UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique nationale

  • Vacances

    Quel atmosphère étrange ce vendredi 30 juin 2017. (hier)

     

     

    Les téléspectateurs de toutes chaînes sont avertis du départ en retraite des animateurs qu'ils ont suivis le plus fidèlement depuis tant d'années, le remplacement du nouveau régime s'étend-il à toutes les têtes? 

    En complément, c'est aussi le "mercato" dans l'information, je ne serai pas exhaustif car je n'écoute plus guère les radios, mais quelques tweets reçus nous en informe. Certains parce que les groupes ont fait pression, d'autres pour les promotions, mais les embrassades et effusions se répandent sur YouTube. Des jeux de pousse-pousse pas toujours innocents comme le départ de Patrick Cohen de Radio-France, son arrivée à Europe1 qui chasse Natacha Polony qui est sauvée par Bouygues et rejoint Yves Calvi et Rosyne Bachelot sur LCI.

    Lire la suite

  • Suspension de séquence

    Deuxième jour de Séance d'Assemblée Nationale, et démonstration de la confusion issue d'une séquence improbable de ces élections présidentielle et de ses conséquences.

     

    En près de 10h de réunion dans l'hémicycle, les 577 nouveaux élus, surtout les novices d'En Marche, ont assisté aux pires heures de négociations dues à une politique machiavélique insufflée par le président.

    Ce jeudi, avec une reprise des désignations de présidents de commissions, nos représentants essaieront de terminer l'établissement des conditions de travail de l'Assemblée, à moins que ...  

    Lire la suite

  • La Méduse

    Vrai nous connaissons tous ce bateau, non lui-même mais la peinture de Géricault, du radeau du voilier échoué il y a 200 ans et de ses naufragés survivants.

     

    Nous vivons encore des suites d'élections qui doivent s'observer comme nous détaillons ce tableau. Même les survivants ont des choses à nous transmettre, voyez les élus PS, les élus UDI, et tous en fait: FN , insoumis et le Modem!

    Seul le nouveau capitaine celui qui a coulé toutes les frégates qui se déplaçaient en eaux troubles, joue plus loin plus haut sur la scène internationale, européenne et africaine, laissant à la troupe la manœuvre de politique intérieure.  

     

    Car les groupes s'étrillent, avant de se cannibaliser.

    Bayrou a donné sa notation au président "il est bon" et pour être généreux il est prêt à lui donner encore des conseils, "l'aider" depuis sa mairie et sa présidence de communauté d'agglo Pau Béarn Pyrénées, peut-être tranquillement depuis son haras. Il lui laisse en gage sa fidèle De Sarnez en chef de groupe Modem, même si personne n'est dupe, à savoir que les membres de cette formation y sont parce qu'ils ont cherché un hébergement suite au rejet par tous les autres partis.  Les ex-UDF, CDS, RI ... qui avaient refusé l'UMP ne rejoindraient-ils pas un groupe UDI issu des mêmes origines baladuriennes ? Ils ont cru grâce à leur apport décisif pour la sélection présidentielle, prendre leur revanche sur toutes les années et toutes les campagnes où leurs collègues avaient faits de meilleures alliances. Mais pour survivre dans ces années désertiques, leur chef a utilisé les facilités d'usage des budgets européens, pas par enrichissement personnel, sans franchir comme d'autres des limites d'emploi fictifs sans justificatifs, ici avec de bons contrats à temps partiel, même si l'organisateur de ces astuces financières n'avait plus pour lui que sa conscience, son regard de coté, même en s'observant dans un miroir. Cette fatalité d'abandon du gouvernement, une reconnaissance de nécessité de Sylvie Goulard de se libérer afin de pouvoir "justifier de sa bonne foi" qui dénonce qu'elle a été trompée ne devait elle pas être transmise pour la transparence tant prônée avant le second tour des législatives? Les électeurs ont ils été en mesure de voter en tout connaissance de la situation? Et si l'on suit le discours de Bayrou, c'est même avant le 1er tour que le président lui a demandé d'attendre pour son départ.

     

    L'annonce de la formation d'un groupe de parlementaires LR et UDI, auto proclamés "constructifs" confirme les oppositions à l'intérieur du parti Les Républicains de droite. Entre les transgressifs du premier jour, ceux qui ont rejoint les marcheurs dès l'échec de Juppé à la primaire , ceux qui sont proches des absorbés dans la première équipe gouvernementale, les rescapés de droite après la redynamisation de l'entre deux tours devraient gagner l'Assemblée Nationale sous deux groupes.

    Les personnalités rassemblées sous l'étiquette France Insoumise, des gauches de la gauche, anciens frondeurs de la majorité hollandaise devraient rejoindre Front de gauche et communistes pour exister ensemble dans l'hémicycle, obtenir des temps de parole seuls poser des amendements, surtout relayer les manifs de rue. Quelques éléments du PS peuvent-ils encore être sensibles à la voix roque du leader Mélenchon?

    Pour les élus derrière Marine Le Pen, la tâche est plus ardue, il manque 7 membres pour dépasser le seuil des 15, dans le panier des non inscrits peut-il rester des éléments à séduire après la rupture d'avec Dupont Aignan?

    Enfin quelques lambeaux du PS, rescapés des hécatombes des primaires, comme l'ancien premier ministre Manuel Valls, le candidat de la belle alliance Benoît Hamon, des écolos en déshérence, sont partagés entre refondation partisane et fusion dans la large troupe et sa marche progressiste lancée  par l'ancien conseiller non écouté de l'ennemi de la finance, je ne poursuis pas ici la comparaison avec le capitaine de La Méduse. Dont le secrétaire général directeur de la campagne démissionnaire veut tout changer de bas en haut, le fond et la forme.

    Mais ce groupe soutien du président, allant de la droite, à la gauche, centre et écolos compris, n'est-il pas un grand corps où les voix seront plutôt étouffées, et source de fuites d'individus en recherche d'audience dans des satellites qui exprimeront des nuances plus constructives lorsqu'elles seront critiques?

      François Bayrou: maire de Pau depuis mars 2014, président de la communauté d'agglomération Pau-Béarn-Pyrénées (152000 hab) depuis le 2 janvier 2017, président du syndicat intercommunal de transports (SMTU-PPP). 

  • Maréchal

    On l'apprend depuis ce lundi après midi, lendemain de victoire aux élections.

    Jupiter a choisi de faire présider le groupe de son armée de députés à l'Assemble Nationale par le plus méritant d'entre eux: Richard Ferrand.

    Lire la suite

  • V° République version 0.0

    Les premières actions du président Macron épatent téléspectateurs, spectateurs et commentateurs.

    Les images agrémentées de commentaires nous disent que nous revenons au premier jour de la Constitution proposée aux Français en 1958 par le Général De Gaulle, le macronisme ne serait qu'une résurgence du gaullisme.

    Lire la suite