UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

scot 2030

  • Ultimatum Phase IV

    Avec des résultats trimestriels plutôt raffraîchissants Disney tousse malgré le temps doux de cet hiver.

    Baisse de fréquentation implique baisse de taxe de séjour pour le SAN.

    Un chiffre d'affaire maintenu par la hausse des prestations, et une augmentation du niveau des visiteurs, c'est clairement dit. Pour l'Etat la TVA rentre, ouf!

    Optimisation fiscale, baisse de 77% des investissements étrangers en France, est-ce le bon moment pour engager une nouvelle impulsion à l'urbanisation du secteur? L'état (mais qui est l'Etat?) pousse avec un PIG ravageur à construire dans la région ile de France, il y a tant de mal logés ou d'impossibles à loger compte tenu du niveau des loyers et du nombre de chômeurs qui se réfugient dans l'une des Régions les plus développées d'Europe.

    Soyons large, mais ça ne rassure pas les élus du secteur pour l'avenir, il faut en tout cas en croire le président du SAN qui le dit à ses administrés dans sa commune de Magny-le-Hongre. (extrait du conseil municipal du 16 décembre)

     

    "Point d’avancement phase IV avec étude financière du S.A.N.

    Monsieur le Maire rappelle que le S.A.N. ne peut, à ce jour, engager la phase IV de développement, par manque de visibilité sur les futures recettes nécessaires au financement des équipements publics.

    La phase IV, c’est 6 000 logements sur 10 ans.

    Le S.A.N. avait jusqu’en 2012 des recettes qui croissaient en moyenne de 2.2 millions par an.

    Les études financières mettent en évidence un tassement des recettes, avec une croissance de l’ordre de 2 millions sur les 10 prochaines années.

     

    Le Président du S.A.N. a exposé cette situation au Préfet de Région et au délégué interministériel adjoint, qui n’ont pas à ce jour, proposés de pistes sérieuses au financement des équipements publics nécessaires pour accueillir les nouvelles populations. "

    Ne serait-il pas temps de lancer un référendum local pour savoir si la population admet cet arbitraire de l'Etat?