UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cerri

  • D comme D two I

    Il y a des noms et des accents qui sont des symboles.

    Ainsi en art pour le surréalisme quand il commence par D, on cite  Dali.

    Est-ce pareil en promotion immobilière?   Eh oui.

    Lire la suite

  • Fausses notes

    Ah,  que la campagne était belle. Le bilan des uns, la critique et le projet des autres.

    Puis soudain, le dernier jour "pour surprendre" et ne pas laisser le temps de la rectification, un tract incendiaire par les "habitués" ceux qui ont l'expérience, et ici ils le prouvent... par d'autres contrevérités.

    "Halte aux contrevérités", osent-ils annoncer. Quelles sont-elles donc?

    Il sera créé de 7 à 10 000 logements ,

    Non sûrement mal lu quelque part, mais de 7 à 10 000 habitants, oui, car nous lisons bien dans les deux arrétés du Préfet (affichés devant la mairie) 1200 logements dans la ZAC de Coupvray, 1200 logements dans celle des 3 ormes et 400 résidences, soit comme nous l'avions déjà rappelé dans un article précédent entre 6500 et 9600 habitants, sans compter les autres emplacements dans le bâti existant et figurant au PLU.

    Zacs

    Coupvray

    3 ormes

    Res 3 ormes

       

     pop

    nouvelle

     pop

    totale

    haut

    1200

    1600

    400

    3200

    3

    9600

    12305

    faible

    1200

    1200

    400

    2800

    2,7

    7560

    10265

    Bas (leur)

    1200

    800

    400

    2400

    2,7

    6480

    9185

    Plus les autres densifications

    150

    Dans le bâti existant, et quelques ilots

    St pierre

    100

    250

    3

    750

     

     

    Il n'y a aucune infrastructure de prévue

     

    En réponse le financement de la chaîne de l'eau, celle-ci était de toute façon en retard pour simplement "amener" les eaux du plateau et Chessy dans le circuit actuel empruntant le rû, et ce retard était en infraction depuis de nombreuses années. Seul le bassin 26a (qui sera inclus dans la ZAC seulement si elle se fait) concerne la nouvelle urbanisation, et le bassin 27 (les prés) qui doit conduire l'eau à l'écluse n'est pas encore lancé faute de finances au SAN. Donc l'équipe actuelle n'a rien prévu comme infrastructures, ni en matière d'école, de loisirs nouveaux, surtout rien prévu dans des budgets prévisionnels pour accompagner l'accroissement urbain, et social de nouvelles populations.

     

    Les routes vont être saturées.

     

    Nous voyons ce qu'il en est actuellement des trois points qui coincent dans Coupvray: le rond point du Carrefour, le croisement devant la mairie, où la municipalité n'ose toujours pas mettre la rue St Denis en sens unique et devant l'école et l'espace sportif. C'est bien de cette "saturation" dont il est question, et de la nuisance qui accompagnera l'arrivée d'une nouvelle voie trop large pour un quartier résidentiel.

     

    Aucun équipement dans les futurs quartiers,

     

    On joue ici sur les mots, non rien de prévu dans la phase qui concerne le bourg, et ces équipements sont globalement prévus autour de la RN34, soit dans la phase au delà de 2017, et sous réserve que le SAN en ait encore les moyens. Et la liste est si impressionnante qu'elle aide à comprendre la réalité de la nouvelle population: tripler les groupes scolaires. Et pour l'extension on ne parle déjà plus de mairie mais d'Hôtel de ville, C'est là que réside l'ambition, devenir des élus de grande ville.

     

    Les vignes rouges...

     

    Ne nous leurrez pas, le classement en zone agricole! Alors que les espaces se restreignent tellement, qu'il n'y aura plus de ferme et surtout que lors de la présentation du PLU la préfecture a fait part de son désaccord, et l'a mentionnée comme réserve foncière.

     

    Les espaces naturels seront massacrés

     

    Ils le sont, c'est un fait car naturel ne signifie pas "parc urbain" mais laissés à un état sauvage. Traverser par une route éclairée et très fréquentée, qui pensera encore à un corridor écologique, et ces "zones vertes" comme le parc du château détourné de sa protection "de réserve biologique", entre dans le calcul global de densité.

     

    Les Cupressiens n'ont pas été informés ...

     

    Culotté d'utiliser l'annotation du commissaire enquêteur, alors que justement ce n'est pas dans le PLU, ni sur la ZAC, mais ce qui est cité c'est l'enquête de Déclaration d'Utilité Publique (DUP) pour l'acquisition des parcelles et des travaux des ZAC. Et qu'il y a eu surprise sur la réalité de ce qui se préparait, que c'est la réaction dans les derniers jours que ce "rattrapage" fut possible.

     

    Ensuite, attaques personnelles, mauvaises interprétation? La mère et le fils, le père et sa fille, Certains ne résideraient pas à Coupvray? Ambitions politiques, qui sont réellement les responsables de cette liste?

     

    Les responsables? Surement l'exemple de gestion des sortants, les possibilités de la législation, la nécessité de lutter contre le clientélisme des élus dans leurs relations avec les associations, on l'a vu encore au Conseil de ce lundi dans le vote des subventions où même la maire a oublié comme d'autres, de s'abstenir alors qu'elle a pris la présidence de l'une d'elles. Surtout l'envie de ne pas laisser tous les pouvoirs à une majorité qui en a abusé depuis 6 ans, sans se poser des questions sur ce qui motivait les membres de leur groupe, en fermant les yeux sur les ingérences et pressions. Quant à la répartition géographique, il est bien certain que ceux qui vont être directement concernés par les nouveaux quartiers comprennent plus que tous, ce qui les menace. Mais tous seront concernés dans un second temps, lorsqu'il faudra accompagner financièrement le plus que triplement de la population.

     

    Le tract de la liste "Cerri, mon village" se termine par cette diatribe "Cupressiens ne vous laissez pas abuser!", c'est précisément ce qu'ils essayent de faire dans cette diffusion. Croirons-nous à l'abuseur abusé?

  • Concurrence badine

    Cette invitation au débat lancée par la liste de Guillaume Bieth dans le local de la ferme de Coupvray, était une bonne initiative. Elle a en tout cas intéressé beaucoup de Cupressiens et la cour était pleine des voitures des visiteurs. Ce sont donc des habitants curieux mais aussi apporteurs de propositions qui sont venus parler dans une ambiance amicale et décontractée, avec ceux qui ont préparé depuis plusieurs mois ce projet de réorientation du développement de la commune.

    un village pour nos enfantsLes affiches sur différents thèmes prouvant la solidité de la réflexion, la projection en boucle des tableaux financiers, les stands tenus par les candidats, chacun avec un sujet précis et documenté étaient pour beaucoup une nouvelle façon de s'informer et d'avoir un éclairage nouveau sur les moyens et méthodes de gouvernance de la commune qu'ils veulent changer.

    Comme comportement caractéristique d'ailleurs, les sortants de la liste actuelle, derrière leur chef delafreminette file "Mon village", s'étaient amusés à ouvrir la salle de théâtre, et y disposer quelques prospectus. Pour profiter de l'affluence? ou pour narguer une réunion qu'ils avaient été bien incapables de monter? Mais bizarrement pour des élus sortants, utiliser à leur profit une salle dont ce n'a jamais été l'objet, car ni louée, ni jamais proposée à autre chose que l'animation artistique, voulaient ils ainsi comme clowns, entrer dans la légende du cirque?

     

     

  • Coupvray village encore

     

    Elections municipales: la course semble lancée.

     

    Un tract d'abord des "sortants" et dans la continuité, où le "dauphin" Thierry Cerri déclare : "Coupvray Mon Village", puis celui d'un groupe n'acceptant pas la façon de concocter l'avenir, d'affirmer cette façon de se plier à des obligations imposées sans discussion, de transmettre cette obligation aux habitants qui avaient choisi le village, pour le transformer en ville de banlieue, et qui veut garder "Coupvray, un village pour nos enfants".

     

    Vont s'opposer naturellement le bilan des uns, l'espoir de résistance et les projets fous des autres.

    D'un coté des anciens avec leur "expérience" de la conduite des affaires, des relations et donc de l'efficacité de la gestion en cours, d'un rassemblement assez facile de personnes satisfaites de leur sort, et en connaissance des ficelles d’un budget. De l'autre des gens pleins de bonnes intentions, probablement peu experts des rouages administratifs, qui auront à apprendre, des gens décidés à se faire écouter puisque leur principale revendication est de ne pas l’avoir été et de contester certaines dépenses parce que mal expliquées ou injustifiées à leurs yeux.

     

    N'est-ce pas finalement un idéal moyen de renégocier quand on arrive "en réaction" à un ordre établi et pouvoir dire "non! ce n'est pas pour cela que nous avons été élus"?

     

    Ce sont les sites internet que donnent ces listes, sous leur nom, qui vont nous permettre dans les prochaines semaines de comparer les projets, et les engagements.

     

    cerri,bieth,élections coupvray

    Ce que nous remarquons dès à présent: la personnalisation excessive des anciens sous le titre de Cerri: "MON" Village, a lui tout seul? Non en fait ce titre est celui qui figure sur la cassette vidéo présentée par François Bentz dans les années 2000, puis utilisé (en collectif notre) comme slogan dans le sous-titre du magazine communal, alors "récupération"?  plutôt amalgame, comme l'usage du bandeau d'images du premier tract distribué qui présente des réalisations des anciens mandats, puisque finalement rien n'a été produit de nouveau par l'équipe sortante (ce qui reprend encore la mise en page du journal communal réalisé par l'agence publicitaire de la mairie). Et la nécessité de mettre sur le site en raccourci "La charte de l'élu" un certificat qui n'empèchera pas certains de participer aux débats, et "d'influencer" des membres qui ne sont pas sans arrières pensées professionnelles  dans la continuité des mandats passés, aussi un certificat de dépendance, alors que justement la nouvelle pratique de désignation des délégués au suffrage direct, devait garantir leur liberté dans l'instance intercommunale. Qu'elle drôle d'idée aussi de condamner les futurs élus éventuels à affirmer leur engagement à soutenir la future gouvernance du SAN, alors qu'elle ne ressortira que des élections, pourquoi pas à l'entreprise Disney. Après tout les délégués issus des votes devront ils tous être liés, le droit d'expression condamné s'il est critique?

    Drôle de conception de la démocratie.

     

    cerri,bieth,élections coupvrayPour le A4 de la liste des chalengers, une présentation plus frappante le vrai choix qui s'offre à la population avec un logo qui donne l'alternative des logements individuels des cupressiens écrasés par l'arrivée de 3 fois plus de logements majoritairement dans des collectifs, ou quelques quartiers paysagers? C'est la pièce qu'il faut choisir. Pas de présentation de visages souriants, juste une liste de candidats signataires, et surtout l'affirmation de travail de réflexion collégial et de consultation des habitants.

    Cela suffira t'il?  

     

  • Art 600-1 l'article Cahu-ZAC

     

    Si la représentation des élus est quelque peu contestée par des groupes de manifestants et annonce une forte abstention aux prochaines élections, tant municipales qu'européennes en 2014, il faut peut être s'en rapporter aux lois qui nous encadrent.

     

    S'il vous vient a dénoncer des situations qui vous semblent anormales, ce que l'on convient d'appeler le conflit d'intérêt manifeste, ou un délit d'initié, encore faut-il en avoir les preuves, des preuves bien entendu difficiles à rassembler et surtout respecter le délai de recevabilité de la plainte en contestation. C'est la procédure minimale prévue par la loi dans le code de l'urbanisme dans son article 600-1 soit 15 jours! Au delà "pas vu pas pris" et regardez passer tous ces petits malins qui n'ont "même pas peur". Ils semblent même vous narguer en vous regardant droit, les yeux dans les yeux, avec autorité et un large sourire.

     

    C'est en tout cas ce qu'il faut retenir de la réponse de la préfecture quand on remarque que des présences semblent anormales dans des commissions, lors de certains votes. Mais n'est-ce pas aux administratifs, au Préfet en tout premier lieu dans sa mission de contrôle de légalité d'effectuer toutes les vérifications et donner toutes les assurances aux citoyens, que rien n'entache l'honorabilité des élus en qui nous devrions avoir confiance?

    Valable pour un PLU, une ZAC, un SCOT, ...

     extrait du sujet sur Légifrance

     

    Article R411-7

    La présentation des requêtes dirigées contre un document d'urbanisme ou une décision relative à l'occupation ou l'utilisation du sol est régie par les dispositions de l'article R. 600-1 du code de l'urbanisme ci-après reproduit :

    " Art.R. 600-1.-En cas de déféré du préfet ou de recours contentieux à l'encontre d'un certificat d'urbanisme, d'une décision de non-opposition à une déclaration préalable ou d'un permis de construire, d'aménager ou de démolir, le préfet ou l'auteur du recours est tenu, à peine d'irrecevabilité, de notifier son recours à l'auteur de la décision et au titulaire de l'autorisation. Cette notification doit également être effectuée dans les mêmes conditions en cas de demande tendant à l'annulation ou à la réformation d'une décision juridictionnelle concernant un certificat d'urbanisme, une décision de non-opposition à une déclaration préalable ou un permis de construire, d'aménager ou de démolir. L'auteur d'un recours administratif est également tenu de le notifier à peine d'irrecevabilité du recours contentieux qu'il pourrait intenter ultérieurement en cas de rejet du recours administratif.

    La notification prévue au précédent alinéa doit intervenir par lettre recommandée avec accusé de réception, dans un délai de quinze jours francs à compter du dépôt du déféré ou du recours.

    La notification du recours à l'auteur de la décision et, s'il y a lieu, au titulaire de l'autorisation est réputée accomplie à la date d'envoi de la lettre recommandée avec accusé de réception. Cette date est établie par le certificat de dépôt de la lettre recommandée auprès des services postaux.

    NOTA:

    L'article 4 du décret n° 2007-817 du 11 mai 2007 a fixé au 1er octobre 2007 la date d'entrée en vigueur du décret n° 2007-18 du 5 janvier 2007.