UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ZAC artisanale de la DHUIS

Par délibération du 23 septembre le Conseil Municipal de Coupvray a donné son feu vert à l'EPAfrance pour entamer la ZAC de la Dhuis, nouvelle formule. (Une première version "urgente" avait été proposée au sud de la RN34 en continuité de Chessy, mais s'avère non "équilibrée financièrement".)

Il est toujours dommage que ce soit en fin de mandat que l'on demande à des équipes usées de lancer des opérations que devront assumer les successeurs. C'est un jeu bien connu des "permanents" des établissements publics, eux sont en suivi constant d'objectifs (fixés d'ailleurs par qui?) alors que régulièrement les élections amènent de nouvelles équipes que l'on peut "ballader", les anciens sont usés et fatigués, sinon disparus avec leurs arguments, les nouveaux, novices, manquent d'informations, de connaissance des pratiques et peut être un peu naïfs.

Des objectifs de ZAC d'activité, c'est bien venu dans un contexte de baisse de recettes par appauvrissement des foyers, ajout de populations en difficulté. Mais les cumuls de telles zones ne sont ils pas illusoires? Lancer des nouvelles alors que les précédentes n'arrivent pas à faire le plein, n'est-ce pas simplement consommer de l'espace alors que l'on prône la restriction des déplacements, le partage de bureaux sinon l'activité à domicile. Reste les activités consommatrices d'espace, les activités polluantes ou bruyantes qu'il convient d'éloigner, est-ce pour cela la réunion des Zones d'activité aux confins des terroirs communaux, ou est-ce en synergie, ou pure opportunité de zones défavorisées?

Coincé entre la tranchée TGV, le periphérique du Val d'Europe et futur boulevard urbain (ex RN34), une voie de dégagement nord? de Disney vers Jablines peut être vers Meaux, le périmètre de cette ZAC de la DHUIS, reste à ajuster, mais il est censé comprendre le bassin de régulation récoltant les zones urbanisées de Chessy au sud, et l'installation de compostage "Compost Val d'Europe" dont les nuisances sont bien connues depuis son implantation en 1992. Pages de 3344.4.0-RAPPORT-ACTIVITES-2010-Part.2.pdf

Ce qui est surprenant c'est de constater que les élus ont voté cette mise à l'étude et le lancement (ou la demande de lancement par le SAN qui en a la compétence), sur présentation du projet par Epafrance sans avoir dit un mot du projet riverain, déjà lancé de la ZAC st Eloi à Chalifert. Alors, complémentaires? concurrents? les projets seront-ils compatibles? ou en opposition? Epafrance d'un coté, Amenagement 77 de l'autre. Les jeux de taxes, d'avantages , de subventions des Intercommunalités seront-ils finalement favorables aux entreprises, ou favorables aux finances locales.

Si on lit le compte-rendu de ce vote au Conseil on lance une opération sans en avoir mesuré les conséquences ni les enjeux, en est-il de même au SAN?

Les commentaires sont fermés.