UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • P ... comme Professionnel

     (le salaire des politiques)

    Le masculin convient il au nom annoncé par cette initiale?

    Le titre énigmatique porté par le livre de Sartre ne trompait pas les espérances de sensations lorsqu'ados, nous nous échangions au lycée  La P... respectueuse.

    Non ici, ce sont les professionnels de la politique, que nous voulons mettre en exergue, et éviter la parité afin de ne pas préter à l'erreur d'interprétation.

    Pourquoi faire de la politique?

    • Obéir à sa passion?
    • Se consacrer au bien de la cité?
    • Gagner sa vie?
    • Faire passer ses idées?

    Diriger? Gouverner? parce que c'est montrer sa puissance? S'enrichir?

    Tout est certainement au départ une question d'éducation, de contexte familial, enfin de formation.

    C'est aussi une question de priorité, d'emploi du temps, et de persévérence dans l'idée et l'action.

    Mais que penser des fonctionnaires, des enseignants, qui n'ont jamais vécu la vie de compétition du citoyen ordinaire?

    Les militaires étaient les dirigeants de l'ancien régime, l'ENA, Sciences Po, ont remplacé Polytechnique et St Cyr pour la formation de nos gouvernants. La nouvelle génération n'a plus besoin de ces hautes études, faire son droit, sa philo voire même ne faire qu'adhérer à un parti suffit pour faire carrière, être mis sur les rails par un mentor, avec un petit emploi dans une administration protectrice, ne prendre aucun risque en se faisant détacher, se propulser représentant syndical là où personne n'afflue, ne plus avoir besoin d'attendre la retraite pour disposer de temps.

    Attaché de cabinet, directeur de service du Conseil Général, responsable de section ou employé du parti ou du syndicat, sont les viatiques de la nouvelle carrière pour être digne d'être mandaté par les concitoyens. 

    Les élections de "liste" préparées par les partis, les parrainages, les votes à la proportionnelle sont les voies de la déviance de la démocratie et de la professionalisation. Est-ce la raison des progrès de l'abstention?

    Cette réflexion nous la faisons en lisant cette enquète du Parisien sur les battus aux dernières élections législatives en Seine et Marne.

    C'est aussi ce qu'indique l'article du Point sur la ministre du commerce! Voici la biographie de Nicole BRICQ faite par le point( c'est court mais tout est dit cette personne à 65 ans n'a jamais travaillé de sa vie et se trouve ministre du commerce!!!):"Nicole Bricq est née le 10 juin 1947 à La Rochefoucauld (Charente)."Diplômée en droit privé en 1970, elle commence sa carrière dans la fonction civile avant de se consacrer à la politique. Elle adhère au Parti socialiste dans les années 1980 et occupe des fonctions à Paris et en Ile-de-France où elle est notamment élue conseillère régionale.* Proche de Jean-Pierre Chevènement avant de s'en éloigner, puis de Ségolène Royal (ministre de l'Environnement de 1992 à 1993), elle est députée de Seine-et-Marne de 1997 à 2002, puis sénatrice à partir de 2004. Le 16 mai 2012, elle est nommée ministre de l'Environnement du gouvernement Ayrault, puis ministre du Commerce extérieur à la suite du remaniement ministériel de juin 2012.

     * Election proportionnelle de liste (donc placée éligible par le Parti).