UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lectures quotidiennes

Avez-vous remarqué comment la loupe médiatique se pose sur l'information?

 

La diffusion des messages de l'actualité subit de tout temps une évolution, mais la technologie actuelle la précipite et la multiplie à un tel point que les individus ne peuvent plus la suivre, ou la suivent trop. Les synthèses plus que jamais risquent de tant épaissir le brouillard de l'info, que notre libre arbitre en est déformé.

 

Dans cette notice je tente une réflexion et une recherche, pour mon compte, de résolution.

On sait que les troubadours, les voyageurs transportaient les nouvelles des pays traversés, des gens rencontrés, seules leurs paroles étaient leurs moyens de diffusion. C'était il y a bien longtemps.

Le succès des journaux, la relation des débats des groupes de contestataires fut  probablement avec quelques pamphlets et opus de philosophes éclairés, le creuset de la Révolution.

Les journaux encore dans l'affaire Dreyfus, la Grande Guerre de 14, puis la radio qui opposa Londres et Vichy furent les moyens les plus proches.

C'est probablement la télévision qui pris son essor à partir de 68, jusqu'à faire le vote dans les débats des présidentielles de 2002 ou 2007. Les journaux, quotidiens ou magazines servant avec recul à approfondir.

Maintenant, les "réseaux sociaux" diffusent instantanément des informations de toutes natures, de toutes origines.

Si je "suis" quelques comptes twitter de commentateurs politiques, si je me fais quelques amis journalistes sur Facebook, que j'ai enregistré des liens de blog ou des flux de journaux, ce sont par des Tweet, des SMS, des mèls dans ma messagerie, que je serai orienté sur un article, une petite phrase, une vidéo youtube ou Dailymotion prise sur un plateau TV ou filmé dans un studio radio.

 

Donc de minute en minute, l'info n'est plus recherchée, je n'ai plus à acheter un quotidien ou un magazine au kiosque, plus à allumer la télé ou la radio, consulter mes favoris sur le WEB.  Tout vient à moi en "push".

 

Et mêlé de publicités, de sponsorisation, de lobbysme, nous sommes submergés et devenus imperméables aux vrais nouvelles, à celles qui sont importantes et dépourvues d'intérêts sous jacents.

Notre opinion est ainsi influencée, notre jugement orienté, et si nous ne faisons pas assez d'effort de critique, de recherche de contre pouvoir, de variété de points de vue, de diversité, il nous sera difficile d'exprimer librement nos choix. 

La navigation internet, les recherches (Yahoo, Google, Bing ...) semblait pouvoir être une voie, la consultation de différentes sources "en ligne" accessibles sur des moyens de plus en plus pratiques (les tablettes et smartphones) en tout temps en tous lieux, semblait un agréable remplacement des salles de lectures que constituaient salon, cafés ou bibliothèques. L'accès au travail de journalistes , car ce sont ces professionnels qui sont censés filtrer l'info, vérifier la justesse, investiguer, creuser les sujets, et nous les résumer, nous "driver" dans le labyrinthe de l'info, a failli être préempté par des intermédiaires, ces fameux GAFA. L'information pour être de valeur ne peut être gratuite, "l'ubérisation" de ce coté doit quelque part cacher la médiocrité. Donner des avis, faire part de sa sensibilité sur telle ou telle actualité, comme j'en ai la prétention ici, ne s'apparente pas au journalisme et plutôt  s'en nourrit.  

 

Aussi les sites de pratiquement tous les journaux, passent aux modèles de valorisation des contenus informationnels numérisés, puisqu'ils semblent l'objectif nécessaire à la survie des médias, deviennent de moins en moins accessibles sans paiement d'abonnement. Le modèle reposant sur le seul financement publicitaire ne convient plus. Donc il me faut choisir l'achat de la lecture en ligne, mais qui est assez fou pour s'abonner à tel ou tel magazine, tel ou tel quotidien alors que leur lecture dans son ensemble est indigeste sur un écran, et d'autant plus sur une tablette de 7 ou 10 pouces. Quel lecteur, ne s'aperçoit pas rapidement que la même info circule en quelques jours d'un média à l'autre. Sans parler des articles sur les médias eux-mêmes qui s'auto critiquent ou s'auto flagornent. La matière d'une source est réutilisée, du resucé ou du remâché, mais selon le "chroniqueur l'info est tronquée, reformatée parfois réinterprétée au point d'en édulcorer le sens et la portée. Dans mon éthique de connaître l'information d'origine, il me serait beaucoup plus pratique d'avoir comme avec les supports papiers la possibilité de feuilleter et choisir les articles à lire.

J'ai donc expérimenté deux façons (surement en existe-t-il d'autres). Soit l'aspect Kiosque, soit l'aspect articles.

Des abonnements sont disponibles pour se procurer régulièrement quelques journaux dans le site ePresse.fr

entre 5, 10 ou 15€ de "crédits" achetés, par mois on accède à quelques médias selon leur valeurs, on peut varier les lectures. A partir d'un affichage quotidien des "unes" et d'un sommaire.

L'autre solution l'achat de tickets de lecture, dans un porte monnaie et le choix d'articles que nous propose Articly.com. On peut lire pour quelques dizaines de centimes d'euros (20, 32, 1.50) des articles à l'unité ou le média entier pour un prix légèrement réduit.

Les limites actuelles sont de deux niveaux: les réductions sont moins fortes que les abonnements numériques des éditeurs, les sites ne disposent encore que d'une sélection restreinte de titres, et les versions de certains titres ne sont pas localisées (cas de La Marne, du Parisien, ...) on ne s'évitera donc pas les achats sur les sites des producteurs.

Je poursuis mes tentatives, les articles extraits par Articly ont l'avantage de rester dans mon archive et je peux même en tirer une copie pdf. Les tarifs sont fixés en référence au prix du média et non en fonction de la taille et durée de lecture, ce qui à mon avis est très pénalisant, un tarif à la page (sans pub) serait plus attrayant. Les abonnements sont limités dans le temps et sans engagement, un test avec une offre de départ m'a séduit dans les 2 cas. Articly souffre encore nettement du peu de journaux.

Il y a certainement de ce coté de grosses possibilités, à moins que les GaFA et parmi elles surtout Amazon ou la FNAC n'imposent un nouveau modèle. Les tentations doivent être grandes pour les "transporteurs" tels Orange, Numéricâble, Free, d'enrichir leurs contenants par les contenus que représentent les articles de presse.

 

Ajout samedi 10/12/16 les blogs d'idées (Web-télé) qui éclairent la réflexion générale et l'actualité, que je suis régulièrement:

Michel OnfrayPhilippe BilgerMarc Fiorentino , Jacques Attali, ...

Toutes ne permettent pas l'interaction , les commentaires.

Ajout du 13 décembre: Dans les télévisions, il y a bien sûr les chaines d'info en continu. Vite un zap sur l'une des chaines au hasard, pour savoir de quoi les journalistes parlent en ce moment, entre deux pubs.

Ajout du 7 janvier 2017 Réponse de Michel Onfray à la question du pouvoir des journalistes.

La presse selon Onfray (archives 2106)

Commentaires

  • Aussi se contenter des quelques articles proposés par certains journaux, en lecture chaque mois. Express 10, Le Parisien 4, Les Echos 8 ... ou les pages avec pub (et ruptures par rafraichissement) ... Les abonnements à 1 euro ce sont des pièges puisque après avoir autorisé le prélèvement sur carte visa, ce sera difficile de ne pas oublier et interrompre le renouvellement tacite.

  • Surement une mauvaise idée, par contre de lier son compte ePresse avec le compte Orange. C'est une offre de partenariat actuelle, 6 mois d'abonnement de 15 crédits (ensuite tarif normal de 15€/mois. J'y vois trop de lien entre mes habitudes et les journaux que je lis ... la fréquence. Voir les raisonnements d'Eric Sadin dans la Siliconisation de la société.

  • Objet de discussion dans C Polémique de dimanche 11 sur France 5

    http://www.france5.fr/emissions/c-politique/videos/2017_vers_une_guerre_entre_medias_et_politiques__11-12-2016_1420671

  • Qui possède les médias? Capital, gouvernance et indépendance
    http://www.sciencespo.fr/liepp/sites/sciencespo.fr.liepp/files/2016-CAGE-MEDIAS.pdf
    Un projet à suivre, mais surement trop tard pour les prochaines élections.

  • Une autre version la lecture des "pure players de l'info", une présentation ici http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/medias-les-pure-players-de-l-info-se-multiplient-58636db0cd70138bd42581e7#.WGS225TtHg0.twitter

Écrire un commentaire

Optionnel