UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fausses notes

Ah,  que la campagne était belle. Le bilan des uns, la critique et le projet des autres.

Puis soudain, le dernier jour "pour surprendre" et ne pas laisser le temps de la rectification, un tract incendiaire par les "habitués" ceux qui ont l'expérience, et ici ils le prouvent... par d'autres contrevérités.

"Halte aux contrevérités", osent-ils annoncer. Quelles sont-elles donc?

Il sera créé de 7 à 10 000 logements ,

Non sûrement mal lu quelque part, mais de 7 à 10 000 habitants, oui, car nous lisons bien dans les deux arrétés du Préfet (affichés devant la mairie) 1200 logements dans la ZAC de Coupvray, 1200 logements dans celle des 3 ormes et 400 résidences, soit comme nous l'avions déjà rappelé dans un article précédent entre 6500 et 9600 habitants, sans compter les autres emplacements dans le bâti existant et figurant au PLU.

Zacs

Coupvray

3 ormes

Res 3 ormes

   

 pop

nouvelle

 pop

totale

haut

1200

1600

400

3200

3

9600

12305

faible

1200

1200

400

2800

2,7

7560

10265

Bas (leur)

1200

800

400

2400

2,7

6480

9185

Plus les autres densifications

150

Dans le bâti existant, et quelques ilots

St pierre

100

250

3

750

 

 

Il n'y a aucune infrastructure de prévue

 

En réponse le financement de la chaîne de l'eau, celle-ci était de toute façon en retard pour simplement "amener" les eaux du plateau et Chessy dans le circuit actuel empruntant le rû, et ce retard était en infraction depuis de nombreuses années. Seul le bassin 26a (qui sera inclus dans la ZAC seulement si elle se fait) concerne la nouvelle urbanisation, et le bassin 27 (les prés) qui doit conduire l'eau à l'écluse n'est pas encore lancé faute de finances au SAN. Donc l'équipe actuelle n'a rien prévu comme infrastructures, ni en matière d'école, de loisirs nouveaux, surtout rien prévu dans des budgets prévisionnels pour accompagner l'accroissement urbain, et social de nouvelles populations.

 

Les routes vont être saturées.

 

Nous voyons ce qu'il en est actuellement des trois points qui coincent dans Coupvray: le rond point du Carrefour, le croisement devant la mairie, où la municipalité n'ose toujours pas mettre la rue St Denis en sens unique et devant l'école et l'espace sportif. C'est bien de cette "saturation" dont il est question, et de la nuisance qui accompagnera l'arrivée d'une nouvelle voie trop large pour un quartier résidentiel.

 

Aucun équipement dans les futurs quartiers,

 

On joue ici sur les mots, non rien de prévu dans la phase qui concerne le bourg, et ces équipements sont globalement prévus autour de la RN34, soit dans la phase au delà de 2017, et sous réserve que le SAN en ait encore les moyens. Et la liste est si impressionnante qu'elle aide à comprendre la réalité de la nouvelle population: tripler les groupes scolaires. Et pour l'extension on ne parle déjà plus de mairie mais d'Hôtel de ville, C'est là que réside l'ambition, devenir des élus de grande ville.

 

Les vignes rouges...

 

Ne nous leurrez pas, le classement en zone agricole! Alors que les espaces se restreignent tellement, qu'il n'y aura plus de ferme et surtout que lors de la présentation du PLU la préfecture a fait part de son désaccord, et l'a mentionnée comme réserve foncière.

 

Les espaces naturels seront massacrés

 

Ils le sont, c'est un fait car naturel ne signifie pas "parc urbain" mais laissés à un état sauvage. Traverser par une route éclairée et très fréquentée, qui pensera encore à un corridor écologique, et ces "zones vertes" comme le parc du château détourné de sa protection "de réserve biologique", entre dans le calcul global de densité.

 

Les Cupressiens n'ont pas été informés ...

 

Culotté d'utiliser l'annotation du commissaire enquêteur, alors que justement ce n'est pas dans le PLU, ni sur la ZAC, mais ce qui est cité c'est l'enquête de Déclaration d'Utilité Publique (DUP) pour l'acquisition des parcelles et des travaux des ZAC. Et qu'il y a eu surprise sur la réalité de ce qui se préparait, que c'est la réaction dans les derniers jours que ce "rattrapage" fut possible.

 

Ensuite, attaques personnelles, mauvaises interprétation? La mère et le fils, le père et sa fille, Certains ne résideraient pas à Coupvray? Ambitions politiques, qui sont réellement les responsables de cette liste?

 

Les responsables? Surement l'exemple de gestion des sortants, les possibilités de la législation, la nécessité de lutter contre le clientélisme des élus dans leurs relations avec les associations, on l'a vu encore au Conseil de ce lundi dans le vote des subventions où même la maire a oublié comme d'autres, de s'abstenir alors qu'elle a pris la présidence de l'une d'elles. Surtout l'envie de ne pas laisser tous les pouvoirs à une majorité qui en a abusé depuis 6 ans, sans se poser des questions sur ce qui motivait les membres de leur groupe, en fermant les yeux sur les ingérences et pressions. Quant à la répartition géographique, il est bien certain que ceux qui vont être directement concernés par les nouveaux quartiers comprennent plus que tous, ce qui les menace. Mais tous seront concernés dans un second temps, lorsqu'il faudra accompagner financièrement le plus que triplement de la population.

 

Le tract de la liste "Cerri, mon village" se termine par cette diatribe "Cupressiens ne vous laissez pas abuser!", c'est précisément ce qu'ils essayent de faire dans cette diffusion. Croirons-nous à l'abuseur abusé?

Commentaires

  • Vous avez parfaitement raison. Ils reprochent ce qu'ils ont pratiqué. La maitresse pour surveiller la destiné des terrains enjeux de la ZAC, un délégué au SAN, qui habite à plus de 50 km, des adjoints qui votent des budgets alors qu'ils ont déjà déménagé ... Et se liguer pour faire appliquer la loi du silence, est-ce vraiment dans l'intérêt des habitants? Pourquoi n'avoir rien dit en appliquant les 7,74% de taxe d'habitation au SAN, pour se faire payer le bungalow des jeunes???

  • Ah, ce tract, quelle merveille !

    La liste Bieth, que j'ai rencontrée à deux reprises, a toujours tenu le même discours : jusqu'à 3000 logements. Avec carte à l'appui. Pourquoi Cerri prétend-il qu'ils parlaient de 10.000 ? Pourquoi pas 100.000 pendant qu'il y était...
    Quant au fait de savoir si M. Bieth est là depuis 7 ou 2 ans (moi, il m'avait dit qu'il avait fait construire il y a trois ans), on s'en fout ! Est-il compétent ou pas ? Ca c'est une question. Le reste, pas.
    Le reste est minable, je n'ai pas trop compris l'intérêt de cette attaque sur parents / enfants, surtout venant d'une liste ou la mère et la fille figurent ensemble, mais sous deux noms différents pour se cacher. Honteuses ? Et le fils Vileyn qui succède à la mère !
    Au fond, que des membres d'une même familles s'intéressent à la chose publique, c'est dans les gènes.

    Maintenant, la compétence et l'honnêteté dans laquelle se drape la liste Cerri, me font doucement rigoler.
    1) Parlons du conseiller municipal qui se représente et qui a couvert, avec la complicité de conseil municipal tout entier, les détournements de fonds d' l'association sportive gérée par son fils.
    2) Parlons de cet autre conseiller qui avait monté une SCI avec les responsables de deux sociétés qui facturaient la Mairie de Coupvray.
    3) Parlons du fait qu'ils aient viré le directeur technique mais continuent à le payer pendant des années à nos frais ?
    4) Parlons de certaines prestations grassement payées dont on se demande comment elles ont échues à des prestataires de services établis à des centaines de kilomètres de Coupvray.

    Alors, M. Cerri, jouez-là modeste, ça vaudra mieux pour vous.
    Ah, j'oubliais ce qui m'a bien fait marrer : le parachutage. Non mais là, on est où ?
    Qui a été parachuté ? Le type (ou la femme, je ne sais pas qui est visé) qui veut se lancer en politique. Alors, il réfléchit bien, et trouve le point de chute idéal : Coupvray, 3000 habitants.
    On se croirait dans la pub de la Française des Jeux : il a lancé une fléchette et est tombé sur Coupvray. C'est le jeu, ma pauvre Lucette...

  • Juste pour préciser qu'il s'agissait du Directeur Général des Services (DGS), le patron administratif de la mairie, non du directeur des services technique (DST). Un tel "limogeage" sans cause énoncée lui donne droit effectivement au maintien de son salaire de base jusqu'à sa retraite, et aux frais de la commune. On dit qu'il savait trop de choses... et que peut-être ne supportait-il plus le personnel féminin et le temps qu'il passait sur les dossiers des associations sportives (avec l'adjoint aux sports).
    http://piercedangel.wordpress.com/2008/05/20/les-hommes-qui-naimaient-pas-les-femmes-est-ce-vrai/

  • Je me sens un peu visé par le vote des subventions (reproche que l'auteur du blog m'a fait en privé)). Plusieurs remarques :
    - je ne suis pas responsable d'association (juste animateur);
    - cette règle est hypocrite, il suffit de voir certain conseillers membres "incognito" ou impliqués fortement dans des associations (par exemple le club de foot ....) qui, non seulement vote, mais participe aux commissions qui décident des subventions.
    - le vote a été global pour l'ensemble des subventions. Ce qui veut dire que la moitié des élus, au moins, ne pouvait pas voter.
    - je ne parle pas non plus des associations qui avaient des candidats aux municipales (on était en pleine campagne). J'ai été étonné que ce ne soit pas le nouveau conseil qui vote les subventions.

  • Probablement très peu visé. En général une expression est ajoutée lors du vote pour prévenir de cette possibilité. Mais l'assurance de subventions pour certaines associations avait effectivement un rôle à la veille des élections, et principalement pour les plus liées aux candidats comme le tennis, l'une des plus favorisées.

Les commentaires sont fermés.