UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rififi à Magny

Bien discret l'entrefilet du Parisien du 28 février au sujet du changement au sein du Conseil Municipal de Magny-le-Hongre.

L'absence de présentation des procès-verbaux sur le site depuis la fin d'année 2016, laissait comme un signe de flottement dans la gestion municipale. Déjà les démissions s'égrainent dans les différentes listes issues des élections de mars 2014. A mi-mandat, il y a visiblement fatigue et divergences, cela aura t-il une conséquence dans la conduite des projets dans l'agglo? Les concitoyens qu'ils soient de Magny ou de l'ensemble des communes du Val d'Europe auront ils en dehors des bruits de couloir, droit à une explication sur les raisons des clivages?

 

 

C'est le conseil du 13 mars qui valide les compte-rendus du 30 janvier et du 27 février. Et au conseil du 27 février que le maire informe du retrait de ses délégations au 6eme adjoint Alain Masson, pourtant pion important dans les mandats précédents de Jean-Paul Balcou, en particulier par son rôle de 5eme vice président au SAN et au syndicat des transports. Ce sont toutefois des fonctions qu'il conservera puisque depuis 2014 le poste de délégué à l'intercommunalité ne dépend plus de la désignation par les conseillers municipaux mais acquis des électeurs directement. Son absence au conseil du 13 mars provient probablement de son désintérêt de participer à des débats qui seraient aigres avec ses anciens collègues.

 

Le conseil de Magny marque toutefois une différence avec celui de Bailly, c'est dans la présentation des débats et en particulier le Débat d'orientation budgétaire (texte consultable à Bailly), comme avec l'approbation du Compte de Gestion où il est simplement mentionné la conformité au budget et au compte administratif! mais se passe de rappeler les montants principaux des postes, loin, toujours loin la transparence de l'Open Data, faudra t-il que l'agglomération, pour valider ses participations, exige la publication des comptes de toutes les communes le composant? On peut en douter, les ordres du jour et compte-rendus sont rarement affichés sur le site de l'agglo .

 

Au sujet des DOB (Débat d'Orientation budgétaires) obligatoires, il faut noter que leur contenu est fréquemment conservé secret, les compte rendu des séances de conseils ou comités se gardent bien de retranscrire les paroles des élus au point de se poser la question si un réel débat est tenu. Le lien sur celui du SMITOM qui est enfin affiché en donne la preuve.

Lien sur l'article Parisien du 28 février.P3240341.JPG

 

Commentaires

  • Peu de discussion et surtout pas d'explication claire lors de ces "limogeages". La seule motivation du maire "pour ne pas perturber le bon fonctionnement du conseil" est toujours la bonne excuse dont se contentent les préfets, et parfois les tribunaux administratifs. L'article du journal très sibyllin est assez explicite: Alain Masson, adjoint à l'urbanisme en avait assez de devoir traiter avec les mêmes promoteurs, et souhaitait changer de fonction. Ces soupçons de "favoritisme " ont suffit au maire pour le mettre au défit de préciser ses propos sous peine de poursuite en diffamation et lui enlever sa confiance. Ce sont des causes similaires qui valurent en 2009 le retrait de la délégation au SAN de l'adjoint vice-président à Coupvray. Bien sur l'aspect politique (adhésion En marche de Masson) contre la fidélité aux LR du maire JP Balcou devait déjà électriser leurs rapports.

  • Merci pour le commentaire à partir de l'article. Il semble que des postes changent aussi à VEA.

  • Les parrainages vont faire des dégâts: Le président du VEA est menacé au conseil départemental de perdre sa vice présidence, pour avoir rompu le pacte des Républicains en parrainant Macron. Les UDI: Philippe Descrouet à Bailly a parrainé Juppé mais se dit fidèle à Fillon, Jean-Paul Michel Maire de Lagny président de Marne et Gondoire et Yann Dubosc maire de Bussy sont plus discrets . Chantal Brunel LR qui a perdu la mairie de Bussy-st Georges conservera-t-elle la candidature pour la 8eme circonscription face au député PS Eduardo Rihan-Cypel qui a rejoint En Marche? Riester maire de Coulommiers, parrainant Juppé couvre la 5eme circonscription celle de Bailly-Romainvilliers, aura t-il face à lui un candidat Macroniste? (voir article le Parisien sur Conseil départemental de vendredi)

Les commentaires sont fermés.