UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

val d'europe

  • Campagnes au Val d'Europe

    La Communauté d'Agglomération du Val d'Europe, qui est composée encore actuellement des cinq communes initialement réunies en 1987 en SAN, se prépare discrètement à un affrontement de ses élus dans les campagnes électorales des législatives.

     

    LES campagnes puisque la simplification n'est toujours pas de mise dans notre marqueterie électorale.

    Partagées dans le passé entre les cantons de Lagny et de Thorigny, regroupées depuis 2014 dans le canton de Serris. Les communes sont toujours éparpillées sur les circonscriptions Torcy au nord qui comprend Thorigny, Roissy-en-brie et Bussy-st-Georges, et Coulommiers au sud incluant Esbly, Crécy, La ferté Sous-Jouarre.

    D'autres divisions existent comme l'Unité Urbaine de Paris pour Chessy mais pas pour les 4 autres communes, cela concerne certaines règles et partages financiers, mais non les élections. La consultation des cartes INSEE est pour cela nécessaire.

    Les habitants qui se retrouvent dans certaines occasions comme observateurs des conseils communautaires, ou dans les fêtes communes organisées par l'intercommunalité, ignorent parfois qu'ils ne pèseront pas dans les mêmes groupes et ne voterons pas pour les mêmes candidats portant parfois les mêmes étiquettes.

    Où en sommes nous, à la veille du dernier jour avant le dépôt des listes fixé à vendredi 19 au soir? 

    Lire la suite

  • La relance

    Dans le bras de fer entre la ville nouvelle et l'état, les habitants ont du mal à s'y retrouver.

     

    Avertis par l'appel d'offre de la SANEF, nous avions commenté en juin 2015 la motion du Comité du SAN. Nous étions septiques sur les propos du maire de Bailly, diffusés par le journal La Marne, sur la réalisation prochaine du contournement du péage, et du désengorgement de l'entrée de Bailly par le barreau RN36/A4, surtout à la lecture du rapport sur l'incidence de ce contournement pour la rentabilité du péage de Coutevroult.

    Lire la suite

  • Optimisation

    affichage rd934.jpgPassant moins souvent par la rd934 (ex Nationale 34, Route Thibaud de Champagne) ce n'est qu'assez récemment que j'avais entre-aperçu un panneau dans le talus. Comme cette route n'est pas accessible à pied, faute de trottoir, et la circulation ne facilitant pas l'arrêt, ce panneau ne cessait de m'intriguer.

    La vue d'engin de forage en action m'a convaincu de faire les efforts indispensables pour me mettre au courant. L'accès est possible même si non pratique (et dangereux) par un arrêt coté départementale sur le bas coté, mais plus aisé coté boulevard circulaire au fond d'une voie menant au CAMPS (ancienne antenne hospitalière, mais dont l'activité a cessé et désormais désertée). (Remarque sur l'étude d'impact de 2014).

    L'espace en chantier (10 000m) se trouve le long de la station de surpression, il s'agit selon le permis affiché de la construction par ERDF de transformateurs pour l'alimentation du futur quartier urbain de la ZAD des trois ormes. Quatre bâtiments pour environ 5000 m2! Situées dans cette zone étroite entre bassins, accueil gens du voyage, route, boulevard circulaire, tranchée TGV, il est déjà heureux que ce ne soient que des activités techniques et sûrement sans présence de personnel, mais gérées à distance. Et face au grand pylône qui y apporte l'énergie par la ligne à haute tension.

    PA042850 droit.jpgEn détaillant le permis, on remarque qu'il est signé le 29 juin, affiché probablement dès cette date, dans un talus inaccessible, à peine visible depuis une chaussée impraticable. Donc tranquille pour laisser passer les deux mois (Juillet et Août) qui autorisent la contestation, si tant est que quelqu'un s'y intéresse, et puisse trouver à redire dans cette construction. En fait ce n'est probablement pas dans la construction que l'on peut trouver une anomalie, mais dans le fait que le démarrage de cette installation compte comme acquis la validation de la procédure d'urbanisation des ZAC sur Coupvray. Ignorées les procédures judiciaires pour la suspension, alors même que les volumes, le nombre de logements ne sont pas complètement validées.

    forage micropieux.jpgCe que je relève le plus dans cette construction, c'est que pour implanter une construction devant résister dans le temps (on peut l'espérer pour les investissements d'ERDF), il est nécessaire de créer des pieux sur un sol connu pour son épaisseur d'argiles. Sans être d'immenses bâtiments puisque la hauteur est indiquée de 9m, le coût de construction en subira les conséquences. Mais que dire de ce que devrons subir ainsi toutes les constructions des ZAC de Coupvray si elles veulent être de qualité?

    L'inauguration "première pierre" fit l'objet d'un discours du maire de Coupvray, invitation de dernière minute relayée sur le site de la mairie:

     

    Extrait de la page "actualités" de la Mairie. (je me permets de recopier car les infos du site ne sont par consultables une fois archivées).

     

    Le mercredi 9 septembre, a été posée la première pierre du poste source de transformateurs qui sera implanté au sud de la D934 à proximité de l'aire des gens du voyage. Ce projet a fait l'objet d'une enquête publique en 2014 et sa gestion est assurée par ErDF. Il répond aux besoins futurs du Val d'Europe en énergie et devrait être opérationnel en 2017.                     

     

    Monsieur le Maire a prononcé le discours suivant :

     

    discours pose première pierre poste source (pdf - 99 Ko)

     Ajout du 5 Octobre:

     Bien qu'indiqué "ce projet a fait l'objet d'une enquête publique en 2014", il nous a complètement échappé. Après quelques recherches nous avons trouvé l'appel d'offre par EDF lancé le 26 avril 2013 pour l'Assistance à Maitrise d'Œuvre de Construction d’un poste source HTB/HTA de Coupvray (77) pour RTE et ERDF.. et un avis  de l'autorité environnementale le 25 mars 2014.

     

  • Des infos en Comité

    Les réunions des conseillers intercommunaux donnent avec un certain décalage parfois des informations à lire entre les lignes.

    Le prochain comité (réunion des délégués intercommunaux), ce soir 11 juin se tient non pas au "Château" intercommunal mais dans la salle polyvalente de Coupvray à 20h30.  (Zone non desservie par les transports collectifs à cette heure et encore moins à l'heure de fin probable). Son ordre du jour n'apporte pas de grande nouvelle, mais si l'on en juge entre le planning du précédent à Bailly et finalement le compte rendu affiché, l'ajout de deux questions "urgentes" fait regretter de ne pas y avoir assisté pour entendre les arguments et les commentaires des délégués.

    Le 13 mai ont été ajoutés deux sujets: les conséquences de la dérogation dans le cadre de la suppression des SAN prévue dans la loi NOTRe, et une motion sur la déviation A4-RN36 de la circulation qui tente d'échapper au péage de Coutevroult.

    Après des années de réclamations, de protestations dont un blocage du péage par les élus, rien n'y fait. On a beau protester contre l’abandon de l'intérêt des usagers dans le cadre des contrats État Lobbying autoroutier (on l'a vu récemment au sujet du coût des péages).

    Les appuis des députés, des élus départements et régionaux, aboutissent aux décisions annoncées pour 2008 telles qu'en mars 2006 dans le magazine du SAN: num 48 de VE info page 4 et même une confirmation en 2010 avec prévision en 2014.

    Le concessionnaire, La Sanef, se fait fort, probablement parce que par ailleurs Epafrance lui demande les aménagements nécessaires pour Village Nature et l'extension de la zone urbaine, de faire jouer sa contrepartie : le maintien du péage, et une lutte permanente pour conserver sa position dominante et son chiffre d'affaire du péage. Ainsi le lancement de l'appel d'offre des travaux correspond précisément au rejet de la construction du contournement.

    Seul recours du SAN, au Comité du 13 mai 2015 voter une « motion » de protestation qui n'a malheureusement pas eu l'air d’intéresser les médias restés silencieux, aucun appel dans La Marne ni Le Parisien. Pourtant peu de temps après l'information sur la satisfaction annoncée précédemment en octobre 2014, est-ce en fait une première conséquence des nouvelles priorité départementales?

    opération d'interet national,san,val d'europeDans l'appel à marché publié le 9 juin 2015 on lit la description par la SANEF:

     

      1. Description
        II.1.1) Intitulé attribué au marché par le pouvoir adjudicateur  : A4 - Complément du diffuseur n°14 de Bailly-Romainvilliers - Travaux d'ouvrages d'art
        II.1.2) Type de marché et lieu d'exécution, de livraison ou de prestation : Travaux
        Exécution
        Lieu principal d'exécution : A4 Dpt de la Seine et Marne - Commune de Bailly Romainvilliers,
        Code NUTS : FR102
        II.1.3) L'avis implique  : un marché public
        II.1.4) Informations sur l'accord-cadre  :
        II.1.5) Description succincte du marché ou de l'achat / des achats : Les travaux concernent les travaux d'exécution de 2 passages supérieurs pour l'aménagement du complément du diffuseur de Bailly-Romainvilliers, sur l'A4, avec leurs équipements associés (étanchéité, dispositifs de retenue, ..).
        Les travaux de ces 2 passages supérieurs sont à réaliser sous circulation avec maintien en service du diffuseur.
        Le marché comportera également une tranche conditionnelle concernant la réalisation d'un passage inférieur.
        II.1.6) Classification CPV (Vocabulaire Commun pour les marchés publics) : 45220000, 45221111, 45111230, 45112000, 45112500
        II.1.7) Marché couvert par l'accord sur les marchés publics (AMP)  : Non
        II.1.8) Division en lots  : Non
        II.1.9) Des variantes seront prises en considération  : Oui
        II.2) Quantité ou étendue du marché
        II.2.1) Quantité ou étendue globale  : Ps6 (tranche ferme) : passage supérieur au-dessus de l'a4, type pont poussé, à réaliser par demi-chaussée d'a4, à proximité immédiate d'un ouvrage existant. Longueur totale d'environ 77m, avec 4 travées de longueurs variant de 14 à 24m environ. Largeur d'ouvrage de 11m environ.
        Ps8 (tranche ferme) : passage supérieur au-dessus d'une bretelle de l'a4 sous circulation, type prad. Longueur d'environ 18m. Largeur d'ouvrage de 18m environ.
        Pi10 (tranche conditionnelle) : passage inférieur sous 4 voies de circulation (à réaliser hors circulation), type cadre pour modes doux. Longueur de 25m à 55m. Largeur intérieure d'ouvrage de 3.50 m environ et hauteur intérieure de 2.75m environ. Ouvrage à réaliser dans la nappe (lest éventuel, étanchéité provisoire et définitive à réaliser). Rampes d'accès en « u » d'environ 80m de part et d'autre (dans la nappe également).
        Ces quantités sont données à titre indicatif, elles ne lient pas sanef.
        II.2.2) Informations sur les options
        Options : Oui
        Description de ces options : Le marché comprend une tranche ferme et une tranche conditionnelle.
        Par ailleurs, des marchés négociés de travaux ayant pour objet la réalisation de travaux similaires à ceux confiés au titulaire du marché pourront être passés.

    En matière d'informations tenues discrètes, on peut aussi signaler le retard pris par la diffusion sur le site du SAN des compte-rendus des comités des 9 avril et 15 avril, malgré la publicité largement diffusée du report du vote du budget. Se sont donc glissées de légères augmentations dans l'adoption des taux le 15 avril. Celui de la taxe des Ordures ménagères passe de 4,50 à 4,70  nous rappelons nos réflexions sur le pourcentage d'augmentation en PDB.  (La taxe d'habitation instaurée en 2010 est maintenue à 7,74%).

    Les débats sur le budget et les contributions des habitants des 5 communes (pour le peu rapporté) valent également la lecture.

  • Une clause d'incompétence?

    Les derniers contrecoups des élections municipales ne laissent pas d'inspirer quelques doutes sur l'avenir de nos finances. La "valse" des changements de postes aux ministères comme à l'Elysée, donne l'impression de colmatages sans pour autant changement structurel de prise de décisions. Par contre les mesures et contre mesures, annonces sans précisions et promesses d'équilibre toujours repoussé dans les années futures, sont-elles à même de garantir un travail efficace, une feuille de route facile à dérouler?

    Que penser des économies engendrées par la réforme des collectivités locales? Les services qui avaient aiguillé les réformes "Sarkozy" en 2010, sont ils parvenus à faire passer leurs projets à Vals pour qu'ils soient enfin remis en priorité. Mais que feront comme proposition les futurs élus départementaux qui auront comme objectif la disparition des départements en 2021 soit au terme de leurs 6 années de mandat. Quelles compétences à terme ambigu s'il en est, transféreront-ils aux niveaux supérieurs les Régions, ou inférieurs les Intercommunalités. Compétences de financement, compétences d'étude, compétence de gestion? Ou simplement compétence de connaissance ou d'expérience.

    C'est bien de l'incompétence dont il faut déterminer la limitation. Mais à l'image des réactions du Sénateur Vincent Eblé, président du département d'Ile de France déjà confronté au plus fort développement démographique: la Seine et Marne, et par ailleurs opposé à la suppression du cumul des mandats, les projets de Manuel Vals risquent fort de trouver des contradicteurs.

    Quel nouvel enjeu, quel sujet de proposition pour les élections de 2015! Des conseillers départementaux qui devront envisager leur disparition, des conseillers régionaux qui pour la moitié d'entre eux devront songer à la soumission, voire également la disparition dans la fusion bi régionale?

    Observera-t-on le même silence sur cet avenir que celui des candidats aux postes communaux, qui étaient normalement appelés à présenter des propositions pour les élections directes aux postes de conseillers intercommunaux, alors que dans ces conditions, conseillers, adjoints aux maires et maires eux-mêmes seront amenés à disparaitre dans des concentrations des EPCI en Métropoles, fusion de communes en communes nouvelles, et autres dégraissages du mille-feuilles. Problèmes sûrement jugés trop sérieux par les futurs élus, pour les exprimer et les soumettre aux choix des électeurs, ou simple manque de transparence? De telles évolutions ne sont-elles pas du domaine de la démocratie la plus large et de nature à se régler par Référendum?

    Est-ce la solution miracle pour la réduction des dépenses? Réduire le nombre d'adjoints, réduire le nombre de maires, réduire dans une Métropole le nombre de délégués, ne doit bien entendu pas être remplacé par l'indemnisation de conseillers "compétents", de représentants de secteurs, ou d'augmentation des dédommagements de frais des élus métropolitains. Les clauses protectrices du personnel des collectivités territoriales dans ces conditions de fusion ne font déjà pas envisager des réductions de charge. Les solutions passent par des coupes difficiles dans les effectifs, va encore en période de croissance des populations et des services, mais ce n'est probablement pas le but économique de la réforme.

    Alors élever le niveau des personnels, migrer les agents locaux dans les régions ou les métropoles, les former davantage pour migrer vers l'excellence des compétences?