UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réflexions

  • Moi, Président

    Passionné par mes lectures anciennes, j'ai retrouvé cet essai de cette admiratrice et amie de Montherlant, Alice Poirier.

    Son opuscule, (Editions du Sagittaire de 1940) porte le titre "Aux sources du moi inconnu". Au bout de 105 pages de réflexions elle conclu:

     

    N'écoutez pas les menteurs, ceux qui veulent vous traîner en esclavage, ceux qui veulent vous rendre bas pour ensuite crier à tous les vents que vous êtes bas. Ils ne vous aiment pas, ces gens, puisqu'ils se servent de vous, puisqu'ils font marcher leur société grâce à vous. Mais moi, je vous aime. Souvenez-vous de ces paroles, que j'appuierais, s'il le fallait, de ma dernière goutte de sang. L'effort n'est rien. Le mérite n'est rien. Le devoir n'est rien. Seules comptent cette contemplation, cette adoration silencieuse de nous-mêmes dans ce que nous avons de haut. Seules comptent les brèves minutes (pourquoi si brèves?) où nous avons aimé le bien et où nous avons aimé le beau.

    Lire la suite