UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

impôts

  • Prélèvements en douceur

    Notées dans ce mois de congés fréquents, accompagnés d'une tâche délicate et douloureuse, celle de la déclaration de revenus, des paroles ministérielles.

    Le porte parole du gouvernement, Stéphane Le Foll annonce une réflexion sur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. Le ministre des finances Michel Sapin, prône la suppression du seuil de paiement par carte bancaire. Dans le même sens qu'il y a peu il affirmait utile pour l'économie française de développer le paiement sans contact.

    Le sans contact, le virtuel en quelque sorte, serait il synonyme de sans douleur? Deux annonces dans le même sens: ne plus s'apercevoir de ce qui est prélevé. L'impôt indirect comme la TVA est un bon exemple dans l'inconscience, même si les Français trouvent en permanence que la vie est trop chère. L'élimination de l'argent liquide que l'on voit défiler de sa bourse, facilite aussi le "traçage" et les contrôles de chiffre d'affaire des petits commerces et des artisans, puisque déjà les maximum de règlement cash sont depuis peu abaissés.

    S'apercevoir en fin de mois que les comptes sont vidés avant même de percevoir salaire ou retraites qui vont s'amoindrir par un prélèvement à la source et qui signifiera éventuellement endettement voir surendettement mais des commissions sont la pour étaler les remboursements ou les pénalités, peut être même des prélèvements sur salaires seront ils organisés.

    On voit tout le raisonnement antidouleur de la société qui nous gouverne, non seulement nous n'aurons bientôt plus besoin de travailler, plus besoin de rembourser les dettes de l'état, mais nous serons entrainés à s'endetter tout le long du mois. Il est vrai que nous avons avec l'impôt sur le revenu un différé de dette envers le fisc (pour les moins de 50% de ceux qui le payent), et qu'un recalage permettrait en quelques mois de "renflouer" quelques 75 milliards, encore un tour de passe-passe pour 2017? La fin des envois de formulaires de déclaration, les seules validations sur internet, vont dans le sens des économies, mais elles permettent aussi de ne pas trop se remémorer les sommes versées, passer plus vite ces mauvais souvenirs, ainsi la société du numérique nous entraine inexorablement vers l'éphémère. 

    Ajout du 27 mai, chaque jour une déclaration dans le même sens.

    Ajout du 18 juin confirmation du planning. Mais incertitude totale.