UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Malédiction aux Tamaris

    Cette maison remarquable, dans son parc boisé au centre du village a fait l'objet ce jour à 16h d'un incendie.

    L'enquête déterminera-telle s'il s'agit d'un accident comme la première fois en Août 2004, où la charpente avait été détruite alors qu'elle était occupée par des squatters? Ou provoqué par les employés sur place par une mauvaise manipulation des outils. Si les dégâts furent pris en charge pour une somme de plus de 500 mille euros en 2005 par les assurances du SAN, il est plus difficile de dire comment sera indemnisé cette fois le constructeur. incendie

    L'arrêt du chantier parait inéluctable même si les dégâts sont limités, entre un promoteur au capital de 8000€, un achat du bâtiment de 250 000€, des sociétés de construction de taille de PME, et surtout des travailleurs hébergés sur place, les assureurs risquent de se renvoyer longtemps un dossier devenu délicat. 

     

    L'intervention des pompiers a nécessité l'interruption de la circulation, posant évidemment des problèmes ce vendredi soir, où beaucoup d'habitants préparent leur Weekend en faisant leurs courses au bas du village.

    accident,sabotage,vengeance

  • Rennes en modele

    L'information sur l'attribution des logements sociaux, est une nouvelle portée dès ce lundi matin par tous les médias.

    La communication de la ministre du logement Sylvia Pinel est en place.

    Celle qui avait effacé de son nom le système d'aide à la construction par l'intéressement fiscal sur le placement immobilier, va désormais promouvoir le développement de la construction au modèle de l'agglomération de Rennes.

    Ca tombe bien puisque c'est dans cette ville que le directeur de l'EPA à fait ses preuves de gestionnaire, comme avant à St Etienne où je crois, il n'a pas laissé un souvenir financier réjouissant aux contribuables.

    Dans les informations distribuées aux journaux de France 2 ce matin, on associait bien entendu cette nouvelle forme d'attribution à une sanction aux communes résistantes à la construction, car l'essentiel pour attribuer des logements, c'est d'en avoir, Rennes Métropole annonçant 1000 logements sociaux par an (Pour une population de plus de 400 000 habitants!!!) 

    Le financement des logements sociaux est surtout basé sur des prêts de la caisse des dépôts aux organismes HLM  (l'intérêt Pinel est négligeable), et l'alimentation essentiellement par les dépôts en Livret A , d'où l'annonce dans la campagne de François Hollande de l'augmentation du plafond (très partiellement réalisée) et le blocage de la baisse du taux à 1% alors qu'il ne devrait dépasser 0.25%.

    Compliqué avec une inflation si faible à la fois de relancer l'économie et la consommation des ménages en leur faisant dépenser leurs économies, ne pas faire plaisir aux "riches" en les gratifiant de bons intérêts, et donner confiance dans la croissance, considérée comme seul moyen de résorption du chômage, alors que tout un chacun se préoccupe de l'effet de serre et de pollution entrainés par cette croissance.

    La Caisse des Dépôts c'est la seconde distributrice de subventions nationales. L'Etat a sa dette, et ce qu'il ne finance pas, il le confie à la Caisse des Dépôts qu'il contrôle. Ainsi, construction, transports, banques, retraite des fonctionnaires se retrouvent finalement tous dans une dépendance totale, qui nous ferait croire que nous sommes dans une République Libérale puisque l'administration est dans les mains des énarques qui n'ont qu'une compréhension étatique peu éloignée du communisme? On apprend aussi que la Coface (l'assureur crédit des entreprises françaises à l'export serait remplacée par la BPI (Banque Pour l'Investissement) adossée à la Caisse des Dépôts et Consignations, ainsi tout se regroupe dans les mêmes mains.

     

     

     

  • Dérogation (provisoire?)

    C'est finalement le jeudi 12 février que la commission de réorganisation régionale (CRCI) s'est positionnée favorablement aux demandes de dérogations des intercos Marne et Gondoire et Val d'Europe, afin de ne pas intégrer la super intercommunalité.

    Comment analyser cette position? La proposition de Commune Nouvelle ayant recueilli une large approbation dans la consultation test,  montrant une détermination des populations a-t-elle été suffisante pour faire plier le Préfet du département? Le poids du Sénateur Eblé indiquant au premier ministre les risques électoraux de 2015 avec les élections départementales dont il devrait faire les frais, a-t-il déterminé l'état à faire montre de souplesse au moins jusqu'aux élections de présidence de département? Et l'Etat suivra t-il ensuite les remarques de la CRCI, quels sont les engagements dans ce sens?

    Cette première étape est elle suffisante pour rassurer les élus et les populations, sur l'avenir du secteur?

    Les élus des 5 communes profiteront-ils de ce nouveau délai pour reprendre sereinement les pourparlers de fusion en commune unique, ou cette dérogation plutôt dans les vues du maire de Serris sera-t-elle l'occasion de justifier sa différence? Ce repli sur les développements individuels communaux, avec une concurrence exacerbée alors que les moyens vont manquer ne serait-il pas le risque majeur pour l'avenir? C'est pourtant ce qui ressort de la lecture des premières interprétations dans les expressions des maires comme à Coupvray dans l'article du site. "Maintenant nous allons pouvoir nous consacrer à l'avenir de notre commune de façon plus sereine même s'il reste encore un certain nombre d'éléments à lever dont la pérennisation de nos ressources financières."

    Il est à craindre que les dépenses de sécurité, d'individualisation des soutiens aux populations dans une politique de clientélisme, ne repartent de plus belle. Il suffit de voir les projets divers de "télésurveillance" et d'équipement policier tels que proférés par le maire de Serris lors de ses voeux.

    Ne devrions-nous pas en profiter pour lancer des actions unitaires dans ce domaine, grouper une compétence d'ordre et de discipline ne serait-t-il pas un moyen de s'engager dans la commune unique? La gestion des crèches et la petite enfance tels que transférés dans la communauté de communes des pays de Meaux ne serait-il pas un autre bon exemple?

    Mais surtout ne pas laisser oublier les promesses d'avancée d'études sur la commune unique comme en 2012, si quatre sont déjà d'accord pour fusionner pourquoi ne pas la lancer quitte à attendre que la 5eme rejoigne quand ses élus seront prêts? et surtout ne pas se laisser surprendre par un revirement de l'Etat ou de la Région, une fois ces premières échéances électorales passées.

    L'occasion des élections départementales, malgré la confusion apportée par le redécoupage sera-t-elle mise à profit dans les programmes des "binômes" pour évoquer ce point?  D'ailleurs à propos de programme: quel est-il et pour quoi faire, sachant que les attributions restant aux départements ne sont pas encore précisées puisque la loi de réorganisation administrative * n'est toujours pas finalisée. Le transfert de certaines compétences à des Régions non fixées est encore au stade de l'expectative.

     * Loi NOTRe: Nouvelle Organisation du Territoire de la République. Reprise de session à l'Assemblée le 2 mars, vote prévu le 10 mars.  Et les élections les 22 et 29 mars! comment s'engager dans des programmes?

  • Campagne départementale

    L'élection prochaine serait, d'après les avis exprimés par divers journalistes, un test sur les aspirations des Français. Ces élections de mars ont elles réellement ce rôle? Avec la double réforme en cours, administrative et électorale, sur un espace territorial en mutation et déjà promis à l'éclatement ou à l'explosion et la disparition, quelle utilité et quel message peuvent elles porter? Déjà sujettes à une forte abstention en tant précédemment qu'élections cantonales, bien que renommées Départementales et établies dans tous les  cantons de France, redimensionnées, donc davantage médiatisées ces élections auront-elles assez d'intérêt pour mobiliser les électeurs? Les premiers beaux jours espérés, les espoirs d'améliorations de la conjoncture seront-ils assez motivants pour justifier un vote d'éclairage sur les intentions politiques des Français.

     

    Nous rappelons la redistribution des communes dans les nouveaux cantons, les communes du SAN quittant Thorigny pour se fusionner avec Crécy pour former le canton de Serris! Chaque nouveau canton doit désigner un "couple" mixte (un vrai: un homme-une femme) . Logiquement les deux conseillers généraux sortant sous l'étiquette UMP, n'ont eu qu'à faire cause commune (confirmation par une brève de la marne du 28 janvier). Il serait étonnant qu'il y ait beaucoup d'autres candidats pour des postes qui selon les dispositions engagées doivent conduire à la suppression des départements en 2020. Quelle confusion aussi avec la fusion des communes du SAN dans l'entité nouvelle de Marne la Vallée, bien loin des intérêts meldois.

    Quel sera l'impact de la mobilisation issue des attentats islamistes? L'unité républicaine jouera-t-elle un rôle pour une mobilisation civique? Déjà l'élection législative partielle du Doubs en est un contre-coup, mais l'élection grecque, les perspectives financières, le discours attendu ce jour de François Hollande, sont de nature à faire réfléchir, cela nous atteindra t-il suffisamment pour justifier un message dans les urnes de mars?

     Candidats pour Serris: EELV-DG :Thierry Dudit & Fatiha Guerin; FN: Georges Hurth & Irina Oskina; UMP-UDI: Arnaud de Belenet & Valérie Pottier-Husson. Front de gauche, communistes, PS en discussion encore pour partenariat avec les verts, il faut choisir la femme, finalement ce n'est pas Geneviève Wortham qui ne sera que suppléante pour le PS mais une inconnue Divers Gauche qui fait équipe avec les écologistes. Pour le détail et les programmes consultez le "blog Valeuropéen".

    Une réflexion sur le sujet chez un bloggeur d'Ile et Vilaine.

     Une explication sur la suppression des départements.