UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • D'échéance en échéance.

    En trois jours, que d'annonces et contre annonces officieuses ou officielles. 

    La COP21 avait tout pour cacher ces élections régionales, avatar de la réorganisation de la gouvernance des territoires modèle démocratie de gauche, concoctée afin d'effacer la réforme commencée par la droite sous Nicolas Sarkozy. Les attentats du 13 novembre ont tout bouleversé. Le président a semblé prendre la mesure de l'ampleur de l'attente sécuritaire des Français, dans des actes et discours grandiloquents dont il a la science (rappel de son discours contre son ennemi "la finance"), la convocation du Congrès, les déclarations de rassemblement pour l'état d'urgence et l'unité contre le terrorisme avaient presque convaincu, les sondages marquaient une embellie de satisfaction, ceci à la veille de l'échéance électorale. Dans la foulée des résultats du premier tour, l'annonce même d'une volonté d'union "républicaine" contre le risque extrémiste, enthousiasmait jusqu'aux leaders du centre tentés par une union des braves contre le chômage.

    L'emblématique évocation d'une possible déchéance de nationalité dans le cadre de projet d'amendement de la Constitution, paraissait comme le point nécessitant l'approbation du Congrès. Les propos de la ministre de la justice, rapportés dans une interview à un média en Algérie mardi à la veille de l'annonce du projet en conseil des ministres mercredi remettait tout en question, mais au moins confirmait la logique des représentants de la gauche française dans leur doctrine et leur sectarisme.

    Tout compte fait électoralement et en prévision d'un échec redoutable si la droite refusait l'approbation au Congrès, une majorité des 3/5 étant nécessaire, ce fut l'annonce de la nouvelle volte-face du président qui confiait finalement à Valls et Taubira de maintenir la révision telle qu'elle fut annoncée le 16 novembre à Versailles, pourquoi ne pas tenter un référendum, unité contre la gauche extrême?

    Après les turbulences d'annonces et de leurs suppressions, les discours des uns et des autres deviennent inaudibles, avant qu'un texte soit mis au point pour cet amendement, des unions ou exclusions devraient intervenir car ministres ou anciens ministres se confondent en mélange de genre sur un principe de reconnaissance de citoyens dont la double nationalité ne fait pas l'unanimité, des nuances semblant fluctuer dans la désignation des fautes à sanctionner.  

    Finalement ne revient-on pas sur le fameux débat de l'identité nationale qui fut esquivé, et pour la prochaine échéance, la seule qui soit l'objectif du président: faire aussi bien que son modèle, un deuxième mandat à tout prix.

  • Nini ...

    Dans mon petit village, nous connaissions la Nini, ...une pauvre fille qui conduisait ses chèvres dans les prés communaux.   L'entendre citée à la télévision avait attiré mon attention.

    Pourquoi un couplet sur NINI dans l'entre-deux-tours? Je fredonnais déjà ...  Elle est si belle et si gentille ... A la Bastille.  

    Puis brusquement j'ai compris quand l'ex prétendante à la mairie de Paris, NKM  protestait contre Nini ce lundi. Elle était contre Nini. Et visiblement cette déclaration lui a fait perdre son poste du bureau du parti "Les Républicains".

    Alors je me suis posé la question, Nini c'est quoi exactement? Une consigne prônée par le président de LR, contesté par Raffarin et NKM, mais stratégie retenue par le bureau du parti (si j'en crois ce que j'ai pu lire dans les médias, je n'y étais pas bien sûr). Donc pas de consigne de retrait des candidats mal placés au premier tour des régionales, pour laisser la place à la liste PS mieux placée dans un réflexe d'union "républicaine" pour faire barrage à une victoire du FN. Donc en raccourcissant "Ni FN, Ni PS" mais persistance pour les listes LR.  Comme dirait Chevènement "dans une équipe quand on n'est pas d'accord on ferme sa G. ou on s'en va".

    Je me faisais déjà la réflexion qu'autant je comprenais la possibilité pour des partis comme les Verts ou FG de donner des consignes à leurs militants connus pour être "encadrés" une fois "encartés", et peut-être à leurs électeurs, j'en doutais davantage pour les socialistes, mais n'y crois pas du tout pour les UMP et les centristes, l'expérience du Modem reste dans les mémoires. La lecture du livre de Bachelot sur les consignes du vote de 1981 confirme les manœuvres politiciennes sans limite.

    Nous n'étions pas dans les isoloirs en PACA ou dans ALCA, nous ne saurons pas si le vote qui a soufflé la victoire au FN dans les 3 régions convoitées, est le résultat direct d'un vote des sympathisants de gauche pour la liste LR, ou si un jeu de forte mobilisation d'abstentionnistes a décidé les électeurs dans un élan patriotique anti extrême. (C'est toujours délicat de voter ou s'abstenir, selon des consignes ou des présences de listes, autant les votes sont confidentiels, autant l'émargement ou non laisse des traces, je recommande le vote blanc afin de garder la discrétion.) Nous ne saurons pas non plus ce qu'aurait donné la mobilisation sans la consigne de Manuel Valls.

    Mais sans le nini quelle aurait été la consigne? NKM, les centristes Raffarin, Lagarde ... que proposaient-ils? une union des listes? un retrait pur et simple du troisième?  Ou selon le principe des calculs du "groupe des gauches" additionner les voix, et constituer une liste unique en choisissant soigneusement les places éligibles pour remercier les amis, une espèce de collaboration?   Le vote du 13 décembre ne semble pas avoir donné raison à cette façon de disposer des voix des électeurs. Déjà un vote de liste où les projets, et les candidats ne sont à peine présentés, fait peu de cas d'une désignation "éclairée", alors une "combinaison tactique" donnerait toutes les raisons de renforcer le concept défendu par le FN. Les victoires en ALCA et en IDF, même en Normandie devraient faire réfléchir sur cette position, et les élus "malgré eux" vont ils finalement abandonner leurs postes?

    NKM n'a t'elle pas perdu une fois de plus dans Paris? et nous nous poserons encore la question en sifflotant sur cet air de Nini. 

     

     

  • Regions: les reports ont payé.

    Résultats 2eme tour, à comparer au premier.

     

        Participation   LR FN PS
        (votants)        
                 
    SAN Bailly 51,36   52,28 19,79 27,94
      Chessy 55,51   45,75 20,22 34,03
      Coupvray 59,98   43,01 25,46 31,53
      Magny 55,96   53,73 18,13 28,14
      Serris 46,36   44,78 20,77 34,45
    MetG Chalifert 53,82   35,11 25,11 39,79
      Montevrain 52,11   47,83 20,43 31,74
      Lagny 45,84   26,65 26,07 22,16
      Thorigny 54,14   38,82 21,87 39,31
      Bussy st G 49,41   54,60 11,65 33,75
    hors ca Esbly 57,98   39,73 24,5 35,76
      Chelles 49,9   38,97 20,6 40,43
      Noisiel 45,56   29,67 13,57 56,76
      Melun 43,33   36,38 21,05 42,57
    Seine et marne   52,82   39,74 25,8 34,46
    Ile de france   54,46   43,8 14,02 42,18
    France            
                 
    IDF 2010 (2eme tour)   51,1   42,05   57,95
                 
    sièges 2015       121 22 66

     

    Ajout lundi 9h 30 suite au commentaire. Evolution nombre de voix sur le Val d'Europe.

        Pecresse Bartolone St just exprimés FG Verts DLF
    Bailly 1er 537 286 409 1527 45 74 107
      2em 1033 552 391 1976      
      diff 496 266 -18 449      
      % 92,36% 93,01% -4,40% 29,40%      
    Coupvray 1er 276 202 305 1068 55 77 105
      2em 532 390 315 1237      
        256 188 10 169      
        92,75% 93,07% 3,28% 15,82%      
    Chessy 1er 371 285 301 1200 35 90 83
      2em 656 488 290 1434      
        285 203 -11 234      
        76,82% 71,23% -3,65% 19,50%      
    Magny 1er 686 334 488 1868 51 102 135
      2em 1218 638 411 2267      
        532 304 -77 399      
        77,55% 91,02% -15,78% 21,36%      
    Serris 1er 445 360 437 1626 61 110 132
      2em 910 700 422 2032      
        465 340 -15 406      
        104,49% 94,44% -3,43% 24,97%      
                     
    SAN 1er 2315 1467 1940 7289  247  453   562
      2em 4349 2768 1829 8946      
        2034 1301 -111 1657      
        87,86% 88,68% -5,72% 22,73%      

    Donc sur le Val d'Europe.

    Une forte augmentation de la participation (22,73%) qui profite nettement à la gauche puisque le report des voix FG et verts  (700 voix) ne suffit pas  à expliquer la croissance de 1301 du PS, mais surtout aux LR qui progressent de 2034 voix comprenant probablement un report des électeurs de Dupont-Aignan mais aussi de la perte de 111 voix initialement sur le FN. C'est ce que l'on peut déduire à une simple lecture , mais il est probable aussi qu'en compensation d'abstentionnistes du premier tour qui sont venus voter que des électeurs par contre ne se soient pas déplacés. Les divers non représentés ne suffisent pas non plus à expliquer la différence

    Ajout lundi 14 14h Tableau régions de France populations/ Voix/ Représentants élus (d'après site Le Parisien et   Le Point). Hors Corse et Outremer.

    Région habitants Inscrits votants
           
    alsace L C A 5 553 187 3 885 873 2 293 381
           
    Aquit P C 5 867 448 4 268 922 2 466 374
           
    Bourg F-C 2 817 429 1 996 521 1 220 958
           
    bretagne 3 273 343 2 421 686 1 377 446
           
    centre v l 2 577 474 1 817 524 1 076 415
           
    I D F 12 005 077 7 086 189 3 859 092
           
    Midi Pyr 5 724 711 4 121 377 2 556 080
           
    nord P d C 5 985 719 4 237 971 2 595 915
           
    normandie 3 330 120 2 390 399 1 412 209
           
    Provence ca 4 964 859 3 525 275 2 126 066
           
    Pays loire 3 689 465 2 664 588 1 525 554
           
    Rhone alp auv 7 808 323 5 130 485 3 063 271
           
      63 597 155 43 546 810 25 572 761

     

     

    Région exprimes Gauche Droite FN
                   
    alsace L C A 2 190 001 339 757 19 1 060 065 104 790 179 46
                   
    Aquit P C 2 343 242 1 037 330 107 798 137 47 507 770 29
                   
    Bourg F-C 1 162 020 402 941 51 382 177 25 376 902 24
                   
    bretagne 1 330 767 670 754 53 387 836 18 246 177 12
                   
    centre v l 1 028 108 364 211 40 355 475 20 308 422 17
                   
    I D F 3 719 723 1 569 093 66 1 629 247 121 521 383 22
                   
    Midi Pyr 2 439 003 1 092 969 93 826 024 25 520 011 40
                   
    nord P d C 2 404 965     1 389 316 116 1 015 649 54
                   
    normandie 1 360 520 490 840 27 495 491 54 374 089 21
                   
    Provence ca 1 959 622     1 073 485 81 886 147 42
                   
    Pays loire 1 452 610 545 638 26 620 249 54 286 723 13
                   
    Rhone alp auv 2 958 403 1 089 791 57 1 201 528 113 667 084 34
                   
      24 348 984 7 603 324 539 10 219 030 778 6 500 536 354

    Et en graphiques sympas sur Nouvel Obs.

  • Au 1er janvier le Val d'Europe passe en CA

    Prochaine étape de la gouvernance du Val d'Europe, sa transformation de SAN en CA.

    Le statut et les particularités "obligatoires" de Syndicat d'Agglomération Nouvelle, liés à la situation exceptionnelle des Projets d'Intérêt Général dans le cadre des Villes nouvelles de 1976, disparaît par volonté de réorganisation des Territoires. 

     

    Le premier janvier 2016 le groupement des 5 communes doit se convertir en Communauté d'Agglomération. Ce recalage aurait pu se réaliser dans le temps, progressivement mais les ruptures entre les délégués des 5 communes qui restent après les divergences sur la mutation-fusion en "Commune Nouvelle" sont flagrantes. Les politiques des communes sont donc ancrées dans l'individualisme, on le constate dans la récente décision du conseil municipal de Chessy d'engager une première phase de déploiement de sa vidéosurveillance, devant aboutir à une couverture de 110 caméras, sans citer de coordination avec les autres projets tels les équipements existants de Serris, Magny, Bailly, ou les études de Coupvray, dans un domaine où pourtant un partage de moyens communs sur l'ensemble du territoire intercommunal aurait eu certaines conséquences économiques et en personnel.

    Aussi les reports des conseils municipaux de Serris   , Bailly et de Magny, avec dans les ordres du jour un point exceptionnel sur une proposition de statuts de la communauté d'agglomération nous interpelle, d'autant qu'à Coupvray et Chessy les ordre du jour n'étant pas publiés sur internet et aucune information n'étant diffusée, il semble que l'avenir du Val d'Europe ne doive plus concerner les habitants, au moins en terme de gouvernance. Ajout mardi: Affichage à Coupvray : Conseil à 19h30 ceux des autres communes à 20h30.

    L'avenir du Val d'Europe ne dépend pas uniquement des accords internes sur un partage des ressources entre les 5 communes  et des compétences dévolues à la CA dans ses statuts, mais pourrait aussi surgir à tout moment par un retournement  de la position de l'Etat dans le regroupement intercommunal. Il pourrait aussi venir d'un recours que porteraient les "alliés" Républicains, comme les maires de Vaires ou Chelles comme le mentionne l'article de la Marne du 9 décembre. "Un référé sera-t-il déposé contre les dérogations accordées par le préfet aux communautés d'agglomération de Marne et Gondoire et du Val d'Europe? Les élus de Marne et Chantereine pourraient logiquement saisir le juge d'autant que ces dérogations ne sont plus conformes avec la loi aujourd'hui."  (article recours contre Paris-Vallée de la Marne? P23.)

     

    Ajout 18 décembre.

    Secret bien gardé, aucune annonce sur le site du SAN, pas d'info sur le contenu. En deux jours les statuts sont validét et sur le site entreprises, premiers éléments.

    Et en cherchant bien le contenu. ET enfin la mise à jour du site du SAN qui confirme.

     

  • Eligibles

    En Ile de France la "fusion" des listes PS FG et verts donne quelques changements dans les têtes de liste.

    Département par département les "éligibles" sont ainsi la crème des membres des partis qui auront leur place dans la nouvelle assemblée régionale. Il faut dire que ce ne sont pas les informations qui ont été distribuées  qui nous renseignent sur les compétences, les expériences et les activités passées de ces représentants. Leur seule présence en tête de ces listes est leur viatique, surement en remerciement des bons et loyaux services rendus dans le seul intérêt du parti dont ils sont membres.

    En relevant les nombres de candidats par département:42 pour Paris, 25 en 77, 27 en 78, 24 en 91,30 en 92,29 en 93,25 en 94 et 23 en 95 et les pronostics des sondages, pour une liste qui ne serait pas gagnante c'est le tiers qui serait le maximum d'éligibles, la liste gagnante obtenant un bonus de 25% de sièges.

    Sur une supposition de 41%, 39% pour la seconde et 20% pour la troisième on aurait les répartitions calculées dans le tableau ci dessous. (restant 11 pour les arrondis inutiles dans l'approximation) 

      75 77 78 91 92 93 94 95 IDF
    sièges 42 25 27 24 30 29 25 23 225
    Prime 25% 10 6 6 6 7 7 6 5  
      32 19 21 18 23 22 19 18  
    41,00% 13 7 8 7 9 9 7 7  
    39,00% 12 7 8 7 8 8 7 7  
    gagnant 23 13 14 13 16 16 13 12 120
    perdant 12 7 8 7 8 8 7 7 64
    20,00% 6 3 4 3 4 4 3 3 30
      41 23 26 23 28 28 23 22

    214

     elus 2010      75   77   78   91   92   93   94   95    idf 
       PS   28  16  17  17  18  15  17  13  142
     UMP  13  8  11  7  11  4  7  6  67
     FN <10%                  0

     

    Ainsi la ligne gagnant ou perdant vous permet de situer les éligibles sur la liste.

    Ce sont des moyennes, il n'y a au total que 209 sièges à pourvoir et les résultats sont en réel établis par département. 

    Cette estimation permet aussi d'appréhender le poids des divers représentants dans la future assemblée.

    La région Ile de France n'ayant pas été impactée par une extension comme d'autres régions, les indemnités des élus ne seront pas augmentées. Par contre compte tenu de la taille ce sont les plus grosses indemnités des conseillers Régionaux de France. Et beaucoup des élus "majoritaires" seront désignés dans divers commissions ou organisme et certaines de ces représentations seront assorties de nouvelles indemnités. Ces postes "d'éligibles" garantis ne sont pas sans conséquence pour ceux qui auront ainsi les moyens et disponibilités pour administrer leur parti. D'après 20minutes "Cette indemnité est de 2.450 euros net en moyenne pour un conseiller, et de 3.200 euros pour les quinze vice-présidents".

     Ajout dimanche 17h40 la participation à 17h.

    Ajout mardi 12h 

      75 77 78 91 92 93 94 95 IDF
    Candidats 42 25 27 24 30 29 25 23 225
    Prime 25% 10 6 6 6 7 7 6 5  
      reste 32 19 21 18 23 22 19 18  
                       
    Résultats                  
    Pecresse 44,26% 39,74% 51,49% 40,90% 52,17% 32,86% 41,47% 40,37%  
      14 7 10 7 11 7 7 7  
      14 13 16 13 18 7 7 12 100
    Bartelone 49,64% 34,46% 34,41% 40,89% 39,25% 52,40% 45,95% 40,27%  
      15 6 7 7 9 11 8 7  
      25 6 7 7 9 18 14 7 93
    W St Just 6,10% 25,80% 14,10% 18,21% 8,58% 14,74% 12,58% 19,36%  
      0 4 2 3 0 3 2 3 17
                      210

    Le Parisien présente les élus saine-et-marnais.