UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • A vue de nez.

    Pour une fin de juin, trois jours de météo océanique, tiède, grisonnante et humide. Un temps qui n'est pas de saison mais tolérable après les épisodes orageux et froids précédents.

    Un temps que l'on peut ressentir "à vue de nez" à Coupvray, puisqu'effectivement une odeur s'insinue dans nos vies pendant ces trois jours, celle de décomposition organique de l'installation de compostage qui surplombe le village dans la zone des pendants au bord de Chalifert.

    Lire la suite

  • Out ! What now?

    Cette carte reçue d'amis anglais il y a quelques années, m'est repassée dans les mains à l'occasion d'une recherche d'adresse.

     

    Lire la suite

  • Orages

    Les conditions climatiques sur l'Ile de France ne sont pas alignées sur le calendrier des saisons. On s'en aperçoit encore ces derniers jours, en particulier vendredi soir, encore! avec un orage violent sur Coupvray vers 19h30. Les dégâts sont moindres, mais l'ignorance des cas et la non intervention sur des réseaux dégradés par l'absence d'entretien puisque les services techniques sont mobilisés pour la fête du parc du château, laissent des habitants dans l'angoisse et le désespoir.

    Lire la suite

  • Moi, Président

    Passionné par mes lectures anciennes, j'ai retrouvé cet essai de cette admiratrice et amie de Montherlant, Alice Poirier.

    Son opuscule, (Editions du Sagittaire de 1940) porte le titre "Aux sources du moi inconnu". Au bout de 105 pages de réflexions elle conclu:

     

    N'écoutez pas les menteurs, ceux qui veulent vous traîner en esclavage, ceux qui veulent vous rendre bas pour ensuite crier à tous les vents que vous êtes bas. Ils ne vous aiment pas, ces gens, puisqu'ils se servent de vous, puisqu'ils font marcher leur société grâce à vous. Mais moi, je vous aime. Souvenez-vous de ces paroles, que j'appuierais, s'il le fallait, de ma dernière goutte de sang. L'effort n'est rien. Le mérite n'est rien. Le devoir n'est rien. Seules comptent cette contemplation, cette adoration silencieuse de nous-mêmes dans ce que nous avons de haut. Seules comptent les brèves minutes (pourquoi si brèves?) où nous avons aimé le bien et où nous avons aimé le beau.

    Lire la suite

  • Pluie: un record

    L'orage de vendredi (27 mai 2016 19h30), les pluies continues depuis ce week-end, l'île de France et particulièrement la Seine-et-Marne passent les records de précipitations.

    Lire la suite