UA-41151802-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le budget sport à Coupvray on s'en ... Foot...

 
17 Septembre 2012

 

Esbly-Coupvray depuis des années était un club bien connu dans le nord seine et marne.

Très longtemps les jeunes (et moins jeunes) de Coupvray s'entraînaient et se développaient sur les équipements d'Esbly. Avec les nouveaux moyens financiers provenant de l'installation de Disney sur un quart de son territoire, la commune à partir de 1992, commença la planification de nouveaux équipements et en premier sportifs.

L'Equipe municipale pensa à ses clubs florissants: le judo, le volley, à une nouvelle demande: le tennis, les archers, et au retour des bonnes relations en partage avec ses voisins: le terrain de foot pour le club Esbly-Coupvray, le Terrain de tir à l'arc en complément d'Esbly, la piscine ouverte aux élèves du Collège commun.

Les camaraderies on le sait entre les membres d'un club sont parfois troublées par quelques bise-billes. Le président, en général bon administrateur est surtout un médiateur.

Avec la nouvelle majorité arrivée en 2008 à Coupvray, il ne fallut que quelques mois pour que des énergumènes des plus excités imposent la scission en octobre 2008. Une maire faible sans mesurer les conséquences, sans juger la qualité des hommes, peut être dépendante de ses amitiés, laissa faire, les conseillers majoritairement surpris, mis devant le fait accompli. Le nouveau président du nouveau club de Coupvray, s'étant trouvé depuis le 10 juillet 2008 dégagé de son emploi d'agent immobilier Prestige'immo à Esbly en faillite, soutenu par son élu de papa lui-même expérimenté dans le dépôt de bilan, menaitcoupvray,foot grand train dans la gestion des demandes de subventions pour le plus grand bien du jeu qu'il ne pratiquait pas seulement sur le terrain. Subventions de fonctionnement, dépenses pour des spots qui éblouissent plus les automobilistes qu'ils n'éclairent une équipe peu éblouissante. Et plusieurs autres décisions cachées, travaux exécutés sans un accord des conseillers: la porte dérobée directement sur le canal, qui laisse un accès au stade en dehors de toute surveillance, à tout heure, ceci sympathique mais un peu risqué pour la responsabilité du Maire. On apprend subitement que le terrain d'arc a fait place à un deuxième terrain de foot, que l'accès de secours piscine, n'est en fait qu'un meilleur accès terrain de foot. A quel prix toutes ces dépenses? Sans concertation avec les autres clubs du Val d'Europe, qui auraient dus être les premiers contactés en 2008.

Au prix de la démission pure et simple de l'adjoint au sport, qui a préféré partir désabusé, obligé par la Maire d'enlever la plainte de la Mairie en plein tribunal en juillet 2010.

Quel club de Seine et Marne souhaiterait s'associer avec celui qui a rompu ses accords antérieurs, les élus de Coupvray sont ils crédibles dans des paroles d'échanges et de partage?

  

Création du club, quel projet? quelle ambition?  et comment générer des équipes sur une base de 2800 habitants, sans s'appuyer sur les autres équipes de l'EPCI le SAN Val d'Europe dont Coupvray fait parti.

Archives du Parisien

29-10-2008  dans la rubrique Val d'Europe Coupvray

Commentaire de C-unof: Depuis les frais n'ont pas manqués dans les budgets communaux, l'adjoint aux sports Thierry Cerri, et le conseiller Robert Lasmier père du dirigeant, ont obtenu le financement de l'éclairage environ 150.000€, la transformation du pas de tir à l'arc en 2eme terrain de foot, l'achat d'un espace supplémentaire et la création d'une voie d'accès extérieur direct.  Malgré toutes ces dépenses entre 2008 et ce jour, pour une poignée de joueurs et les mésententes des dirigeants, un budget était encore voté à l'association convalescente alors que le tableau présenté aux conseillers donne inscrits de Coupvray 0, inscrits extérieurs 19 et à la ligne subvention 1.900€

Esbly a dû s'adapter:  29.10.2008

SIMPLE utilisateur du complexe sportif David-Douillet, Esbly n'a pas eu son mot à dire dans le divorce, la création du FC Coupvray ayant été entérinée directement entre Christophe Lasmier, son président, et Martine Dogit, le maire de la commune : « Je n'ai pas vu cette séparation d'un très bon oeil au début, reconnaît Serge Geremia, le président. Car j'en voyais mal l'utilité, surtout pour une seule équipe seniors. Mais c'est une décision de mairie. Ce qui est dommage, c'est qu'on ne se soit pas mis tous autour d'une table, avec le président de Coupvray, pour en discuter avant. Mais je n'en garde aucune animosité. » Le hic, c'est qu'Esbly a dû s'adapter, contraint de rapatrier ses équipes vétérans, 15 et 45 ans alors qu'il connaissait déjà des soucis avec son terrain annexe, en travaux à cause d'une canalisation souterraine : « Il a fallu jongler un peu pour leur trouver un terrain, ajoute Geremia. Mais le club de Couilly-Pont-aux-Dames, avec lequel on est en entente sur les catégories 13 et 15 ans, les a acceptés chez lui. » Avec ses quatorze équipes et ses 270 licenciés, le club gardera tout de même son nom composé jusqu'à la fin de la saison. Mais c'est la dernière.

 

Le Parisien

Cet article a été publié dans la rubrique Couilly-Pont-aux-Dames

 

Commentaires

  • En Janvier 2013 il n'y a plus de président au club de Coupvray, la subvention pourra uniquement servir à combler le déficit pour pénalités pour présenter des équipes incomplètes lors des matchs. C'est la déconfiture et le gâchis, le stade est encore éclaré certains soirs, mais pour quels joueurs se posent la question les automobilites.

  • Même pas honte: Je trouve dans ma boite aux lettres un prospectus de "Christophe Lasmier" marqué "professionnel de l'immobilier sur votre secteur depuis ... 1999". En fait prête-nom de son père qui est adjoint à Coupvray (c'est lui l'historique) malgré tous ses avatars, au courant de toutes les ventes, toujours à récupérer les documents dans le bureau urbanisme, suivre les personnes en difficultés au sein du CCAS, agissant en sous-main dans diverses divisions et permis dérogatoires, voilà la référence parfaite du conflit d’intérêt qui menace nos petites communes. L'urbanisme, l'immobilier sont les porteurs du vice.

Écrire un commentaire

Optionnel