UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cadence

Est-ce la vitesse à laquelle nous recevons les tweets du nouveau président américain, qui m'inspire ce titre?

Un rythme endiablé pourrais-je insister.

 

Non, en fait c'est juste le constat des réactions de divers élus du parti socialiste au choix des électeurs des belles primaires citoyennes.

L'idée de désignation du futur candidat aux élections présidentielles (en 2012) venait de l'avocat Arnaud Montebourg comme il le précisait dans une expression quelque peu précieuse: un choix parmi les impétrants! La règle d'un tel jeu impliquait: "nous sommes tous sensiblement sur la même ligne, ce n'est plus un choix interne de militants qui doit nous départager, mais la sélection par des citoyens volontaires lors d'un vote en deux tours". Après cette compétition qui profitera à la diffusion des idées des candidats, il s'entendait que le vainqueur bénéficiera du soutien de l'ensemble pour la suite de la campagne présidentielle.

 

Les élus qui constatent qu'une majorité d'électeurs à ces primaires, ont été séduits par des propositions qu'ils avaient rejetées et jugées utopistes et irréalisables, se trouvent dans l'impossibilité de les défendre et doivent choisir leur nouveau leader. Que feront les supporters, électeurs probablement désemparés devant le choix entre engagement sentimental et consigne partisane. Ecouteront-ils les arguments des candidats? ou suivront t'ils leurs idoles? Si certains choisissent le ralliement à Macron ou à Hamon les électeurs leur emboiteront ils le pas?

 

Dans ce cas Emmanuel Macron sera-t-il vraiment aidé par de nouvelles recrues prêts à faire la marche ensemble à la cadence d'un adjudant: Gauche! Gauche! ... ?

 

 

 

Les commentaires sont fermés.