UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Je vous ai compris

Journée chargée et pleine de symboles pour cette passation de pouvoir entre 7ème et 8ème président de la Vème République.

 

Arrivé avec la pluie en mai 2012, François Hollande l'a convoquée de nouveau pour saluer l'arrivée de son remplaçant. Remplacement il faut bien le reconnaître comme symbole en même temps dans la continuité.

 

Les Français dans les trois derniers mandats  (depuis 2002 après l'élection de Chirac pour faire barrage à Le Pen) ont vu se dégrader la fonction présidentielle. Chirac affaibli qui ne réforme plus devant les oppositions qui défilent dans les rues, puis la réduction du mandat à 5 ans qui ne donnent plus le temps de changer les choses sans les brusquer façon Sarkozy ou paraître trop mou pour être normal après avoir nié les réalités dont la crise 2008. 

Emmanuel Macron a constaté de l'intérieur ce ressenti, il a su l'analyser et le comprendre, et nous engage à le croire dans sa volonté de remettre les priorités des institutions à leur place, à leur niveau de valeur.

Un quinquennat ne lui suffira pas, encore faut il espérer qu'il ne ressente pas qu'un mandat décennal ne lui suffise pas et qu'à l'exemple de Louis Napoléon, il n'ait envie de trouver un moyen de la prolonger. Les choix musicaux Saint-Saëns puis Offenbach pendant la cérémonie des salutations aux personnalités dans la salle des fêtes de l'Elysée après son discours d'investiture, nous le laisse soupçonner. 

 

Les commentaires qui jalonnaient sur différentes chaines TV les reportages de l'intronisation, nous faisaient découvrir que les rouages de l'administration publique sont dirigés par les anciens proches des deux présidents qui se succèdent. La nouvelle génération ne devrait pas avoir trop de mal à s'installer. 

La citation des divers points retenus comme majeur de chaque président de la 5ème République ne peut qu'aller dans le sens d'une continuité de cette République et un rassemblement du travail constructif effectué par tous dans l'intérêt de la France dans son ensemble, un signe évident pour que une majorité large se forme pour le soutenir. Ce passage du discours est un programme en soit. C'est celui que je retiens pour lui faisant le plus honneur.

L'embellie du ciel devrait être un meilleur message pour la suite de la journée, à moins qu'une bavure dans le choix du premier ministre et de la formation du gouvernement, ne vienne un peu trop tôt pour gâter la fête, attendons plutôt demain.

Ce que nous avons noté dans la com:

Les roses distribuées aux spectateurs rassemblés devant la permanence du parti socialiste pour l'arrivée de Hollande. Quel va être le message: présenter des candidats PS contre les REM ou les enlever?

Les spectateurs trempés sur les Champs Elysées, peuple parisien spontanément rassemblé malgré plan de vigilance terrorisme mais éclairci par la pluie, non, militants En Marche avec cartons d'invitation.

Le gag de Fabius dans la déclaration d'investiture: il cite "l'élection de 2007", avant de se reprendre "2017", effacer en un lapsus 2 quinquennats qu'il a déjà oublié, il doit pourtant au second sa place de président du Conseil Constitutionnel.

Ne soyons pas méchant, que vous inspire le bandeau "Merci" placé au-dessus de l'entrée de l'immeuble des socialistes ce dimanche? Franchement on comprend pourquoi ils passent la main.  

La suite du casting des candidats REM n'est pas close.

 Ajouts du lundi 15 10h: Divers liens sur revue de presse.

Commentaires

  • Quelle réaction vont avoir les postulants de la société civile qui ont déposé un dossier, en apprenant que certains n'en n'ont pas eu besoin? Et ceux qui devront laisser leur place à des candidats réclamés par Bayrou? On voit bien la limite de la combine des appareils, et Nicole Bricq dans la vidéo envoyé spécial, à la droite de Macron dans une "commission politique" du mardi, qui se fait les ongles !!! impayable la ministre coup de vent.

  • Amusant effectivement l'importance que prend la fugitive ministre de l'environnement lors de cet extrait. Il faut bien dire qu'il y a peu d'environnement dans le programme. Maintenant nous connaissons le nom du premier ministre, demain les ministres qu'il aura réussi à entraîner. En Allemagne Macron doit réfléchir à la durée du mandat de Merkel élue depuis 2005, et qui va postuler pour un 4eme mandat de 4 ans...

Les commentaires sont fermés.