UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

commune nouvelle

  • Des Conseils Municipaux groupés.

    Lundi soir il faudra faire un choix au Val d'Europe.

    Trois communes sur 5 réunissent leurs conseillers: Serris, Coupvray et Magny, vendredi Bailly en a fait de même et  Chessy a repoussé son conseil au 2 juillet prévu antérieurement ce matin. Quel est donc le but de cette concentration y a t'il une échéance indispensable dont le 30 juin était la limite? En consultant les ordres du jour  (celui de Magny et de Serris en ligne, Chessy sur la convocation, les autres sur les panneaux d'affichage, difficile à comprendre à moins que des sujets soient ajoutés en début de séance. 

     

    En commun on trouve le vote de l'avenant N° 3 à la convention de délégation de service avec le SAN. 

    Un sujet en point 11 à Magny sur le choix "communauté d'agglomération ou commune nouvelle" peut être? Comme à Serris en point 2 "positionnement sur l'évolution du SAN", mais rien dans ce sens à Chessy. On peut constater aussi qu'une information est ajoutée sur le site "avenir du Val d'Europe" avec cette lettre ouverte émise le 24 juin , qui semble confirmer que c'est ce sujet qui fera l'actualité majeure des prochains Conseils.

    publicité des séances du conseilA Coupvray, en infraction à la législation des conseils municipaux, aucun affichage d'annonce du Conseil de ce lundi 29 ni de son ordre du jour, ce samedi 27 sur le seul panneau officiellement connu présent devant la Mairie.  Ce panneau est-il d'ailleurs conforme, sans indication?

    La lecture n'est d'ailleurs pas aisée dans d'autres communes: nous remarquons un affichage beaucoup trop haut pour la mairie de Bailly (et pas d'ordre du jour de la séance d'hier soir). Quant au SAN ses panneaux présents devant le Château et devant chaque mairie de commune n'est pour autant pas davantage lisible faute de suivi, puisque une partie trop haute, et le plastique de protection non nettoyé.

     

    Bailly commune nouvelle     Coupvray  commune nouvelle

     

     

  • L'heure du choix

    La question de l'avenir de l'organisation du SAN, et l'avenir de notre commune évidemment, se trouvent en discussion. Bien qu'alertés par le message dans l'éditorial du Petit Journal de Coupvray distribué en Mai, nous restons sur des interrogations et non sur l'expression de choix politique. Il faut donc lire le "mot du maire" de Magny pour être plus clair sur les projets et les dates.

    A la question de la commune nouvelle Thierry Cerri s'interroge: "Mais la classe politique de ce secteur est-elle vraiment capable de dépasser les clivages personnels pour bâtir un avenir?" semblant s'exclure lui même de cette classe. Au contraire Jean-Paul Balcou dans sa lettre aux administrés prône fortement la solution qu'il défendait déjà en 2012, (mais malheureusement pas lors de la campagne municipale de 2014) "Notre avenir passe par le rassemblement de nos forces, dans le respect de nos propres identités." et de nous présenter par un graphique la procédure à suivre et les décisions à prendre.

    zoom serris non.jpgIl était très impressionnant hier soir, à la médiathèque du Val d'Europe, d'assister à la réunion de concertation sur le TCSP en projet entre Esbly et Val d'Europe. Dans une salle où sur environ 30 personnes dans le public, il devait y avoir 5 habitants en dehors des techniciens et des élus déjà au cœur de l'étude. On a assisté à une ouverture des débats par les discours des "édiles" en charge du projet Maires ou adjoints, à la fois président ou vice-président d'intercommunalité ou des transports, et pour les principaux également conseillers départementaux.

    La "classe politique" regrettée par le Maire de Coupvray tient bien les rênes de la gouvernance locale, et se montre prête à la lutte féroce pour garder son pouvoir, les choix des habitants ne seront sollicités qu'après une cristallisation des oppositions dans des conditions d'explications et d'informations qui auront fait leurs dégâts.

     Nous avions dès la lecture de la dérogation du 12 février interprété une temporisation qui ne devrait pas surprendre des "hommes politiques".