UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bourse

  • Petits porteurs ou apporteurs d'argent frais à Oncle Pic-sous

    (Disney en bourse)

    L'opération Disney est une grande affaire de promotion immobilière, basée sur l'attirance des loisirs.

    Mais l'installation de Disney en Europe ne fut pas un parcours sans obstacles.

    Les trois moteurs de Disney, ce sont: l'activité loisirs avec les parcs et les ventes associées ou produits dérivés, l'hôtellerie, enfin la promotion immobilière en exploitant les droits à construire sur les terrains mis à disposition par l'Etat.

    L'endettement de tous les partenaires était très fort, la TVA et les taxes locales rendaient leurs mises à l'Etat, la Région et le département. Par contre l'enthousiame initial des banques et des actionnaires a vite fondu avec les premiers résultats médiocres.

    On peut compter les incidents qui ont contrarié les résultats:

    Dès la construction, l'appel aux sociétés étrangères, les malfaçons dans les constructions ont déçu en matière de retombées pour l'emploi.

    Peu après l'ouverture, les menaces terroristes sur les transports aériens ont cassé l'élan des visiteurs étrangers.

    Puis ce fut le 11 septembre. Les déboires dans la gestion du CE du personnel, l'impression d'emploi dévalorisé principalement par le recours aux CDD, et à l'instauration du temps moyen annuel ont donné une mauvaise image à Disney patron.

    Enfin l'entretien, le renouvellement nécessaire des "attractions" conduisaient à un refinancement de la dette en 2005, c'est l'échéance nouvelle qui oblige à de nouveaux montages.

    La traduction de ces évènements sur le cours de l'action Eurodisney est très nette:

    Introduite en novembre 1989 (avant l'ouverture du parc en 1992) à l'équivalent de 13€, la descente fut inexorable jusqu'à 5 centimes d'euro. Certains en 2007 ne trouvaient un intéret que par les avantages du club.

     Un échange de 1 contre 100 permit en décembre 2007 de redonner à l'action nouvelle quelques couleurs à 8 €, mais en fait pour entamer une deuxième phase de dégringolade, et se stabiliser vers 5€.

    Le Capital est constitué d'environ 39 millions d'actions de 1€ de valeur nominale, dont Disney détient 39,8% le prince Alwaleed 10% et donc les petits porteurs 50.2%.

     Alors les quelques variations à la hausse, sur fond de rumeurs en 2006 , en 2011 et en septembre 2012 qui sont bien éphémères, ne redressent en rien le fiasco financier des petits porteurs. 

    zonebourse.com/EURO-DISNEY-67837