UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

OIN, OUIN OUIN

Subir, et être impuissants c'est ce qu'ont montré Martine Dogit, la maire de Coupvray et son adjoint à l'urbanisme Fernand Verdellet lors de la réunion d'information sur la ZAC de COUPVRAY qui s'est tenue mercredi soir dans la salle de la ferme du château.

Provoquée par la réaction d'un collectif d'habitants riverains constitué par Guillaume Bieth qui découvraient en juin lors de l'enquête publique sur la DUP, que leur village jusqu'ici protégé par son intéret écologique et patrimonial manifeste et les promesses de ses élus, allait être complètement transformé par l'arrivée de milliers de logements, on parle de quadrupler la population. Devant la mobilisation des habitants , (ils étaient environ 300 dans la salle pour une réunion en semaine), la maire n'a pu qu'exprimer que le territoire était inclus dans l'OIN (Opération d'Intérêt National) décidée par l'Etat et le responsable de l'EPA s'est longuement expliqué sur tout ce qui était prévu pour limiter les nuisances.

 

En fait pas d'arguments justifiant l'intérêt de placer ici une nouvelle population en remplacement d'espaces verts et de paysages que les habitants avaient choisis malgré les inconvénients de l'éloignement de Paris et des emplois, sacrifiant au temps de transport pour profiter du calme et de l'espace. Pas d'intéret particulier car mal exposés sur le côteau face au nord, avec une voirie particulièrement délicate, des pentes et des sous-sols argileux qu'il faut chèrement draîner, mais faire ce que l'on peut pour remplir cet espace comme l'impose l'interprétation de ce fameux OIN et son PIG modifié tout récemment contraîrement aux promesses du passé, pour permettre les opérations de Disney et les logements sociaux de l'EPA.

Pas de réponse réelle aux questions des habitants, les circulations entraîneront des nuisances sonores mais les immeubles seront éloignés des voies ou ils seront insonorisés, des écoulements d'eau en résulteront mais des bassins et des conduites d'infiltration sont en cours de creusement, pour les argiles qui dominent ici, il n'y eut pas de réponse malgré les nombreuses catastrophes naturelles déjà subies dans les quelques pavillons existants. Pour les destructions de la nature contraires à l'affichage politique actuel, on prépare une demande de dérogation. Une question brûlait les lèvres: où aboutiront les véhicules qui viendront en flot par le nouveau barreau Magny-Esbly en direction de Meaux, d'autant qu'en seconde phase il devrait passer à 2 fois 2 voies?

 Le dialogue fut difficile dans la salle où l'écho forcait les habitants à parler fort et interrompre les ingénieurs d'Epafrance qui gardaient le micro. Monsieur Roy le président de l'association écologique le Renard, que le collectif avait contacté afin d'expertiser le dossier fort complexe, s'étonnait de la signification juridique d'un avis exprimé "très favorable" du commissaire enquèteur public, malgré tout assorti de nombreuses recommandations, et faisait remarquer que l'étude d'impact avait été sous évaluée, que tous les intérêts écologiques de l'un des derniers secteurs protégés de l'urbanisation de Disney étaient minimisés. Bien entendu Monsieur De Coster d'Epafrance démentait, assurait que toutes les procédures légales étaient scrupuleusement respectées, qu'à la demande des élus des efforts avaient été faits, par exemple en conservant 50 % de l'espace vert, sans insister mais comme on le constatait sur les cartes projetées, en incluant les bassins d'eau pluviale et le parc du château, qui deviendra un grand square urbain.

La vraie question, combien d'habitants? Monsieur de Coster a annoncé 2700 logements nouveaux au total soit 3 fois le nombre actuel du village, on peut donc estimer atteindre 10 à 12 000 habitants, à partir de quand? le site de la Préfecture affiche 2015, comment circulera-t'on? on présente beaucoup un magnifique transport avec un seul arrêt devant la zone, mais pas de date de début des études, pas de financement et on ne sait même pas comment il pourrait arriver sur la gare d'Esbly, un transport en site propre, on imagine un tramway? un super bus et pour le joindre, pour aller au groupe scolaire, pour aller au parc des sports, en attendant les phases ultérieures de la ZAC suivante celle dite des "3 ormes" en face du parc et ses 1200 logements avec les fameux équipements.

En fait pour cette "information" qui vient bien tard, (monsieur Verdellet semblait surpris qu'il y eu des questions, voire une opposition, il n'avait prévu qu'un exposé publicitaire, il en faisait presque reproche au collectif), il manquait un intervenant : le SAN du Val d'Europe car la mairie s'en remet à lui,  pour la planification des équipements, pour le financement, pour les transports et c'est en son sein que ça se décidera et par les prochains élus que désigneront les électeurs en mars prochain, mais que pourront-ils faire puisque les plans sont arrétés par des élus qui pleurent en subissant l'OIN OIN!!!! 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Mériter la confiance des électeurs, c'est avoir le courage de défendre l'intérêt général du groupe qu'ils forment, la commune en principe ici. Les élus qui ont fait ce choix de baisser les bras après les promesses qu'ils revendiquaient dans la continuité de François Bentz auraitent du relire (mais l'ont-ils seulement lu) le texte de La Boetie. http://coupvray-unofficiel.hautetfort.com/list/petite-bibliotheque-perso/discours-de-la-servitude-volontaire.html Mais ce n'est pas une bande dessinée.

Les commentaires sont fermés.