UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

construction

  • Rennes en modele

    L'information sur l'attribution des logements sociaux, est une nouvelle portée dès ce lundi matin par tous les médias.

    La communication de la ministre du logement Sylvia Pinel est en place.

    Celle qui avait effacé de son nom le système d'aide à la construction par l'intéressement fiscal sur le placement immobilier, va désormais promouvoir le développement de la construction au modèle de l'agglomération de Rennes.

    Ca tombe bien puisque c'est dans cette ville que le directeur de l'EPA à fait ses preuves de gestionnaire, comme avant à St Etienne où je crois, il n'a pas laissé un souvenir financier réjouissant aux contribuables.

    Dans les informations distribuées aux journaux de France 2 ce matin, on associait bien entendu cette nouvelle forme d'attribution à une sanction aux communes résistantes à la construction, car l'essentiel pour attribuer des logements, c'est d'en avoir, Rennes Métropole annonçant 1000 logements sociaux par an (Pour une population de plus de 400 000 habitants!!!) 

    Le financement des logements sociaux est surtout basé sur des prêts de la caisse des dépôts aux organismes HLM  (l'intérêt Pinel est négligeable), et l'alimentation essentiellement par les dépôts en Livret A , d'où l'annonce dans la campagne de François Hollande de l'augmentation du plafond (très partiellement réalisée) et le blocage de la baisse du taux à 1% alors qu'il ne devrait dépasser 0.25%.

    Compliqué avec une inflation si faible à la fois de relancer l'économie et la consommation des ménages en leur faisant dépenser leurs économies, ne pas faire plaisir aux "riches" en les gratifiant de bons intérêts, et donner confiance dans la croissance, considérée comme seul moyen de résorption du chômage, alors que tout un chacun se préoccupe de l'effet de serre et de pollution entrainés par cette croissance.

    La Caisse des Dépôts c'est la seconde distributrice de subventions nationales. L'Etat a sa dette, et ce qu'il ne finance pas, il le confie à la Caisse des Dépôts qu'il contrôle. Ainsi, construction, transports, banques, retraite des fonctionnaires se retrouvent finalement tous dans une dépendance totale, qui nous ferait croire que nous sommes dans une République Libérale puisque l'administration est dans les mains des énarques qui n'ont qu'une compréhension étatique peu éloignée du communisme? On apprend aussi que la Coface (l'assureur crédit des entreprises françaises à l'export serait remplacée par la BPI (Banque Pour l'Investissement) adossée à la Caisse des Dépôts et Consignations, ainsi tout se regroupe dans les mêmes mains.