UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un entretien délicat

     

    bassin, parcIl ne s'agit ni d'un entretien de licenciement, ni d'un entretien d'embauche, mais bien d'un manque constaté d'un coup d'œil lors de la belle journée de la fête dans le parc du château où Coupvray régale.

     

    Plaisir annoncé par un soleil radieux, et promenade intéressante autour de la présentation dès 14h de modèles réduits de bateaux. La pièce d'eau promettait une grande surface de déploiement. Mais quelle ne fut pas ma surprise de trouver un étang avec une invasion d'algues et autres plantes aquatiques, quel est le phénomène, un manque de poissons, une trop grande richesse de l'eau polluée par les engrais? echouage.JPG

     

    aube.JPGEn fait de beau plan d'eau, il fut offert au club de Magny un défi aux hardis pilotes. Seules les barques à fond plat avaient une chance d'un parcours avec retour. Hélices et quille de voiliers étaient en danger.

    lafreminetteLes plantations d'hortensias sont tout autant envahies d'herbes folles, c'est une journée des bénévoles entretien espaces verts, qu'il faudrait organiser pour préparer la visite du parc, mais nous dirons que c'est ainsi que la nature se diversifie librement, c'est ce que nous constatons le long des trottoirs, dans les allées et les murs de pierre de ceinture où seules quelques pulvérisation d'un désherbant pas très écolo vient à bout de ces herbes folles.

     

     

     

    Alors promesse d'avenir? l'état du bassin de l'Aulnoye en cours d'achèvement promet déjà une drôle d'amusement pour les jeunes navigateurs de maquettes.

     

    algues

     

     

     

  • La loi c'est la Loi!

     

    indeminités,publicité,tricheursLes habitants des communes du SAN, ont probablement été très surpris, comme moi à Coupvray, de voir fleurir sur beaucoup de candélabres, l'apposition de panneaux jaunes avec comme un éléphant (un ours en fait, mais gris, de loin...), le texte plus difficile à déchiffrer, indiquait "plein les Zieux"! Quelle expression juste pour nous perturber partout, (pas pour former à l'ortographe notre jeune public!) et ceci en infraction la plus nette et la plus complète à un fondamental de la règlementation de l'affichage publicitaire: l'affichage sur le mobilier urbain et l'indication routière est strictement prohibé. Quand on sait que ce sont les services du SAN qui ont pratiqué cet affichage, au même moment où se précise la troisième ou quatrième mouture du règlement local de la publicité, on se pose la question: "à quoi sert la loi ?", la police municipale, acteur local de l'application sous la responsabilité du Maire de chaque commune doit-elle verbaliser cet affichage, et en présenter la facture au SAN? Bien entendu une semaine après, les panneaux sont toujours en place, et s'engouffrent alors les afficheurs opportunistes,indeminités,publicité,tricheurs ce vendredi le cirque qui s'installe à Esbly, qu'il a fallu éduquer pendant plus de 20 longues années à respecter la règlementation en a profité. Qui serait en droit de lui appliquer une loi que les communes ne respectent pas, et même le magasin carrefour local, déborde de son espace en habillant les poteaux devant le parking.indeminités,publicité,tricheurs

     

    Pour appliquer la loi, encore faut il la connaître, savoir la lire et l'interpréter, puisque dès sa mise en place le conseil municipal ne l'a pas respectée en procèdant à l'installation des adjoints, ce que certains ont indiqué à la DGS immédiatement, mais il a fallu alerter la Préfète de Seine et Marne pour rectifier la chose, encore fallut-il le jugement implacable du Tribunal administratif. Il sera donc pratiqué une nouvelle fois le vote lundi 30 juin, constater que les adjoints ne l'étaient pas en réalité et élire correctement cette équipe.

     

    Pourquoi?

     

    indemnités,publicité,tricheursLa publicité le long des routes sur le matériel public est interdite principalement parce que c’est un usage sans droit acquitté, que la publicité peut gêner la lecture des indications routières, que la fixation que ce soit du fil de fer, ou du ruban adhésif endommagent les peintures des matériels, enfin que la règlementation relève du code de l’environnement car elle dénature le paysage et l’esthétique normalement étudiée et financée pour l’agrément des usagers.

    Toutes raisons que nous constatons sur les photos qui accompagnent cet article.indeminités,publicité,tricheurs

    Bien entendu, d'autres aspects de la loi sur la publicité restent ignorés, ainsi une affichette d'indication "Vendu" sur une propiété n'est qu'une publicité, la juriprudence la tolère pour une quinzaine de jour (du type bandeau "vendu" sur le panneau de mise en vente avant de l'enlever) mais certainement pas "recherche biens à vendre", ni les panneaux d'installateurs de fenêtres ou divers corps de métier exercant un service chez un particulier, que sont d'ailleurs les panneaux sur le portail de la maison des Tamaris? celui de gauche de la pure publicité pour le promoteur, d'ailleurs parfaitement introuvable sur son site, et le panneau de droite posé la veille du vote de mars, une publicité pour l'équipe sortante qui prône cette destruction du parc avec un immeuble de 500 m2, une circulation et un stationnement de 78 véhicules, ceci sans le seul affichage nécessaire: l'affichage du permis d'aménagement du SAN inexistant et celui du permis de construire, invisibles de la voie publique. Encore un rappel à la loi qui devrait être porté à la connaissance de la Préfète!

    Quant à l’élection des adjoints, la loi de 2012 modifiant le mode d’élection qui descendait le seuil des élections de liste aux communes de plus de 1000 habitants au lieu de 3500, et qui donc concernait Coupvray pour la première fois, comportait différentes choses. L’explication du vote en listes paritaires alternées homme-femme, l’élection simultanée des conseillers communautaires (qui d’ailleurs se sont dispensés de faire une campagne spécifique, ce qui aurait été l’occasion de parler de la commune unique et du choix de regroupement de grande intercommunalité occasion manquée) et dans ce qui nous concerne le mode d’élection des adjoints par liste comme nous l’avons indiqué alors ici dès le vote erroné.

     

    Le fait de se présenter individuellement, avec une motivation personnelle, un vote qui d’ailleurs a montré des différences de voix, n’était pas conforme. La demande à la Préfète n’était que de vérifier dans la procédure de contrôle de légalité, qu’exercent toujours les services de la préfecture avant l’enregistrement des décisions municipales, si la Loi était suivie. C’est probablement sur la résistance de la municipalité à rectifier, que la Préfète s’est vue obligée d’en appeler au Tribunal Administratif pour statuer puisque c’est elle-même qui se trouve en obligation de contraindre le Maire, Thierry Cerri à annuler le vote, en spécifiant que l’élection d’adjoints n’est d’ailleurs pas une obligation. Peut-on en déduire que les documents signés par des adjoints qui ne l’étaient pas, sont nuls ? Qu’ils doivent restituer des indemnités indues puisqu"ils n’étaient pas en droit de tenir ces fonctions ? Et les les conseillers délégués, la procédure est-elle respectée? doivent-ils remettre leur démission afin de pratiquer un vote de liste global ? Devrons-nous une nouvelle fois appeler la préfecture à un contrôle complémentaire ?

     

    Lire la suite

  • Projets d'été, la suite

     

    Cette réunion de "sécurité" a été un succès, malgré l'annonce très tardive (annonce sur le site, mais distribution des invitations le jeudi par les élus, pour une réunion le lendemain et un vendredi 13!) Mais heureusement le club des anciens a trouvé là, une heureuse suite à sa réunion du vendredi après-midi et un sujet aussi motivant qu'il peut être inquiétant. (Il est bien dommage que les messages d'actualités ne soient ni datés ni conservés 'en archives' sur le site municipal, on pourrait consulter l'historique).

     

    Il est d'abord remarquable que dans notre secteur, la sécurité soit entre des mains féminines, invitée d'honneur la commissaire de Chessy Madame Anne Chazareix, présentée par l'adjointe à la sécurité (et aux transports) Madame Brigitte Englaro auprès de la chef de poste et de ses collègues policiers municipaux. En introduction Monsieur le maire nous a rappelé le fort niveau d'emploi dans la police municipale de Coupvray (4 policiers) par rapport à la ville du SAN la plus peuplée: Serris (5), mais c'est sans doute en oubliant justement que nous sommes à 7 km du centre commercial qui lui est beaucoup plus surveillé par les vigiles et caméras des activités et magasins, et proche de l'hôtel de Police, police de Serris dont les tâches principales sont les parcmètres, et sorties d'écoles. Ce sont ces genres d'affirmations et déductions simplistes qui affaiblissent l'ensemble du discours et rendent douteux le raisonnement et la direction des stratégies adoptées.

     

    Le thème principalement abordé fut rapidement une statistique (succinte et vague) de la délinquance, quelques principes de précautions et surtout l'information qu'il faut prévenir sur tout comportement suspect, a fin d'être vigilants et solidaires en mettant l'accent sur un message gouvernemental récent: les voisins vigilants. En quelque sorte, compte tenu des moyens limités et de l'éloignement, entraidez-vous, et appelez le 17 en priorité pour signaler toute anomalie. Il n'était donc pas prévu de nous présenter un débat sur la mise en place d'une télésurveillance, sur des moyens de reconnaissance des signes de passages de visiteurs indésirables. Si on a abordé le cambriolage, il fut ignoré l'agression, pourtant source d'inquiétude des personnes agées au domicile ou en déplacement.

     

    S'il nous fut décrit le suivi d'un appel au 17, son enregistrement, le déclenchement d'une visite de contrôle "tant que faire se peut", l'enchainement des informations (ne parlons pas de délation qui fâche) il fallut les questions de l'assistance pour détailler le rôle et l'action des "voisins vigilants" (ici aussi pas de police privée ou milice) tels qu'étudiés par des membres de la liste d'opposition qui se proposaient de les mettre en action, savoir aussi que le site internet de ce nom n'a pas le soutien officiel de la police, mais qu'il est possible de proposer ses services d'abord aux policiers municipaux.

     

    Il ne nous a pas échappé que le leitmotiv de madame la commissaire qui l'a martelé, était de rendre la police sympathique et de fluidifier les rapports entre citoyens et policiers. La sécurité thème de cette réunion, n'était pas "toute" la sécurité mais la "protection" des logements à la veille des vacances, la sécurité qui fâche n'était pas le sujet du jour, celle des contrôle d'excès de vitesse (par exemple sur la route de l'école limitée à 30 à l'heure), du franchissement des feux rouges ou des stop, des dangers des ralentisseurs, des stationnements à verbaliser.

     

    Dans les questions de l'assistance ou pouvait noter des sujets pratiques et concrets : qu’advenait-il des plaintes déposées ? Qu’elles étaient les informations après un cambriolage ? Était-on tenu au courant des suites ? Dans le cas particulier de nuisances sonores quel texte s’appliquait ? Y a t'il une heure du respect de tranquilité, qui le faisait respecter ?, de circulations intempestives de camionettes (la nuit dans les bois en limite des habitations) pourquoi personne ne semble t’il être au courant ? Pourquoi la police ne fait-elle pas des contrôles (depuis j’ai appris que des déchets de câbles brûlés étaient déposés dans les fossés au bord des chemins le long de la voie ferrée des chauds-soleils). Les débats sont restés dans le flou, le public visiblement restant sur sa soif. L’inquiétude est restée puissante quand la question fut posée de savoir si ce n’est que de la télésurveillance que l’on attend la sécurité devant le doublement ou triplement de population que l’on nous annonce et sur ce sujet Madame Englaro nous prévient : si les autres communes du secteur s’équipent nous deviendrons le maillon faible et la future cible, comme dans la période récente ou les dysfonctionnements et la dislocation de l’équipe de police municipale ont vu une recrudescence des cambriolages. Nous devrions donc bientôt en reparler, des études sont menées, de futures réunions publiques prévues sur le sujet, peut-on espérer que ce sera avant les décisions, par exemple avant la mise au budget ? Mais il ne fut pas mentionné une éventuelle recherche de mise en commun au SAN, dommage quand vous lirez la suite.

     

    Autre projet d’été,  la pétition sur l’intercommunalité. Comme suite à la motion présentée par le Président du SAN et adoptée le 5 Juin, les 5 maires des 5 communes, proposent cette pétition comme appuie à leur démarche pour demander la non intégration des 5 communes du SAN dans une « super-interco » de taille métropolitaine (200 à 300 000 habitants)  dans l’accompagnement du plan Grand-Paris.

     

    C’est simple, c’est clair comme rejet (malheureusement pas si bien expliqué dans le tract de la pétition elle-même). Nous sommes engagés dans une opération exceptionnelle et unique sur le sol français, le contrat Public-Privé géant du premier parc touristique d’Europe, le projet comportait un engagement de 30 ans (1987-2017) qui a récemment été prolongé jusqu’à 2030. La perspective tant pour Disney que pour les communes de compléter en harmonie et en équilibre l’aménagement équilibré de la ville nouvelle prévue pour 20 000 habitants et porté à 60 000 à cet horizon, ne peut être interrompu, les règles converties pour une stratégie inconnue. Il est vrai que ce projet était signé par l’Etat avec comme partenaires la Région et le Département, ceux-ci sont modifiés ou en voie de disparaître, entre un grand-Paris, et une couronne régionale, des intercommunalités de taille généreuses, la solution du regroupement en commune unique est alors la seule alternative pour ne pas disparaître comme poussière dans cette perspective.

     

    Mais avant la pétition ne faut-il pas reprocher à ces maires d’avoir masqué le problème dans la dernière campagne municipale où ils ont sollicité les voix pour des mandats intercommunaux, élus sortants ils connaissaient tous les enjeux et les toutes les menaces, mais ils ont fuit alors la vraie explication, la vraie motivation qui auraient donné un sens et une force à leur parole, ils sollicitent maintenant une approbation à leur démarche, faute de temps, d’explications (pas de réunion publique ici) ils doivent bien avouer aux électeurs que les pouvoirs des élus communaux sont devenus bien faibles, que déjà à son niveau l’intercommunalité SAN s’est appropriée bien des actions qui n’étaient pas de son ressort primordial est institutionnel de base, c’est ici la source de l’endettement exagéré des intercommunalités, plus le niveau d’éloignement avec les population est élevé plus le niveau de dépense (salaires et services de prestige)  s’élève et pèse sur les contribuables.  Ce rejet du citoyen constaté aux élections européennes peut aussi accompagner la réforme territoriale en cours, un collègue bloggeur soulève régulièrement la question et nourrit ma réflexion. Dans le cas de Coupvray, où le SAN n’a pas reconnu l’exception de l’éloignement du centre bourg, et le développement antérieur à 1991 mais dû au POS de 1986 avec la perspective Disney dès 1985, puis l’a privé des distributions des taxes professionnelles, il a fallu que le village s’endette afin de réaliser les aménagements à la hauteur du niveau de qualité sectorielle, le parc sportif, les transports, les aménagements d’espaces verts, les réseaux, le centre de loisir, une grande partie de l’école que seraient-ils sans cette nécessaire prévision de recettes, que peuvent-ils devenir sans la fusion des dettes ?  Sans même les recettes des commerces locaux comme Carrefour captées par l'interco.?

     Pour revenir à la pétition, pourquoi finalement ne pas donner réellement la parole aux citoyens et réaliser un référendum ?

     

     Et n'oublions pas, prochain conseil municipal de Coupvray le Lundi 30 Juin, au menu probablement, la validation des comptes de 2013 (enfin! la plupart des communes ayant les chiffres avant les élections les avaient déjà présentés par les élus sortants). Peut-on espérer un BS? juste à temps avant le 30 juin, une validation du projet de PADD du PLU au niveau du SAN, on en saura peut-être plus par des indiscrétions lors de la fête de la musique samedi dans le parc du château., après tout du rire et des jeux, avec un beau soleil ça fait oublier bien des soucis. Puisque j'évoque le planning pensez aussi au comité du SAN le 3 juillet (veille de la date limite d'envoi de la Pétition), après on ferme pour les vacances. Attention ce Comité vient d'être reporté au 10 Juillet!!! Et le Sénat à repoussé la proposition actuelle de loi sur lea réorganisation administrative entraînant un nouveau doute sur son application.

     

     

  • Projets d'été.

    En quelques mois, ces rayons de soleil nous incitent aux sorties, après tous ces ponts de mai, assister aux manifestations du 70 anniversaire du débarquement, à la fête de fin d'année des associations, participer à la brocante,  puis la petite balle et bientôt la grosse. Les habitants ont peu la tête aux choses sérieuses, après les élections ... repos, ce qui permet aux nouveaux élus, ceux de la mairie et ceux du SAN d'avancer  rapidement dans des projets dont nous aurons la surprise à la rentrée de septembre.

    Comme il faut longtemps pour consulter les compte rendus peu de gens sont au courant de ce qui se décide.

    La première position à prendre sera de soutenir une motion présentée au dernier comité du SAN Val d'Europe, dans l'orientation à prendre pour contrer l'intégration dans une intercommunalité plus grande, prévue dans la région Ile de France, rejoindre une intercommunalité de taille métropolitaine (200 000 habitants). Mais parallèlement il y a la pression pour la signature de la Phase IV du développement de Disney, et l'élaboration du PLU intercommunal. Donc bientôt les habitants vont être sollicités pour donner leur avis, mais sommes-nous suffisamment tenu au courant et formés pour comprendre le fonds de ce qui se trame?

    Par exemple à Coupvray, il faut être bien curieux pour apercevoir sur le site de la mairie, qu'une réunion publique est discrètement organisée ce vendredi 13 à 19h30 à la salle polyvalente. Le sujet? la sécurité, on pense immédiatement au sujet brûlant: pour ou contre l'instalation de la télésurveillance, l'adjointe dès sa nomination avait annoncé que c'était  sa priorité. N'est-ce pas justement une bonne occasion d'en débattre, pour qui avec qui, rejoignons nous les autres communes du SAN dans un système cohérent?

    Mais en quelques lignes sur le site on comprend que le sujet serait la protection des habitations. Que la commissaire de Chessy doit commenter les précautions à prendre, préparation des vacances? Des pratiques de voisinage? Pourquoi pas, mais qui va se déplacer, quand les habitants seront ils massivement prévenus? comme si on ne préparait ses sorties que la veille et ce week-end il y a les 24 h du Mans.