UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grand est

  • L'Alsace et la Lorraine

    Ainsi c'est cette région qui nous alerte le plus sur la puissance de l'addiction au pouvoir politique.

    La grande région voulue par la baguette magique hollandaise, qui savamment devait aboutir au gain des socialistes échappe à la manœuvre.

    Les trois régions qui symbolisent le parcours de toutes nos invasions: Alsace, Lorraine et Champagne sont le chaudron de la dispute et le lit du Front National. L'acharnement du président de la Lorraine pour maintenir sa liste PS suit cette logique des politiques qui ne veulent rien lâcher de leurs prérogatives. C'est aussi un retour de boomerang au parti qui a dérogé à sa promesse de non cumul des mandats, déjà un premier point qui avait déçu ses électeurs. Maire puis, Sénateur, président du conseil général, président du conseil régional, il faut attendre encore combien de pertes d'élections pour lâcher quelque chose?

    Les appareils de parti, leur secrétaire général en tête, ne nous étonnent pas vraiment en changeant leurs consignes. Les additions ne se font pas facilement avec les voix des uns et des autres, les électeurs PS (et autres FG et EELV encore moins) peuvent ils apporter leurs voix au représentant LR, des 16% du premier tour dans un scrutin où le FN avec 36% arrive en tête, combien viendront améliorer les 26 de la droite pour emporter la nouvelle grande région?

    Etre présent dans une opposition, ce qui est désormais certain, avec un risque que ce soit sous régime extrême, est préféré à une absence totale. Je croyais que la sagesse venait avec l'âge, surtout aux sénateurs, mais probablement l'avoir été si jeune (en 1983) démontre que la dérive professionnelle de la fonction politique nuit à la clairvoyance, c'est aussi de cela que les électeurs du FN veulent se débarrasser. Les hommes politiques devraient y réfléchir, la durée hors des réalités, la gouvernance sans fin dans les seuls rangs des partis et des couloirs ministériels ne donnent plus envie d'autant que l'on constate les résultats en terme de chômage, de sécurité, de respect des biens, d'égalité devant la liberté d'expression et l'impôt.