UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

D comme D two I

Il y a des noms et des accents qui sont des symboles.

Ainsi en art pour le surréalisme quand il commence par D, on cite  Dali.

Est-ce pareil en promotion immobilière?   Eh oui.

de belenet,cerri,dali

Quand on relit les articles du SAN, on trouve des acteurs économiques qui font la fierté des élus qui les accueillent, mais ces élus sont ils assez prudents? Pourquoi une telle implantation favorisée d'abord à Bailly-Romainvilliers, est-elle promue dans les articles du SAN info en page 9, qui nous encourage ouvertement à passer commande de télésurveillance aux entreprises du Groupe DSP "International"! Siret 38358736700038 ou 3183231000053 fermé le 4/3/2008 et radiée le 10/2/2015 (SPC Télésurveillance,383587367 fermé le 4/12/2012, SPC Télésurveillance Cynophile Siret 383587367-00020  fermée le 31/10/2006 ) et radiées le 8/9/2014 après avoir été transférées en 2011. Des entreprises dont la société D2I est encore présente dans le numéro 85 du magazine en 2013.

 

Une rapide consultation d'info-greffe (ce que font tous les commerciaux avant de signer un contrat avec un fournisseur potentiel) aurait permis de constater que 3 opérations immobilières parisiennes (231 rue st Honoré) étaient passées entre leurs mains,  et se trouvaient en liquidation judiciaire au moment de leur cession ou peu après qu'ils aient créé une nouvelle entité, avec comme gérant soit une sœur soit une épouse. Cela donne t-il confiance. Ce n'est probablement pas ce que firent les contractants du SAN. Il ne faut que constater que de nouvelles sociétés de promotion s'installent 12 Boulevard des Sports toujours à Bailly. Nous avions déjà remarqué cela dans l'article sur les Tamaris, puisque le site Internet qui devait présenter la société D2I  Investissements (D two I) est "en construction" depuis 2011 et la pose du panneau sur les grilles du parc situé en haut de la rue de Lesches avec la bénédiction de Thierry Cerri adjoint délégué au SAN et candidat à la mairie de Coupvray.

Quels transferts de fonds surprenants pour ces "hommes d'affaire": Ils obtiennent du SAN la vente d'un bâtiment qui avait été préempté pour une opération sociale... La vente du bâtiment est assortie d'une viabilisation des accès à la charge du SAN !!! et la vente se fait au prix d'une simple maison de ville (250 000€) alors que rien que la réfection du toit, après incendie en 2004 a coûté le double aux assurances.

La société porteuse de l'opération créée par Khaled et Farid Dali, n'a qu'un capital de 8000€ (siret 53521370600018) mais apporte 60 000€ dans la création d'une nouvelle société des 2 frères (Bailly  Park RC 798 705 976)  quelques mois plus tard. Mieux dès les options levées pour la réservation des lots dans l'opération de complexe médical, et le démarrage du chantier, les deux frères créent en mai 2014 une holding à leur nom "Holding Dali and CO" SAS 803-021-112 (pourquoi "and CO" puisqu'ils sont seuls associés pour 5000€ chacun?) et surtout investissent 500 000€ en juillet 2014 dans le capital d'une SCI nouvelle pour une opération à Chanteloup-en-Brie "SCI Hôtel Dali" .

 

Ces opérations ne sont pas secrètes, on peut, comme nous le faisons ici, les suivre sur les sites Societé.com, Infogreffe.fr , etc ... L'incident de l'incendie de ce vendredi permettra t-il une enquête sur le circuit de l'argent dans ces promotions qui s'emboîtent comme des tuyaux de poêle.

En tout cas qui d'autre fera la lecture attentive des statuts des sociétés aux montages complexes, si nos élus permettent les affaires sur nos territoires, faut-il attendre le dépôt de bilan comme on en voit tant, pour s'inquiéter sur le sérieux et la compétence des opérateurs?

Le montage surréaliste serait-il  ...Dé-tou-i ?

             ------------

Cet article préparé depuis 2 jours, a été retardé en attendant un éventuel écho dans la presse, ou sur les sites officiels, qui auraient pu mettre un terme aux rumeurs de travail dissimulé ayant entrainé une vengeance. Le travail a repris lundi et mardi sur le chantier, par contre il semble avoir été interrompu ce mercredi. Y a t-il une plainte de posée pour enquête? Le site est grand ouvert, le promoteur fera t-il appel à son assurance pour compenser retards et dégâts? Les futurs occupants sont ils rassurés sur la mise à disposition des locaux et leur qualité?  

 

 

 

Commentaires

  • Et toujours pas de comptes déposés au greffe, malgré l'obligation. Alors que maintenant la société réincorpore son activité dans son capital (soit un passage de 8000€ en 500 000€). Belle opération avec l'assentiment des élus qui ont permis l'opération.

Les commentaires sont fermés.