UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Croyance

Le don de convaincre, c'est la principale capacité nécessaire de l'homme politique.

Se détacher de la foule de ses confrères, les convaincre de le suivre, voilà le parcours spontané et garanti du succès de celui qui est doué pour la gouvernance des foules. Un contexte favorable, une énergie interne, une volonté inébranlable, un milieu positif, une formation adaptée, un physique heureux, des rencontres chanceuses  sont toutes des conditions surabondantes mais nécessaires pour surmonter du lot.

Ce n'est pas la première fois que nous sommes subjugués par une parole enveloppante, un regard profond "les yeux dans les yeux" beaucoup s'y sont laissés prendre.

C'est le propre de l'élection présidentielle, faire sortir un homme, un seul du lot, le "meilleur d'entre nous" pour nous guider. Tous les ingrédients sont ici réunis, mais est-ce vraiment cela la politique?

On s'y confronte déjà avec la nécessité de constituer une majorité de gouvernement, ici ce n'est plus le charisme qui compte mais les calculs, les alliances, les ralliements ou les trahisons.

 

 

Lequel d'entre nous n'a l'impression en ayant écouté un discours d'homme (ou de femme) politique de se sentir converti, trouver toutes ces choses dites, justes, claires et probablement vraies.

Les paroles de Villepin, de Raffarin au sujet de Macron au lendemain du second tour sont sympathiques et convaincantes, c'est bien de notre avenir de Français, d'Européens, de nos frères et de nos enfants dont il s'agit dans un espoir de réussite de redressement dans un programme. L'interview de Baroin ce matin qui prône une majorité de droite, ne vise pas forcément l'empêchement dans la cohabitation mais la coalition, il nous dit aussi d'expérience que la force de la jeunesse n'a qu'un temps, et que le vécu politique tarit parfois les enthousiasmes.

Pour un mandat si court, celui de cinq petites années, il nous faut assister à une campagne si longue, les primaires, les deux tours de la présidentielle et encore les deux tours des législatives.

Les décisions par décrets, puis par ordonnances si une majorité lui accorde, l'établissement d'un budget, les votes de lois pour appliquer les diverses propositions d'un programme auquel nous ne nous sommes finalement pas associé, puisqu'il est reconnu que c'est contre les extrêmes que les Français ont voté, voilà le chemin envisagé si la démocratie est respectée, si le vote aux législatives confirme l'emprise du guide sur les électeurs, si les puissances du mal, ceux qui nient en manifestant dans les rues le choix de la majorité républicaine de nos institutions ne cassent pas une mécanique de séduction.

Pourtant les signes sont favorables: le ciel qui choisit le soleil plutôt que la pluie, les reportages sur toutes les chaines, TF1, Fr2, FR3, France5, dans tous les magazines qui présentent un homme souriant, jeune et sympathique, qui s'adresse à ses troupes en les appelant "mes amis" et non plus camarades ou compagnons.

*photo recueillie sur twitter

Ajout 13h45 : Les listes des candidats PEM devraient être connues cet après-midi, le premier ministre dimanche soir, le gouvernement lundi matin. On nous dit: des nouveaux, des purs, des simples: mais tous auront-ils des places en position d'éligibilité? Et les candidats dits issus de la "société civile" seront ils des magistrats ou avocats, des élus de moins de 3 mandats, ni du corps enseignant ni des policiers en retraite? Non issus du "système" décrié. Sinon que sont les mots?

Un premier ministre "de droite" ou proche pour fissurer l'accord UDI-LR, des ministres sans trop d'années de service politique au compteur, et surtout vierges de profits du système, même Bayrou promoteur d'une loi d'éthique, serait écarté puisque au sein du Modem il avait organisé l'utilisation des attachés européens pour son secrétariat (dixit Corinne Lepage dans son livre "les mains propres").

Plus que quelques heures, quelques jours, pour savoir si on doit y croire.

Ajout 15h15: Des listes REM constituées: de ralliés du Modem ou des verts, de droite "souple", de gauche libérale, de non politisés antérieurs. Ces candidats seront face aux LR, Modem, PS et aux FN et Insoumis, communistes donc des risques d'éliminations sous la barre des 12,5% des inscrits, l'autre issue: ne pas présenter de candidats dans certaines circonscriptions ou des candidats non crédibles et négocier des sièges en compensation. J'avais oublié: un homme politique sur deux devrait être une femme (parmi les candidats) et les suppléants qui seront-ils?  

 Ajout 18h15:  la présentation des 428 premiers candidats: 214 femmes et hommes. Attention ce sont des candidats, les comparaisons entre moyenne d'âge et genre par rapport à l'assemblée actuelle (qui à 5 ans passés comme élus) sont un peu rapides. Confirmation l'ex-patron en retraite du Raid sur la 8em face au député sortant PS Eduardo Cipel et l'ancienne LR Chantal Brunel mais pas de candidat (pour le moment face à Riester dans la 5eme (est-ce une réserve pour De Belenet?). 

 

Commentaires

  • Ce soir il y a aussi conseil communautaire à la grange du château de Chessy.
    au programme les conventions CA-VE et communes, avenant bep27, augmentation des indemnités d'élus...

  • Et aussi les conventions de mise en commun de marchés pour l'entretien le nettoyage des toits terrasse, l'entretien des "automatismes" cela comporterait-il la télésurveillance centralisée? En tout cas pas de point énoncé sur l'étude d'intégration des nouvelles communes à la CA.

  • Remarquez ces habitudes de cadres de grandes boites, tout ce qui me déplait:
    offrir des cafés (faits par des petites mains très remerciées...qui laveront aussi les tasses). Partout saluer (trop poli pour être honnête) cava? cava? ... Je vous aime mes amis , quand il ne tutoie pas. Juste un ambitieux, je crains beaucoup.

Les commentaires sont fermés.