UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La marche

L'annonce de la candidature d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle de 2017, n'est en somme pas une surprise, quel aurait été le sens de sa démarche depuis un an environ, si elle ne se concrétisait pas?

La question qu'elle entraîne c'est "pourquoi maintenant?", et les raisons ne manquent pas.

 

-Avant la primaire de la droite (4 jours avant le 1er tour, la veille du dernier débat de cette primaire). Un effet pour démotiver les centristes et d'éventuels transgenres de gauche, pour orienter indirectement sur un résultat plus aisé à combattre.

 

-Avant la décision de Hollande d'y aller pour défendre son mandat même en se sacrifiant, ou un éventuel Manuel Valls, le meilleur héritier de la gauche? Surtout réduire la fenêtre du coté de la gauche libérale et la démotiver d'une participation à la primaire de la gauche (Belle Alliance Pop !)où Montebourg émerge. 


Planifiée entre l'élection américaine et la fin de la primaire de droite, la séquence était en technique de communication politique parfaitement élaborée, même si la surprise de l'élection de Trump a occulté la diffusion de l'ébauche de programme dans l'interview parue le même jeudi 10 novembre dans l'Obs.

Les perspectives de résultat des présidentielles (celles des sondages relayés et présentés par les journalistes commentateurs) affolent les élus surtout députés futurs candidats et leurs troupes, entre règlement de comptes et reclassement dans la fonction publique, tout bouge.  Et si tout cela sentait la libération pour rejoindre En Marche, car il lui faudra bien une majorité à l'AN, si Macron est président.

Les investitures sont en débat dans les partis droite, gauche on se prépare. Voilà l'exemple de ce que ne veulent plus les Français, les candidats issus d'une magouille de parti. Et c'est ce qui portera Macron au pouvoir. Tous retrouveront leur liberté, Il faudra alors rapidement changer les lois de financement des partis, pour reconstituer des majorités, législatives, régionales, européennes, les candidats devront se redéfinir un cadre d'action hors des "évangiles" partisans.

 

Les premières critiques dénoncent son inexpérience d'élu (jamais) de gouvernance (seulement Conseiller du président Hollande) de banquier d'affaire libéral (inspecteur des finances chez Rothschild), d'être malgré tout du système (énarque) et surtout traitre à son mentor. Mais peut-on reprocher comme à Jupé sous Chirac, Fillon sous Sarkozy, Rocard sous Mitterrand, même Valls sous Hollande de trahir celui qui n'a pas laissé se développer son projet complètement.

 

ajout 11h Attaques du jour: son financement, lorsque la démarche est novatrice, hors des partis qui se sont appropriés toute l'aide publique. On revient aux lois de Rocard en 1990 et l'amnistie pour les financements occultes du parti socialiste sous Mitterrand (affaire Urba ...) Benoit Hamon ancien ministre de l'éducation de Valls, candidat à la primaire PS, a porté le coup dès hier en soupçonnant un possible conflit d'intérêt.

 ajout du 19/11/2016

Jalousé par d'autres candidats, (Mélenchon en particulier) pour la couverture médiatique dont il est la vedette, il est surtout attaqué par ses anciens collègues ministres qui voient la multiplication des candidatures "de gauche" enlever toute possibilité d'être présent au second tour de la présidentielle. L'annonce sur la télévision nationale d'un "biopic" sur le nouveau candidat doit faire fulminer dans les foyers hollandais. (France 3 lundi 21 à 20h55).

Après les résultats du premier tour des primaires, l'audimat devrait garantir de bonnes rentrées publicitaires pour les chaines de télévision et une remontée spectaculaire des ventes de journaux. Macron a déjà prévu la suite.

A suivre

  

Commentaires

  • Tiens la macronite te gagne? Macron c'est lui qui prônait la concurrence? dans la publicité, dans les cars, dans les taxis .. les 35 heures, les impôts, et le pantouflage

  • Merci de cette attention. Juste un intérêt de citoyen et quelques clins d'œil normaux, car il devrait y avoir des retombées pour les Français et pour les franciliens après ces élections. Donc une année 2017 très électorale.

  • Voir le film lundi soir, d'après les extraits dans C a vous, formation dans un collège privé confessionnel, vraiment hors-système?

Les commentaires sont fermés.