UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

C'est CA le non choix du Val d'Europe

Les électeurs se sont donc exprimés ce dimanche 27 septembre, jour de gloire pour la démocratie locale, mais jour noir pour la clarté de l'information.

C'est sans trop de surprise que 972 habitants de Coupvray se soient déplacés sur les 2238 inscrits (environ 43%). Choisir à une majorité de plus de 77% la fusion en Commune Nouvelle est une attitude courageuse, sachant l'attachement de la population pour l'originalité de son village, son nom et son histoire, un geste d'espoir dans l'avenir sans arrière pensée électoraliste, sans prétention de domination ou d'individualité peut-être une crainte de dilution dans une intercommunalité trop vaste et un lissage vers le haut des taxes. 

Sans surprise le oui fut le choix de 97% des électeurs de Bailly-Romainvilliers, qui voyaient probablement leur maire déjà président du SAN, en porteur de la mairie ainsi redimensionnée, mais c'est avec 30% de oui que Serris met fin à cette vision de l'avenir du secteur.

Le Préfet devra donc entériner le non choix du régime Commune Nouvelle, et prononcer la transformation de l'intercommunalité des 5 communes en (Communauté d'Agglomération (CA).

Quelles conséquences? La carte définitive des intercos dont la préfecture doit fixer les périmètres définitifs en octobre conservera t-elle l'exception des dérogations pour Marne et Gondoire et Val d'Europe? Les secteurs 3 et 4 seront-ils seuls réunis, ou la méga-interco déjà entrevue redeviendra t-elle une obligation. Les gestionnaires de Disney sont-ils prêts à discuter avec une telle masse d'élus alors que la convention de 1987 avait obligé des relations de partenariats dont le SAN avait su prendre sa place.

Dans les arguments qui se sont opposés pendant cette campagne, nous devrions dans chaque camp faire la part du raisonnable, les changements de noms de rue, les changements d'adresse, le nom même d'une ville sont des éléments mineurs qui n'ont pas étés approfondis par les partisans de la fusion. Pour ce qui concerne les prévisions budgétaires, et la baisse des dotations de l'état, il nous faudra voir qui disait vrai, mais pour ce qui concerne le partage dans une grande intercommunalité et la représentativité dans les cas d'un tel regroupement, la question se pose encore. N'y aurait -il pas sur ces points encore un très net avantage à la transformation des quatre communes qui l'ont exprimé en une commune nouvelle, même si les avantages du changement de statut SAN sont perdus. Avec environ 20 000 habitants, elle aurait alors tout son poids dans l'avenir, imaginer une CA de 2 communes? mais qui, avec la volonté gouvernementale de regroupements en Ile de France, peut imaginer viable une dérogation pour 5 communes?

 ajout lundi  interview du Président du SAN, Arnaud de Belenet sur 77info.FR

 article du parisienMessage officiel du SAN avec présentation des résultats par commune.

Commentaires

  • C'est pas plutôt avec 30 % de NON que Serris a mis fin.......

  • Près de 30 % de oui, c'est un camouflet pour les élus de Serris, ca veut dire que des gens réfléchissent et s'opposent à "l'unanimité des élus" du conseil et n'ont pas suivi toute la propagande du maire.

  • les taux d'abstentions sont un camouflet pour l'ensemble des promoteurs de ce projet fou malgré leur propagande massive qui versait parfois au chantage.

  • Une participation de 43 et qq pour cent à Coupvray, c'est pour une élection réduite au secteur (non nationale) ce n'est pas si négligeable que cela. On aurait pu craindre une abstention plus forte, la participation en général atteignant rarement 60%.

  • 71.25 % de NON à Serris, il vaut mieux le présenter dans ce sens.
    De toute façon, les électeurs n'y ont rien compris, ils ne savaient pas pourquoi ils votaient. Il fallait les entendre à l'entrée des bureaux de vote demander "et si je vote OUI,(ou NON) qu'est-ce que ça va faire ?". "Que faut-il voter pour que mes impôts n'augmentent pas" demandèrent-ils naïvement.
    Dans ce cas, n'y comprenant rien de rien, ils ont suivi l'avis de leurs maires respectifs. A Serris comme dans les 4 autres communes !
    D'où aussi, leur peu de motivation sur le sujet

  • Dans l'émission C dans l'air de lundi (visible pendant une semaine sur pluzz http://pluzz.francetv.fr/videos/c_dans_lair.html) sur le vote de dimanche en Catalogne, des propos sur la solidarité, sur l'individualisme, l'indépendance envisagée d'une région qui se détache d'un pays, il me semblait que ces propos s'adressaient aux élus serrissiens.

  • Quelle référence que l'émission "c'est dans l'air" totalement orientée par la pensée unique.

    Il y a une grosse différence entre le vote de Serris et le vote catalan:
    - les 5 communes existent déjà, fonctionnent en interco sans (trop) problème depuis 25 ans. Il suffit de voir l'urbanisation (à outrance) et le prix de l'immobilier qui ne fléchit pas pour se rendre compte que cette organisation donne d'assez bons résultats économiques.
    - la Catalogne est une région déjà intégrée dans l'Espagne et qui voudrait s'en séparer pour devenir indépendante.

    Les nonistes de Serris (et autres) ne demandaient pas à se séparer des autres communes mais à conserver une interco (et pas une fusion)

  • Vive Serris, le grain de sable dans un projet énarchique: la création d'une structure totalement artificielle, sans âme, sans histoire, sans avenir si ce n'est celui de quelques politicards.

    Seul, Disney formait un éventuel "ciment" à cette structure. La géographie physique et économique ne plaide pas pour cette idiotie.
    Coupvray est plus proche d'Esbly et de la vallée du Morin et isolé des 3 autres communes du SAN par le parc et ses dépendances.
    Chessy est plus porté vers Chalifert et Montévrain même si 2 d'entre elles ont créé des appendices au sud, cités dortoirs et industriels pour toucher plus d'impôts.
    Seuls les 3 communes du sud du SAN peuvent maintenant prétendre à une unité géographique, économique et urbanistique.

  • Malheureusement une Communauté d'Agglomération qui n'a pas vocation à se maintenir, puisque la loi MAPTAM en Ile de France spécifie l'obligation de territoires d'au moins 200 000 habitants. La dérogation n'était qu'une façon d'attendre la Commune Nouvelle. Réponse en octobre. Et des arguments faux du Maire de Serris, en particulier en se basant sur un rapport orienté au Sénat.

  • De toute façon, nous ne pouvons plus rien y faire et il ne nous reste plus qu'à espérer que les tenants du non aient eu raison dans leur argumentation.
    Mais quand je lis le texte anxiogène du SAN, j'ai des doutes quant à l'avenir de notre intercommunalité. Quand on en arrive à se détester à ce point, il est bon de se demander ce que l'on fout encore ensemble. A se demander s'il faut obtenir cettev dérogation qui nous obligerait à vivre encore ensemble.

  • A la lecture du texte diffusé par le maire de Serris, parlant de remise en cause de la présidence du SAN en conclusion du référendum, on comprend le texte des maires pro-fusion. Il nous reste effectivement à savoir à quelle sauce nous allons être mangés, peut être un Ketchup made in Disneyworld séduira t-il le ministre des finances, voire le premier ministre qui fort de sa présidence d'Evry doit avoir bien envie de flinguer Marne la Vallée, politiquement s'entend. A la création du SAN, Serris avait déjà réclamé de ne pas en faire partie, mais l'Etat avait imposé la réunion pour le projet Disney, 30 ans après il se désengage, et Serris se détacherait? maintenant que ses infrastructures ont été financées par la solidarité à travers le SAN. Mon avis est que la prochaine annonce de la préfecture sera la méga interco sans dérogation.

  • Mais serait-ce un mal ? Quand on lit le niveau de détestation de tous ces gens, on se demande comment ils pourront travailler ensemble à l'avenir.

  • Avec le décès du Président de Marne et Gondoire, Michel Chartier et la réélection de Chantal Brunel à Bussy, et les nouveaux délégués, une nouvelle carte se joue sur le secteur 3. Quel rôle pour le PS?
    Le champ est-il libre pour une fusion des CA? http://www.journallamarne.fr/2015/01/20/les-derniers-voeux-du-president-chartier/

Les commentaires sont fermés.