UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les parasites

    Cette note fera référence en matière de flore et de faune, aux parasites qui peu à peu gagnent notre environnement, gâchent nos paysages et font porter un risque sur notre avenir.

     

    Comment expliquer la prolifération d'espèces nuisibles, quelle est leur véritable nocivité?

    Les reconnaître, (ne pas se cacher les yeux), identifier les causes, chercher les acteurs non pour seulement les punir (et le peut on) mais surtout pour supprimer les sources d'introduction et mobiliser pour les réduire, sera l'objectif de ce sujet.

    gui

    Quelques parasites visibles: le Gui, les lierres, les clématites des haies, les renouées,... 

    Il se développent car les bois, les arbres sont négligés, les espèces porteuses de base ne sont plus valorisées, les acteurs : agriculteurs, agents d'entretiens des chemins et des canaux, n'ont plus de temps ou manquent de financements. Les personnels des espaces verts, manquent de connaissance du milieu naturel, ne traitent dans l'urgence que l'aspect sécuritaire et visuel. Ainsi le gui n'est plus détruit dès qu'il s'installait sur un pommier, les oiseaux portent les graines aux alentours, comme il y a de moins en moins de pommiers, il y a prolifération sur d'autres espèces on le trouve sur les peupliers, et maintenant les tilleuls.pie,gui

    Volatiles parasites: Les mouettes, les pies, d'autres corvidés, étournaux, ... oies

    mouettes, carrière

    Les mouettes sont attirées par les réserves nouricières que constituent les décharges, les composts, espèces aquatiques elles suivent les rivières, les canaux et profitent des bassins de stockage d'eau pluviale liés à l'aménagement ou les comblement de carrières fréquents dans notre secteur. Les pies ne font plus l'objet des jeux d'enfants, elles chassent les petits passereaux, troglodytes, rouge-gorges, mésanges, etc. Les mouettes transmettent des maladies, les pies détruisent volent les oeufs, attaquent les oisillons et n'ont plus de prédateurs qu'elles mêmes.

    Les sangliers, les chevreuils, les renards, ne sont plus chassés, la proximité de friches, dues aux jachères et à l'abandon des cultures, les dépôts et décharges sauvages les abritent et les nourissent, le remblai des sols avec des terres pauvres,  ou des espaces verts artificiels, réduisent les effets de mixité des espèces, et de biodiversité.pie

    Enfin la mondialisation dont profite le commerce des espèces, les jardineries, les cultures inter-régionales, permettent les diffusions d'espèces proliférentes sur les espèces endémiques fragilisées par la transformation ou la disparition de leur milieu naturel. (Oies canadiennes qui profitent des BEP, Renouées du japon des fossés et cours d'eaux déviés, plants de roseaux importés, arbres des pépinières belges, ou chinoises, ...)

    Une réflexion, une information, une mobilisation des énergies, sont nécessaires.

     

     

     

  • Belle journée ce samedi dans le parc du château de Coupvray, ou journée des dupes?

    La traditionnelle distribution de sacs pour la ramasse des déchets verts, s'est transformée en journée champêtre.

    En effet les services techniques se sont mobilisés, et ont regroupé toutes les énergies autour de l'écologie.

    Carnaval d'enfants, stand de Veolia prestataire du SAN Val d'Europe pour la collecte des déchets, stand LPO (Ligue Protectrice des Oiseaux), stand du SMITOM. Plaine tondue pour le stationnement des véhicules, serre du Château, avec les plants "bio" préparés par les enfants de l'école.

    Mais il y avait un couac, cette distribution de compost, où l'on découvre la coopération de Veolia avec l'entreprise de compostage qui ne s'est jamais mise en conformité avec sa déclaration initiale.

    Il aurait été agréable plutôt que d'exposer l'engin à retourner les andains, de nous montrer les certificats de qualité Afnor du compost produit. Un exemple de cahier de refus ou d'acceptation des produits introduits, puisque à chaque contrôle de la DRIRE dans le passé ces cahiers de suivis étaient absents ou non remplis. Derrière la théorie: le fumier de cheval, les tontes, les coupes de haies, ... et quoi au juste?  

     La population était ravie de quelques pas dans les grandes allées du parc aux premiers rayons de soleil bien que le temps soit un peu froid (en fait c'est une chance, le vent du nord devait entraîner les odeurs vers le parc Disney). Les enfants, acteurs et spectateurs étaient loin de savoir comment fonctionne une plateforme et les explications de l'exploitant trop heureux d'être en bonne compagnie, loin de montrer les défauts d'une transformation en plein air, en surplomb du village, et dont le chantier au sol imperméabilisé, laisse passer l'eau des lixiviats en dépassement lors des pluies, s'écouler dans le rû qui traverse le village sans station de traitement.

    Si aucun élu ne pouvait être présenté comme interlocuteur "écologiste" de la LPO, le directeur des services techniques ne pouvait pas non plus connaître les difficultés et nuisances ressenties dans le passé, les exploitations de bois pollués qui venaient des déchetteries, et transportées par Veolia! Le soupçon qui n'a jamais été levé, c'est l'introduction du bois déchiqueté dans le compost pour absorber les odeurs. Phénomène connu comme par exemple exploité par les WC secs.

    Le déchiquetage à l'air libre de bois, ne laisse t'il pas partir les poussières, les particules de bois, mais aussi de peintures, vernis ... qui traitent ces déchets bois pollués? (que dépose-t-on en bois dans les déchetteries? il suffit de voir arriver les camions sur le chantier). Des andains retournés en plein air, les bactéries, les spores, ne sont ils pas balayés par le vent d'ouest et renvoyés dans la vallée encaissée sur coupvray et esbly? Le vent du nord envoie bien certains jours les particules et les odeurs sur les postes de contrôle de l'entrée du parc de loisirs. 

    déchets, traçabilité, pollution, odeurs,

    Que le maire, les élus, fassent les ignorants de ces problèmes, préfèrent la collaboration à l'application de la loi, que les services techniques soient utilisés par les prestataires indélicats car intéressés, et que le Smitom ignore la traçabilité jusqu'à la fin de vie des déchets n'est pas seulement une négligence mais une faute. La  vigilance des citoyens est trompée par ses représentants, c'est bien une journée des dupes.

    Nous attendrons impatiemment, les contrôles demandés à la DRIEE par l'association NE77, nous attendrons la prise en charge des réclamations sur la destruction des nids d'hirondelles constatée par le RENARD dans l'entrée des communs, nous attendrons les documents du SMITOM sur la traçabilté des déchets bois pollués, et des contrats de sous-traitance. Nous attendrons aussi les contrats de fourniture de compost aux services techniques de la ville qui semble s'y fournir pour les parterres floraux. 

    Mais si les tontes de Disney, chargées de produits retardateurs de pousse, les coupes de haies de Cyprès traités, les fleurs traitées, les broyures de bois pollués, entrent dans la fabrication du compost celui-ci peut-il raisonnablement servir aux cultures, et à l'extrême à des plantations "bio" réalisées en toute innocence par les enfants et le personnel technique de la commune complètement eux-aussi "dupés".

  • Allergiquement vôtre

    C'est le printemps,  soignez vos rhinites.

    Mais comment reconnaitre que ces malaises de respiration, ces nez qui coulent, ces petites toux, ces yeux qui pleurent, enfin tous ces signes sont bien liés à une allergie? ne sont pas un chaud et froid (avec les écarts de températures, les queues de grippe dont le vaccin ne protégeait pas vraiment cette année, on peut avoir des doutes).

    Comment aussi expliquer un rhume des foins (qui sont faits en fin d'été ou en automne, mais plutôt le pollen des herbacées ou des pissenlits) alors que nous sommes en avril, ni une réaction aux pollens alors que les bourgeons ne s'ouvrent pas encore et comme la puissante voix écologique entraîne les journalistes à condamner le progrès nous accuserons le gasoil des véhicules, et les plantations de graminées dans les décorations de ville.

    Il faut bien reconnaître que prouver l'allergie, et surtout en trouver l'origine, est bien délicat.

     

    Un examen des yeux, du nez, l'absence de température, orientera fortement sur le diagnostic de  l'allergie, une éventuelle radio des sinus, et une prise de sang en constatant des taux anormaux des IgE (anticorps) feront le reste. Va pour le diagnostic de la rhinite allergique, une piste pour la calmer, la soigner, soulager le patient mais la guérir c'est autre chose, il faut en déterminer la cause, plutôt la supprimer que la contourner en insensibilisant.

    Dans notre secteur les cas d'allergie sont ils en progression? C'est déjà une statistique qu'il faudrait établir, un questionnaire chez les pharmaciens et les médecins, un établissement hospitalier ou un centre de recherche se chargerait il d'une telle enquète? en a t'il le pouvoir et les moyens, ne convient ils pas aux citoyens de s'en inquiéter. N'est-ce pas une menace sur nos enfants car de la rhinite découle fréquemment les conséquences en asthme.

    Les facteurs pollution externe de l'air: l'augmentation de la fréquentation (circulation), les plantations, les plate-forme de compostage à ciel ouvert, les traitements des sols ou des déchets industriels d'où émanent des poussières.

    Les facteurs internes dans l'habitat, l'isolation thermique, (isolants, joints de d'ouvrant) les modes de chauffage, les matériaux modernes sont source de développement de vapeurs nocives, les moquettes les duvets synthétiques peuvent expliquer la présence des acariens et autres parasites.

    Enfin les habitudes de vie: fumer évidemment, les animaux domestiques avec leurs poils, les plantes d'appartement, sont des facteurs à prendre en compte en priorité.

     

     

     

     

  • Normale, diversion sécuritaire.

    En deux jours la sécurité est devenue le sujet numéro un de la politique française.

    Il est vrai qu'à coté des évènements au pays d'Obama, il fallait revenir chez nous. Dans les émissions de Calvi  C dans l'air du 19/4 ou de Taddeï,  ce soir ou jamais du 19/4, les invités se sont lâchés.

    Décidée de toute urgence et en grand secret, la visite du président connaissant la prochaine libération des otages français au Cameroun, il était normal de réorienter le regard des Français, sur les risques dont un ministre de l'intérieur "à poigne" et un président chef des armées, nous protègent efficacement.

    Visite à Roissy, secrète mais les journalistes prévenus, grand coup de comm, et surtout éloigner les risques de troubles: pas de manifestants, pas d'employés en grève, pas de partisans anti mariage homo, éviter de devoir "longer les murs", ou se faire ex-filtrer par la petite porte de derrière, comme on l'a vu quelques jours au paravent pour le premier ministre. 

    Avec vigie-pirate renforcée, présence de patrouilles de militaires armés dans les gares, entre les pieds de la tour Eiffel,   pour rassurer le bon peuple, rassurer ? les touristes, peut-être intimider les terroristes amateurs, mais surtout communiquer sur l'action normale en ces circonstances d'intervention au Mali.

    Gloire avec , enfin la fermeté qui paye et la libération des otages, sans carnage, sans brutalités, tout dans l'ombre et avec le sourire et l'émotion d'un ministre des affaires étrangères qui ne pense plus à sa déclaration de patrimoine, tout redevient normal en somme.

    Mais n'était-ce pas ces interventions précipitées, ces lois de circonstance que l'exécutif d'aujourd'hui reprochait avec tant de véhémence au gouvernants précédents, alors est-ce ce là la présidence normale?

  • La part d'ombre de chacun

    Ce qui se remarque dans les confessions de JC, c'est cet aveu de la "part d'ombre", qui l'obsèdait depuis 20 ans et qui devait influencer son comportement et a été la cause de sa deuxième "faute impardonnable": accepter le poste de ministre du budget.

    Les phrases qui se remarquent : "piégé par un coup de fil! c'est moche", "indignité nationale", "être un Chahuzac", "mes rares amis", "assumer le mieux et le plus dignement possible"...

     

    un Cahuzac AAA ou AAA+ ?   Amour, Amitié, Affection,     en être digne.

     

    La thèse de la part d'ombre qu'il doit y avoir dans la plupart d'entre nous, nous permet-elle de jeter la première pierre?

    Ici la défense est médiatique parallèlement à la défense juridique qui, elle, réclamera les preuves, viendra alors le temps de l'expiation, passera t'elle par la case prison? et finira t'elle dans l'isolement dans la sérénité d'un monastère?  Nos anciens grands héros, ne donnaient-ils pas tous leurs biens séculaires pour se présenter nus devant le jugement suprême, ce JC là ne s'y est pas résigné en acceptant le poste de ministre, ni même avant, celui de président de la commission des finances de l'assemblée, sous l'habile et clairvoyant président Sarkozy, quand librement fera-t-il acte de contrition?

    La "part d'ombre" c'est un peu comme "qui vole un oeuf, vole un boeuf", il faut être chrétien pour apprécier la gravité de la faute, cette confession se veut aussi quelque peu accusatrice, sous entendu, peut-être d'autres savaient-ils , ils ne m'ont pas aidé en ne voulant pas voir, "je ne sais ce qu'ils pouvaient réellement savoir, ce que je sais c'est que je ne leur ai pas dit la vérité", mais mentir et faire serment "les yeux dans les yeux" il y a un degré supérieur de gravité, celà il ne semble pas en être conscient.

    L'enchainement, la planche savonneuse de l'incrustation de "la part d'ombre", c'est le risque de l'entrée en délinquence, et le courage aurait par exemple été dans l'intervalle des 20 ans de pocession de ce compte, lors d'une prise de fonction "d'édile" de se détacher en fermant son compte en faveur d'un organisme humanitaire ou religieux.

    Nous nous sentons un peu désignés, invités à la recherche de notre part d'ombre, ne sommes nous pas un peu complices finalement quand nous recherchons à faire sauter une contravention, puis esquiver une déclaration de femme de ménage, l'emprunt d'un transport sans billet, etc ... pour aboutir à une fausse déclaration fiscale en "oubliant une ligne", en cochant à tord une option, en demandant une dérogation, une faveur, à un élu? La circulation de l'argent liquide en France est la facilité la plus grossière pour alimenter les parts d'ombre des quidams, les placements dans des paradis fiscaux, les optimisations extrêmes sont réservés à quelques privilégiés et pas à la disposition de tout le monde.