UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mémoires en miettes.

Entretien ou purge, le rajeunissement de nos cimetières fait l'objet d'attention de nos représentants élus.

Ainsi dans nos villages (ici à Coupvray) des opérations, dites de reprises, sont engagées pour retrouver des espaces d’ensevelissement, puisque le développement urbain et l'arrivée de nouveaux habitants en grand nombre laisse prévoir un besoin d'espace dans le futur. Donc procédant dans un ordre logique: établir d'abord un règlement strict, des conditions précises à respecter pour la qualité des sépultures que bien évidemment peu de tombes anciennes sont en capacité de respecter, puis inventorier les lieux. Après vote de cette procédure, constater les états "visuels" d'abandon, indiquer sur place par affichage (cette petite pancarte placée devant) et laisser le temps passer pour constater la non réaction d'éventuels "ayant-droit", encore si d'aucuns se présentaient ils auraient à mettre en conformité ces souvenirs mortuaires. -Le règlement est affiché sur un panneau devant l'entrée - ne pourrait on le consulter sur le site?

 

On reste dans l'interrogation, les règles de gestion des cimetières paraissent bien complexes, on ne nous informe pas bien sur les directives données et les besoins. Une explication pourrait surement faire l'objet d'une communication envers les habitants, le village qui n'a que 1100 foyers, comporte encore les descendants de certaines familles dont un peu de conservation de mémoire devrait intéresser un ancrage patrimonial des futurs arrivants qui auront besoin de repères.

Cet aspect a t-il fait l'objet de réflexion parmi les élus? Quel groupe fut constitué pour "juger" de l'état d'abandon, ou de l'intérêt de conserver tel ou tel ouvrage valorisant? Des dépenses sont probablement prévues pour l'exhumation et le transfert des cendres dans une fosse commune, la remise en état des parcelles, certaines tombes pourraient-elles, même si sans suivi, faire l'objet d'entretien pour conserver l'aspect et l'ambiance dus à l'ancienneté.

La liste des tombes distinguées, les fiches avec les derniers noms connus ne pourraient elles être disposées sur le site internet, certaines familles directement contactées?   De concessions limitées ou perpétuelles avons-nous un devoir collectif de mémoire? -la liste est affichée sur place.

Je lis dans les carnets d'un ami touché par un deuil parmi ses proches, ces réflexions:

"- Attendre la mort, c’est comme attendre un train sur le quai d’une gare. Mais les trains passent sans arrêter. Pourquoi rester sur le quai ?
- Il a trente ans et préfère chasser le chevreuil plutôt que d’aller se recueillir le 1er novembre après une messe sur les tombes de ses défunts. Qui pense aux morts dans une famille ?  Les vieux peut-être car c’est bientôt leur tour. Mais les jeunes ? Ils sont immortels et s’en fichent."

Mais aussi “Les devoirs envers un mort ne consistent pas à entretenir une tombe, ce qui n’est rien. Ils sont d’une tout autre qualité. Ils consistent à traiter le mort comme lorsqu’il était là pour se défendre, alors qu’il ne peut plus se défendre. Là est la piété, là est le plus haut devoir envers un mort qui puisse être conçu.” (Henry de Montherlant, Va jouer avec cette poussière.).

Quelques sépultures menacée.     DSCN0509.JPG   DSCN0511.JPG   DSCN0519.JPG   sans concession    DSCN0515.JPG

Ajout du 8/11/2018

Faute d'accès à la liste ici le fichier photographié cimetiere liste juin 2018 part1     part2    part3  affiché sur le tableau dans l'ancien cimetière. (Difficile à lire car en petits caractères et des pages trop hautes ou trop basses. Il manque aussi sur chaque fiche devant la sépulture le numéro de tombe, ou un plan du cimetière. Une liste alphabétique serait surement pratique.

Puisqu'il est fait référence aux articles du CGCT autant en afficher les textes.


Article L2223-12

Tout particulier peut, sans autorisation, faire placer sur la fosse d'un parent ou d'un ami une pierre sépulcrale ou autre signe indicatif de sépulture.

Article L2223-17

Lorsque, après une période de trente ans, une concession a cessé d'être entretenue, le maire peut constater cet état d'abandon par procès-verbal porté à la connaissance du public et des familles.

Si, trois ans après cette publicité régulièrement effectuée, la concession est toujours en état d'abandon, le maire a la faculté de saisir le conseil municipal, qui est appelé à décider si la reprise de la concession est prononcée ou non.

Dans l'affirmative, le maire peut prendre un arrêté prononçant la reprise par la commune des terrains affectés à cette concession.

Article L2223-15

Les concessions sont accordées moyennant le versement d'un capital dont le montant est fixé par le conseil municipal.

Les concessions temporaires, les concessions trentenaires et les concessions cinquantenaires sont renouvelables au prix du tarif en vigueur au moment du renouvellement.

A défaut du paiement de cette nouvelle redevance, le terrain concédé fait retour à la commune. Il ne peut cependant être repris par elle que deux années révolues après l'expiration de la période pour laquelle le terrain a été concédé.

Dans l'intervalle de ces deux années, les concessionnaires ou leurs ayant-droits peuvent user de leur droit de renouvellement.

Discussion au Sénat sur la procédure.

Ajout du 14/11cimetière vu du ciel !!!

sans concession

 

 

plan du cimetière depuis site "Part de Brie".

sans concession

Suit à au commentaire sur les servitudes aux abords d'un cimetière: quelques textes.

 

Ici un site avec quelques conseils: de la nécessité de l'entretien, les droits et les devoirs, faire entretenir ou rénover, sinon comprendre pourquoi exhumer, réduire ... (lien lodifié car virus détectés).

Commentaires

  • Un travail d'inventaire et de documentation est réalisé par l'association local d'histoire de Coupvray "Part de Brie". L'archivage de vos photos devrait l’intéresser.

  • Puisque la commune de Coupvray s'occupe du cimetière, pourquoi ne fait-elle pas l'achat du pavillon qui le longe dans la zone "non-aedificandi" puisque après construction sans autorisation elle a été agrandie et se trouve maintenant en vente? Droit de préemption utile? D'autant que située dans l'emprise des talus du rû de Coupvray qui sont une zone de risque.

Écrire un commentaire

Optionnel