et éphémère à Coupvray.
    Bientôt, nous allons feuilleter le journal des festivités cupressiennes. Que du bonheur !

  • Journal dans les boites ce jour, et la poésie pas du pipi de chat, maintenant on dit de "la pipe" mois j'aurais dit du pipeau. Et les élus votent au Conseil communautaire pour des financements "festival rock", étude ville des "Casinos", un circuit touristique à Coupvray sans demander ce qu'en pensent les habitants, puis ils diront que ne recevant pas assez de finances de l'Etat il devront augmenter les taxes locales, c'est expliqué tant que nous avons du "potentiel" c'est à dire que nous n'atteignons pas les taux maxima possible avec les moyennes. Le referendum local doit être exigé dans le GDN avant même le RIC car l'opposition élue est sans parole ici.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel