UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Savoir calculer

La France est fière de ses prix Nobel de mathématiques. Moins du niveau de ses élèves dans les classements comparatifs.

Pourtant nos écoles sont bien censées former les jeunes afin qu'ils sachent lire, écrire et compter à l'entrée au collège. Etape indispensable pour la suite de leur formation.

Mais une fois encore nos politiques semblent montrer un mauvais exemple. C'est en tout cas ce qu'il ressort des confusions sur l'annonce "embarrassée" des résultats du vote aux primaires ce dimanche soir. 

A la fin de la journée (j'ai laissé passer l'heure de la clôture) pour ne regarder les infos qu'à partir de 19h30.

Les chiffres aperçus avant, 1 million de votants à 17h, me laissaient appréhender une participation de moins de 1,5 million puisqu'il ne restait que 2 heures sur les 10 de la journée (de 9h à 19h).

 

Le responsable (Thomas Clay) finalement n'a annoncé des premiers chiffres qu'à 20h30, une fourchette entre 1,5 et 2 millions !

Pourtant compter les présences avant dépouillement, les rapprocher des totaux d'émargement, ne serait-ce, pour obtenir une "estimation" rapide, que rassembler les chiffres des compteurs de vote sur les urnes, devraient être de bonne "gestion" afin de maintenir l'intérêt des médias. Donc ce fut ma première surprise.

 

Finalement ces calculs hasardeux, qui laissent un drôle de sentiment, me rappellent les commentaires faits lors du dépouillement des élections au PS en 2008 pour le choix du secrétaire général, contestations de Ségolène Royal face aux hésitations et corrections des résultats de sections favorables à Martine Aubry, déclarée victorieuse.  Décidemment j'en conclus que les socialistes non seulement sont fâchés avec la finance mais finalement sont purement fâchés avec les chiffres. C'est probablement ce qui justifie aussi l'impression que nous avons à la lecture des programmes de ces candidats là.

Il y a probablement dans l'éducation un effort particulier à faire sur les programmes de calculs, commencer par les additions, puis apporter quelques personnels supplémentaires dans les classes d'économie, compléter par les multiplications entre un taux, une dette et les années. Donner quelques notions de physique avec les échanges des vases communicants, les rapprocher de notions bancaires entre les recettes et les dépenses, interprétés en ressources et en emplois, donner quelques notions de conversions, les appliquer dans les importations et les exportations.

 

La prochaine révision pour la gauche sera dans quelques jours lors d'un débat où il sera sûrement question de financement de dépense, et surtout dimanche prochain où sera mis en application la difficile question des reports.

 

 

 

 

Commentaires

  • Dimanche prochain, le 29 janvier, ce sera additions et reports, mais surtout divisions.

  • Point fait sur BFMTV mardi matin. (suivre le lien de la signature) merci Nicolas pour la lecture, la division elle est bien connue en et hors Primaires citoyennes

Les commentaires sont fermés.